Hand – Les tops et les flops de Metz – Paris 92 (36-21)

Metz Paris 92 Tops Flops – Dans un match à sens unique, les Messines ont survolé le choc face au Paris 92 (36-21) et prend seul la tête du championnat.
Metz Paris 92 Tops Flops - Metz a surclassé Paris
Metz Paris 92 Tops Flops – Metz a surclassé Paris

Metz Paris 92 Tops Flops – Dans un match à sens unique, les Messines ont survolé le choc face au Paris 92 (36-21) et prend seul la tête du championnat. En attendant Bourg-de-Péage/Fleury.

Crédit : Lucas Deslangles

TOPS

Metz Paris 92 Tops Flops – Le jeu varié messin

Relation au pivot, décalage à l’aile, mais aussi missives de loin et contre-attaques létales. Ce soir contre Paris 92, Metz Handball a récité un handball quasi total en attaque. Preuve en est, ces 18 buts marqués en première période, et 25 en seulement 42 minutes de jeu. A peu près tout à marché pour les joueuses de Manu Mayonnade. Qui ont inscrites leur 25 buts en … seulement 30 tirs. Une statistique qui frôle la perfection. Metz a donné le tournis à la défense Parisienne qui n’aura jamais vraiment su trouver de solutions face à cette déferlante.

L’autre grosse performance offensive de la soirée, symbole aussi de cette efficacité, c’est que, à l’exception d’Emma Jacques et Emme Tuccella, tout le monde a marqué côté Messin. Malgré le nombre de buts marqués, aucune joueuse qui ne dépasse les 10 buts. Mais une efficacité redoutable et redoutée pour tout le monde. Avec beaucoup de joueuses à 100% de réussite ce soir.

Une défense de fer et une gardienne en feu à Metz

Oui bien sûr, Paris n’a pas été inspiré offensivement. Oui Paris n’a pas été en réussite sur ses tirs. Mais c’est aussi dû à une défense incroyable du côté des Messines en première mi-temps. On parle là de cinq buts encaissés en une mi-temps. Ce sont des choses qu’on ne voit qu’extrêmement rarement au plus haut niveau du handball. Les Messines se sont appuyés sur une défense très mobile qui a asphyxié les Parisiennes, les obligeant à prendre des tirs très compliqués. Les Parisiennes n’ont concédé que 22 tirs en première mi-temps, c’est très peu et cela illustre la force de la défense.

Et quand les Parisiennes parvenaient à se mettre en position de tir, elles sont tombés sur une grande Ivana Kapitanovic dans les cages. Elle a réalisé un gros 6/11 dans les cages dans le premier acte. Avec de grosses parades à l’aile, mais aussi un 100% sur jet de 7 mètres (2/2). Au vu de la qualité de la défense de son équipe, on aurait pu croire qu’elle n’aurait que des tirs faciles à négocier. Ce fût loin d’être le cas dans ce premier acte. Si la défense et également la gardienne messine n’ont pas été aussi tranchantes en seconde mi-temps

Metz Paris 92 Tops Flops – Paris 92 n’a pas totalement sombré

Quand on prend -14 en une mi-temps sur le parquet de Metz, sans doute la meilleure équipe de France en ce début de saison. Il y a de quoi baisser les bras et totalement balancer la rencontre. Les Parisiennes, elles, ont su relever la tête et c’est tout à leur honneur. Preuve en est, à la mi-temps de la 2e mi-temps, ce sont bien les Parisiennes qui étaient “devant” 9-8. Paris a sauvé l’honneur et la face en se libérant davantage, en se montrant bien plus en réussite offensivement. Et qui auront marqué 15 buts en deuxième mi-temps et 20 au total. Elles ne perdent “que” de -2 la 2e mi-temps. La fessée totale est évitée. Comme on le disait, c’est tout à leur honneur d’avoir su se relancer dans un contexte aussi favorable.

FLOPS

Le manque d’inspiration offensive de Paris

En moins de sept minutes de jeu, les arbitres ont levé trois fois le bras, synonyme de refus de jeu. Symbole également du manque d’inspiration offensive des Parisiennes face à la défense messine. A cela s’ajoute un tout petit but inscrit en 8 minutes ! A l’aile, dans l’axe, Paris 92 s’est heurté sur le mur jaune. Et la tendance s’est confirmée tout au long de la première mi-temps. Avec beaucoup d’échecs aux tirs, avec seulement cinq buts marqués dans le premier acte en 22 tentatives. et aucun but marqué pendant 16 longues minutes. Une période de disette forcément rehdibitoire à ce niveau-là. Car Metz est alors passé de 5-3 à 14-3. Un 9-0 qui a fait couler les Parisiennes.

La deuxième mi-temps des Parisiennes a cependant été bien meilleure sur ce plan-là. En dix minutes, elles ont déjà inscrites autant de buts que durant toute la première mi-temps. Symbole de cette défaillance, l’ancienne Messine Marie-Hélène Sajka et ses 3/12 aux tirs après 45 minutes de jeu. Pourtant, pour elle, tout avait bien commencé avec deux buts sur ses deux premières tentatives. Il y a un peu de boulot pour les joueuses de Yacine Messaoudi qui devront capitaliser sur ce qu’elles ont montré en deuxième mi-temps, qui a été bien plus consistante.

Metz Paris 92 Tops Flops – La défense de Paris

Et à côté de cela, la défense, qui est sans doute le point fort de Paris, n’a pas répondu présente ce soir. Preuve en est, ces 18 buts encaissés en une seule mi-temps. Pour exemple, ce ne sont que deux buts de moins que lors de la victoire dans un choc face à Nantes. Face à Metz, Paris a coulé sur les fondamentaux. Avec beaucoup de naïveté dans les diverses relation. Une incapacité à contrer Méline Nocandy qui, certes n’a pas marqué, mais a distribué le jeu à sa guise. Trouvant avec facilité sa pivot Astride N’gouan (4 buts dans le premier acte). Paris qui a laché sur les missives de Micijevic (6 buts dans le premier acte).

Des Parisiennes mangées également sur le repli défensif, en difficulté sur les contre-attaques messines. Et ses gardiennes qui sont passées également à côté. Une défaillance symbolisée par Catherine Gabriel, qui n’a fait aucun arrêt en 14 tentatives en première mi-temps. Elle qui affichait le meilleur taux de réussite en LBE en ce début de saison, n’a pas su trouver la solution face aux différentes tireuses de Metz. Lea Serdarevic, n’a pas davantage brillé puisqu’aucune des deux gardiennes n’a réussi un arrêt en première mi-temps. Là-aussi, des choses qu’on ne voit pas souvent à ce niveau-là. Si, offensivement cela s’est amélioré en deuxième mi-temps, défensivement, jamais les Parisiennes n’auront su trouver de solutions.

Etienne GOURSAUD

Total
1
Shares
Related Posts