Paris 2024 athlétisme : Les Français peuvent y croire (troisième partie)

Dernière partie de notre série consacrée aux chances françaises dans quatre ans, à l’occasion de Paris 2024 en athlétisme. Focus sur le demi-fond/fond et la marche, dont la jeunesse est en train de prendre progressivement le pouvoir.

La nouvelle vague du demi-fond français

Djilali Bedrani en tête de file

Avec lui, on parle de présent et de futur. Alors que Mahiedine Mehkissi est au crépuscule de sa carrière, la France semble s’être trouvé un héritier sur le 3000 m steeple. Cinquième à Doha l’an dernier, avec un superbe chrono de 8’05”23, le Toulousain s’est révélé au monde entier. Il aurait été un candidat crédible à la médaille cette année, sur une discipline ou la domination kenyane est de plus en plus remise en cause. Il sera encore à surveiller en 2021 à Tokyo. Dans une année contrasté et marquée par le Coronavirus, il a été un peu plus en retrait, le 3000m steeple demandant souvent répétitions de courses avant d’être à son optimum.

Surtout, en 2024, il sera en pleine force de l’âge à 31 ans et armé d’une expérience, avec quelque grands championnats à son actif (si aucun problème bien entendu). Il sera à domicile et bien décidé à perpétuer la longue tradition de réussite française sur le 3000 m steeple (Jacques Chastane en 1900, Paul Bontemps en 1924, Joseph Mahmoud 1984, Mahiedine Mekhissi 2008,2012,2016). Ou encore mieux, défendre une médaille obtenue en 2021.

Jimmy Gressier a plusieurs cordes à son arc

Jimmy Gressier est le porte étendard d'une génération qui veut briller à Paris 2024

Pour l’instant, la domination de Jimmy Gressier s’écrit à l’échelle européenne chez les jeunes, avec des titres juniors et espoirs, que ce soit sur piste ou en cross. Il est le porte étendard de cette brillante génération 1997 en demi-fond (Hugo Hay, Fabien Palcau, Mohammed-Amine El Bouajaji). Le Nordiste continue d’affoler les chronos du 1500m, avec 3’36”04, 7’48”54 sur 3000m en salle cet hiver et un très beau 13’15”77 sur le 5000m. A cela s’ajoute de belles références sur route (13’18 au 5 km et 27’43 sur le 10 km). Jimmy Gressier ne s’est pas encore spécialisé sur une discipline en particulier.

Mais il semblerait qu’il veuille tenter de se mettre au 3000m steeple. Sa première vraie expérience s’est soldée par un chrono de 8’24”72 cette saison. C’est encourageant mais il faudra encore largement progresser (au moins d’une vingtaine de secondes pour concurrencer les meilleurs mondiaux). Mais Jimmy Gressier possède une importante marge de progression. Pour sa première année chez les séniors, il a montré de belles choses. Le monde des grands l’attend et la France a quelques espoirs envers son coureur.

Alexis Miellet en successeur de Mehdi Baala ?

Il a loupé de peu la finale sur le 1500m à Doha, Alexis Miellet poursuit sa progression. Auteur d’un chrono de 3’34”23 en 2019, il avait déclaré viser la finale olympique cette année. Une ambition décalée d’une année, en espérant que l’échéance olympique aura lieu. En 2024, il aura 29 ans et disposera lui aussi d’une expérience plus que solide sur une discipline où des surprises peuvent arriver. Pour arriver à ses fins, il devra être régulier sous les 3’30, avec une performance de pointe. Aussi spécialiste du 800m, il peut disposer d’une réserve de vitesse intéressante en cas de course tactique et d’emballage final.

On pense également à Pierrick Jocteur / Claire Palou / Hugo Hay ou encore Benjamin Robert.

Gabriel Bordier / Clémence Beretta : Héritiers de Yohann Diniz

Gabriel Bordier marche vers Paris 2024

Il marche sur l’eau depuis le début de l’année 2020. Gabriel Bordier vit une année de rêve. Le sociétaire de Saint-Berthevin a pulvérisé ses records sur le 5000m marche (salle) cet hiver, sur le 10 et 20 km route cet été. Avec en point d’orgue ce chrono établi à 1h20’19. C’était à Podebrady (République Tchèque) le 10 octobre dernier. Il a d’or et déjà validé les minima pour les Jeux de Tokyo en 2021. A tout juste 23 ans, Gabriel Bordier a progressé sur toute les distances et a établi la 13e performance mondiale de l’année sur le 20 km marche. Un mois après son titre aux Elite, et un chrono sous les 40 minutes (39’17), 4e meilleure performance mondiale de l’année, d’une distance certes moins marchée au niveau international.

La marche est une discipline qui requiert de la maturité. Il aura 27 ans, un an de moins qu’un Yohann Diniz qui s’était révélé en gagnant les championnats d’Europe 2006 sur 50 km, avant d’enchaîner sur de l’argent aux mondiaux 2007. Avec une progression linéaire, qui s’est même accélérée cette année, Gabriel Bordier peut prétendre à marcher en 1h17 (ou mieux) en 2024. Des chronos qui le rapprocheront incontestablement de la médaille à Paris.

Clémence Beretta et la plus jeune garde encore

Elle aura également 27 ans en 2024 et incarne cette génération 1997 qui brille par delà le demi-fond. Clémence Beretta a certes connu un été plus contrasté que Gabriel Bordier. Mais on l’a vu très performante cet hiver, en allant rechercher le record de France indoor du 3000m marche en 12’30”52. Sur le 20 km, elle a du se contenter d’un 1h36’42 à plus de 2 minutes de son record et cinq des minima. Tokyo reste dans le viseur de la marcheuse, mais c’est clairement Paris 2024 qui la fait rêver, comme elle l’expliquait cet hiver. Mais si la Vosgienne transpose ses progrès en vitesse sur le long, les chronos devraient rapidement tomber pour se rapprocher des minima. Pour espérer une médaille, il faudra très certainement marcher sous les 1h26. Clémence Beretta n’y est pas encore, mais elle fait partie de cette jeune garde de la marche.

La France qui surveillera ses plus jeunes marcheurs. On pense à David Kuster ou encore Eloïse Terrec.

Etienne GOURSAUD

Retrouvez notre première partie et notre seconde partie sur la mise en avant de nos athlètes tricolores.