JO Fleuret par équipes – Un triomphe bleu blanc rouge et or !

Dernière journée pour l’escrime française à Tokyo. La fin d’une très belle semaine pour l’équipe de France, notamment pour les Bleus du fleuret par équipes.
Equipe de France masculine de fleuret

Cette rencontre avait tout d’une revanche. Celle d’une finale aux Jeux Olympiques de Rio, qui s’était finie au bout de la nuit à l’heure française, et qui avait vu l’équipe de France masculine de fleuret tomber face à la Russie. C’était aussi la revanche de deux autres finales, beaucoup plus récentes, où les homologues féminines tricolores avaient également perdu contre les athlètes olympiques de Russie, en fleuret puis en sabre. Deux médailles d’argent qui devaient rester dans les cœurs et les palmarès, mais l’or pouvait si bien couronner cette semaine.

retrouvez le tableau des médailles actualisé ICI

JO Fleuret par équipes – Un parcours accroché jusqu’à la finale

La rancœur brésilienne était d’autant plus présente sur la piste rouge du Makuhari Messe que Enzo Lefort et Erwann Le Pechoux, titulaires en 2016, étaient alignés ce midi. Le dernier, 39 ans, disputait même aujourd’hui son ultime grande compétition. Remplaçant, il est vite rentré en action, à la place de Maxime Pauty, dès le quart de finale contre l’Egypte. Une rencontre plus difficile que prévue, mais les Bleus ont pris le dessus dans les derniers relais (45-34). Toute aussi dur fut la demi-finale qui les opposaient au Japon. La belle avance fut réduite à presque rien à la tout fin, mais Erwann Le Pechoux a pu conserver trois touches d’avance (45-42).

retrouvez le résumé de l’épreuve de sabre féminin par équipes ICI

En finale contre la Russie, tous ont répondu présent. Julien Mertine, qui avait connu un trou d’air contre le Japon en demie, a concédé quelques touches sur son deuxième relais, mais a écrasé son adversaire sur son ultime reprise (7-2) pour offrir un bel avantage aux siens (35-23). Enzo Lefort, très solide toute la journée peu importe l’adversaire, ne concédait qu’une touche dans son dernier relais (40-24). L’honneur, mais aussi la pression de conclure était sur les épaules d’Erwann Le Pechoux, qui connait les épreuves par équipes comme personne (4 titres aux Mondiaux, 6 podiums au total).

Comme un symbole, car c’est lui qui avait lancé l’équipe de France sur les meilleurs rails après la première reprise (5-3). Face à lui, dans les dernières secondes, Kirill Borodachev comme l’incarnation de son dernier objectif de sportif, avec la médaille d’or en ligne de mire, au bout de la piste, au bout de son fleuret. Erwann pouvait presque prendre son temps, vu le matelas d’avance. Seize touches de match à 44-28. Et la délivrance. La joie communicative de quatre hommes qui bossent ensemble à longueur d’années. La médaille d’or, comme vingt et un ans plus tôt Jean-Noël Ferrari, Brice Guyart, Patrice Lhotellier et Lionel Plumenail, champions olympiques à Sydney. Et la revanche, elle, n’en fut que plus belle.

Mathéo RONDEAU

JO Fleuret par équipes

Total
1
Shares
Related Posts