JO 2022 – L’heure du bilan (Fillon Maillet, Pinturault…)

Clap de fin pour les Jeux Olympiques de Pékin ! Avec 14 médailles, la France se classe 10ème au classement. On fait le bilan de ces JO 2022 :
JO 2022 : Quel bilan pour la France ?
JO 2022 : Quel bilan pour la France ?

Clap de fin pour les Jeux Olympiques de Pékin ! Après une bonne quinzaine de compétition, il est l’heure de tirer le bilan de cette Olympiade, qui nous a réservé son lot de surprises. Avec 14 médailles (dont 5 en or), la délégation française termine 10ème au classement des médailles : une jolie performance, même s’il y avait la place de faire un peu mieux. On peut saluer et remercier tous les athlètes tricolores, qui auront fait vibrer les supporters devant leurs écrans… Pour se rafraîchir la mémoire sur tout ce qu’il s’est passé, on fait le débrief/bilan de ces JO 2022 !

Quentin Fillon Maillet : le fer de lance de la délégation française

Avec 7 médailles, le biathlon français a rapporté la moitié des breloques françaises. Et un biathlète en particulier est à saluer, au crépuscule de ces Jeux : Quentin Fillon Maillet.

Dans la forme de sa vie à 29 ans, le Français est le nouveau roi de la discipline. A Pékin, il a raflé 5 médailles olympiques : 2 en or (individuel et poursuite) et 3 en argent (sprint, relais masculin et relais mixte). Il est tout simplement l’athlète français le plus titré sur une seule Olympiade.

De plus, en terminant 4ème du mass-start, il a frôlé un 6ème podium. Que dire de plus sur QFM, si ce n’est qu’il est indéniablement LE tricolore de ces Jeux.

Derrière, Justine Braisaz-Bouchet (en or sur le mass-start) et Anaïs Chevalier-Bouchet (en argent sur l’individuel) ont chacune décroché une médaille personnelle.

Quant à Emilien Jacquelin, il quitte Pékin avec un goût amer dans la bouche, malgré ses 2 breloques en argent (sur les relais). Le Français aura déçu sur les épreuves individuelles, déclassé totalement sur le mass-start et l’individuel. Avec ses 2 belles saisons 2020-2021, on pouvait s’attendre à mieux. « J’ai vraiment passé quinze jours compliqués, avec quelques rayons de soleil : les deux médailles en relais. […] Je me sens cramé autant physiquement que mentalement, c’est comme ça. Je ne sais pas comment me projeter. » a-t-il confié à L’Equipe.

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron parmi les plus grands

Avec cette médaille d’or olympique, obtenue à Pékin, Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron se rapprochent encore plus des couples les plus iconiques de l’histoire de la danse sur glace. 4 titres de champions du monde et 1 titre olympique : ils ne sont que les cinquièmes à réaliser cet exploit.

Le couple français était attendu au tournant : considéré comme le grand favori de la compétition, il fallait répondre présent… Et c’est ce qu’ils ont fait à merveille. Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron n’ont pas fait que gagner, ils ont écrasé la concurrence et battu leur propre record du monde. 226,98 points : un score historique, qui sera très compliqué à aller chercher, désormais.

Bilan JO 2022 – Les déceptions Tessa Worley et Alexis Pinturault

La double-championne du monde du slalom géant n’est pas parvenue à briser sa « malédiction » aux JO, elle qui était repartie bredouille de Vancouver et de Pyeongchang… Elle avait dû renoncer aux Jeux de Sotchi à cause d’une terrible chute quelques mois avant l’échéance (rupture du ligament croisé du genou droit).

A Pékin, Tessa Worley vivait ses derniers Jeux, et tous les Français voulaient la voir décrocher sa première médaille olympique. Finalement, ce ne sera pas le cas. Sa chute en début de Jeux, sur son épreuve phare, a mis directement un petit coup au moral à la porte-drapeau tricolore. Sur le Super-G, elle a terminé assez loin au classement : 19ème, la 3ème Française de l’épreuve (derrière Miradoli et Gauché). Sur le Team Event, la France n’a pas eu de chance en tombant face à la Norvège… et en s’inclinant de peu, pour 2 centièmes.

Comme sa compatriote, Alexis Pinturault n’a pas été en réussite sur cette Olympiade. C’est la 1ère fois que le skieur français ne décroche aucune médaille aux Jeux. Il a disputé 4 épreuves, et le constat de la quinzaine de Pinturault est le même que celui de sa saison 2021-22 : malheureusement inachevée et en demi-teinte.

En remportant le gros globe de cristal, la saison précédente, Pinturault avait touché les étoiles… Mais ces derniers mois compliqués, clôturés par des Jeux ratés font mal au moral du Français : « Il va falloir que je prenne du temps pour moi, pour récupérer psychologiquement de toutes ces années. Je sens que je suis fatigué. Il faut que je retrouve de la motivation et de l’envie. »

Johan Clarey, Clément Noël et Mathieu Faivre : les visages de l’alpin

Le ski alpin a remporté 3 médailles dans ces Jeux. Johan Clarey, Clément Noël et Mathieu Faivre font partie des belles surprises de ces JO. Ils n’étaient jamais montés sur un podium olympique avant… C’est désormais chose faite.

Johan Clarey, à 41 ans, a réalisé la course de sa vie sur la descente, en décrochant la médaille d’argent. Clément Noël, 4ème en 2018, a pris sa revanche, en allant chercher l’or sur le slalom. Et enfin, Mathieu Faivre a confirmé qu’il était l’un des tous meilleurs au monde sur le géant (après son sacre au Mondial italien) en remportant une belle médaille de bronze.

Bilan JO 2022 – Pas de doublé pour Perrine Laffont

La skieuse française avait créé la surprise en remportant l’or à Pyeongchang, à seulement 19 ans. A Pékin, elle avait le statut de favorite sur cette épreuve de ski de bosses. Et après une première manche réussie (2e), la confiance régnait du côté français. Malheureusement, en finale, Perrine Laffont a terminé 4ème, un rien derrière la Russe Anastasiia Smirnova (77.36 contre 77.72).

Une déception immense pour la skieuse de 23 ans, qui a en plus dû faire face aux nombreux messages de haine concernant sa 4ème place.

Son compère Benjamin Cavet a également connu cette même désillusion, puisque chez les hommes, il a également terminé au pied du podium.

Bilan JO 2022 – L’émotion Tess Ledeux sur le Big Air

La finale du Big Air féminin fait partie des faits les plus marquants de ces Jeux Olympiques (du point de vue français). Tess Ledeux, la jeune prodige du Big Air, était favorite de la compétition, avec son double cork 1620 réalisé quelques semaines avant aux X-Games d’Aspen.

En finale, alors qu’elle avait de nouveau réussi son saut acrobatique le plus difficile, Eileen Gu, la chinoise d’origine américaine, réalise également 4 tours et demie sur son dernier saut… Et passe devant Tess Ledeux, qui voit l’or se changer en argent. Bien qu’il y ait une légère déception, la Savoyarde a fait vivre un vrai moment de sport à tous les téléspectateurs, et c’est ce que l’on retiendra !

Snowcross : des pleurs de tristesse aux pleurs de joie !

Julia Pereira de Souza, médaillée d’argent aux JO 2018, était attendue sur ce snowcross. Et elle a répondu présent, en se hissant parmi les 8 meilleures skieuses de la compétition. Et si Belle Brockhoff ne l’avait pas faite tombée en demi-finale alors que la Française était 1ère de la course, elle se serait qualifiée pour la finale. C’est en pleurs que Julia Pereira passe la ligne rouge, réconfortée par ses concurrentes.

Heureusement, la tristesse sera vite remplacée par la joie de voir Chloé Trespeuch monter sur le podium de l’épreuve. La Savoyarde est aux anges et décroche sa 2ème médaille olympique, après le bronze de Sotchi.

Si le snowcross a porté ses fruits… Le skicross masculin aura été une énorme déception. Avec 4 Français candidats au podium (Bastien Midol, Terence Tchiknavorian, Jean-Frédéric Chapuis et François Place), la meilleure performance tricolore a été la 8ème place de François Place.

Le relais masculin ski de fond : jamais 2 sans 3 !

3ème médaille olympique de suite pour la France, sur le relais masculin. Après Sotchi et Pyeongchang, c’est à Pékin que le relais tricolore composé de Richard Jouve, Hugo Lapalus, Clément Parisse et Maurice Manificat ont ramené le bronze !

En revanche, petite déception sur les épreuves individuelles. Richard Jouve, médaillé de bronze sur le sprint en 2018, n’a fini que 7ème.

Nicolas PARANT

Total
1
Shares
Related Posts