Hand – Quel bilan de la Ligue Butagaz Energie à la trêve ?

Bilan Ligue Butagaz Energie – Au moment de la trêve internationale, on fait le point sur la première partie de saison en D1 Féminine de handball.
Bilan Ligue Butagaz Energie - Metz impressionnant
Bilan Ligue Butagaz Energie – Metz impressionnant

Bilan Ligue Butagaz Energie – Au moment de la trêve internationale, on fait le point sur la première partie de saison en D1 Féminine de handball.

Crédit : Icon Sport / LBE

Bilan Ligue Butagaz Energie – L’impressionnante domination de Metz Handball

Neuf matchs, neuf victoires pour une différence de +98, soit des victoires de plus de dix buts en moyenne. Metz Handball ne laisse absolument aucune miettes à ses concurrents en ce début de saison. Battues la saison passée par le Brest Bretagne Handball à plusieurs reprises et pour la conquête du titre national, les joueuses de Manu Mayonnade ont remis les pendules à l’heure. Les statistiques sont éloquentes, avec 33 buts inscrits en moyenne, contre seulement un peu plus de 22 buts encaissés. Metz qui ne déroge pas à son rythme lors des grands matchs. Contre Besançon (33-24), Paris 92 (36-21), Nantes à l’extérieur (34-23). Puis les championnes de France Brestoises, également emportées (31-24).

Beaucoup de buts marqués, mais “seulement” une joueuse dans le top 10 des meilleures buteuses du championnat, avec Méline Nocandy en 4e position, avec 47 buts. L’internationale française exceptionnelle depuis le début de saison, véritable chef d’orchestre. Cela illustre aussi la capacité des Messines de provoquer le danger de partout. Provoquant de l’incertitude chez l’adversaire. Cette constance dans la performance semble indiquer que Metz est en capacité à maintenir un tel rythme jusqu’à la fin de la saison. Et pourtant, le niveau en Ligue Butagae Energie est excellent cette saison, plus que jamais.

Bourg-de-Péage et Dijon en surprises

Car la lutte pour l’Europe promet d’être plus féroce que jamais, avec huit clubs pouvant prétendre au Top 6. Parmi eux, deux formations qui ne se sont pas invité au bal des grands depuis des années. La lutte pour le Top 6, c’est même totalement inédit pour le club de Bourg-de-Péage. Arrivée en LFH depuis seulement 2017, les Drômoises ne cessent de gravir les échelons. Les voir se battre pour un Top 6 n’est pas une grande surprise, avec le recrutement effectué cet été et des jeunes qui se révèlent. Mais, voir les joueuses de Camille Comte en deuxième position à la trêve est une immense surprise.

Mais sportivement, cette place est logique. Avec la victoire d’entrée face aux championnes de France Brestoises (37-31), mais aussi sur le parquet de Nantes (26-29), contre Besançon (28-27). Seul Chambray a réussi à faire tomber la surprise de la saison, qui a su remporter ses plus grands chocs de la saison. Même si elles n’ont pas encore affronté Metz, qui représentera leur test ultime, on peut dire que cette deuxième place est totalement logique.

Voir Dijon à la 5e place n’était pas forcément attendu non plus. Les Dijonnaises ont lutté pour se maintenir la saison passée et les voilà en position de disputer la coupe d’Europe. Les Dijonnaises ont fait le travail contre des équipes moins bien classées, mais a bénéficié d’un calendrier assez favorable. Même si elles ont bien failli faire tomber Brest en Bretagne (défaite 30-28). Mais, avant la fin de la phase aller, elles vont affronter Besançon, Nantes, Paris 92 et Metz. Que des équipes qui ont disputé la coupe d’Europe cette saison. Il faudra faire un bilan plus complet à l’issue de ces quatre matchs. Mais s’il y a quatre défaites, cela peut vite les faire glisser au classement.

Bilan Ligue Butagaz Energie – Fleury déjà distancé dans la lutte au maintien

Dans un championnat aussi dense, la moindre faiblesse ne pardonne pas. Fleury l’a appris à ses dépends. C’est la chute pour un club qui disputait encore la coupe d’Europe la saison passée. Seule équipe à n’avoir remporté aucune rencontre, Fleury a surtout grillé des cartouches contre des adversaires directs. Comme d’entrée face au promu Celles (33-30), contre Toulon (29-19), contre Mérignac à domicile (25-20). Alors elles ont également affronté quelques grosses équipes du championnat. Le pire, c’est que Fleury n’est jamais largué dans ses matchs, avec des défaites de moins de cinq buts en moyenne. Mais la conjoncture du championnat, ne leur est pas favorable.

Car, devant, toutes les autres équipes ont remporté au moins deux matchs sur les neuf premiers. Y compris le promu Celles/Belle. Qui réalise un très bon début de saison, qui aurait presque pu être meilleur, à l’image de cette défaite lors du dernier match contre Bourg-de-Péage (28-29). Nice avait mal débuté mais reste sur deux victoires et un nul lors de ses trois derniers matchs et a pris ses distances. Tout comme Mérignac, dernier sauvé l’en passé et qui bascule à la 9e place à la trêve, en étant dans le vrai depuis le début de la saison.

Etienne GOURSAUD

Total
1
Shares
Related Posts