Mass Start dames – Le sacre olympique de Justine Braisaz Bouchet !

En retrait depuis le début de ces Jeux Olympiques, Justine Braisaz Bouchet a réalisé une superbe mass-start, lui permettant de remporter l’or.
Justine Braisaz Bouchet

En retrait depuis le début de ces Jeux Olympiques, Justine Braisaz Bouchet a réalisé une superbe mass-start, lui permettant de remporter l’or. Elle est la première tricolore à décrocher l’or olympique en individuel depuis Florence Baverel à Turin, en 2006.

Le rebond de Justine Braisaz Bouchet

Elle a traversé ces Jeux Olympiques comme elle a vécu de trop nombreuses fois ses hivers. Un coup haut, un coup bas. En grande difficulté depuis le début de la quinzaine, Justine Braisaz-Bouchet avait lâché trop rapidement ses rêves d’or sur l’individuelle. Elle avait ensuite eu beaucoup de mal sur les planches, étonnamment, lors du sprint, et n’avait pas participé à la poursuite. Et c’était peut-être un mal pour un bien. L’inconstance de Justine Braisaz-Bouchet pouvait nous laisser espérer, dans un profond coin de la tête, qu’elle sorte une deuxième partie de haute volée. Ce fut le cas.

Déjà presque impeccable sur le relais féminin, elle avait permis aux siennes de s’accrocher à l’espoir de podium en n’utilisant pas de pioches et en dominant à nouveau sur les skis. Sur la mass start, encore, elle a vacillé, mais n’a pas tremblé. Elle dont le sang-froid n’a peut-être pas d’égal sur certaines épreuves. Braisaz-Bouchet avait tourné deux fois dès le premier couché, elle est repassée pour un tour sur l’anneau sur le tir suivant, mais restait à hauteur pour saisir la moindre occasion.

Alors que devant dominaient les norvégiennes Tiril Eckhoff et Marte Olsbu Roeiseland sans que l’on soit vraiment étonnés, le premier tir debout a tout renversé. D’énormes rafales ont perturbé, déréglé l’ordre établi. Les deux scandinaves commettaient deux erreurs, une de moins que Julia Simon qui tentait de tirer vite pour prendre les devants. Ca ne marchait pour celle que l’on pensait alors être la meilleure chance tricolore pour décrocher une médaille.

Deux derniers tirs impeccables

Mais, de nulle part, Justine Braisaz-Bouchet revenait à l’aide d’un debout impeccable, sans faute malgré le vent. Elle fut la seule, avec Elvira Oeberg, a réalisé cette superbe performance. La française se payait le luxe de sortir en tête, aux côtés de Marte Roeiseland. La norvégienne n’a même pas tenté de la suivre, tant Justine était lancée vers son rêve, et filait seule sur l’avant-dernière boucle du parcours. Cinq, dix, bientôt quinze secondes d’avance sur ses dernières concurrentes (Roeiseland, Eckhoff, Davidova et E.Oeberg), et un dernier tir à maitriser pour s’offrir l’or.

On se demande bien a quoi Justine Braisaz-Bouchet a pu penser, en arrivant sur l’ultime debout de ses Jeux Olympiques. A son début de quinzaine, peut-être, et ces galères qui n’appelaient forcément que du mieux ensuite. A son tir, probablement, qu’elle a tant travaillé depuis des mois en compagnie de Franck Badiou et Jean-Paul Giachino, qu’elle ne parvient toujours pas à dompter de manière régulière. A sa seule et unique victoire en mass-start, aussi sans doute, décrochée au Grand-Bornand en 2017 sous les cris de joie du public français. Une victoire qui en appelait une suivante, autrement plus légendaire.

Justine Braisaz Bouchet, habituée des tirs lents et bétonnés, sortait alors sur ce dernier debout cinq balles d’une régularité impressionnante, malgré le vent, à nouveau. La première ne blanchissait pas la cible, mais elle ne se démobilisa pas. Une seule faute, un tour de pénalité à avaler, et voir ensuite. Voir que personne ne passe devant. Oui, tout le monde va la rejoindre sur l’anneau de pénalité, elle peut sortir avec l’horizon dégagé.

Justine Braisaz Bouchet dans la légende !

On ne compte plus le nombre de fois où, de décembre à mars, tous les hivers, on l’a vu se questionner sur elle même, douter, craindre. Mais le travail paye quand les efforts sont si durs. Justine Braisaz-Bouchet est l’incarnation parfaite de l’athlète olympique, qui consacre sa vie à une discipline, ne connait les joies que si peu souvent, quand les galères s’écartent le temps d’une course, de quelques minutes. Mais des minutes qui peuvent rester pour l’éternité. Les larmes aux yeux, Justine Braisaz Bouchet réalise peu à peu qu’elle vient de sortir la course de sa vie.

Appliquée au tir comme rarement, sur un nuage sur les skis comme régulièrement depuis le début de l’hiver, elle a su rester dans le coup du début à la fin. On l’avait vu conquérante dès le premier tour, à se placer dans les skis des Norvégiennes qui ouvraient la piste. Bientôt, ce serait elle qui serait en tête. Un dernier tour seule pour aller chercher la médaille d’or, la première pour une biathlète française depuis Florence Baverel-Robert en 2006. Légendaire.

Tiril Eckhoff décrochait l’argent, Roeiseland complétait ses Jeux de dingue avec du bronze. Julia Simon, avec un tout petit peu trop de déchet sur les tirs debout, se contentait d’une sixième position. Justine Braisaz-Bouchet décroche la 5e médaille d’or de la délégation française à Pékin, la 14e au total pour une équipe qui s’approche un peu plus encore du record absolu (15).

retrouvez les résultats complets ICI

Total
14
Shares
Related Posts