Adrien Dipanda - Handballeur

Arrière droit : #Equipe de France #Saint-Raphael Var Handball #Champion du monde 2017 #Medaille d'argent Jeux Olympiques 2016 #Montpellier Handball

QUICK QUESTIONS : ADRIEN DIPANDA

Voici nos Quick Questions, un méli-mélo de questions décalées pour mieux connaitre vos athlètes préférés. Cette semaine, c’est au tour d’Adrien Dipanda, arrière-droit du Saint-Raphaël Var Handball et récent champion du monde avec l’Equipe de France.

 

Ton athlète préféré durant ton enfance ?

Pete Sampras, j’aimais bien sa classe et son côté discret.

Ton autre sport de prédilection ?

Le tennis, mais j’ai arrêté depuis l’âge de 15 ans, donc je n’ai plus de classement.

Ton meilleur ami dans le sport ?

Luka Karabatic. À l’époque, on était numéro 1 de nos régions respectives en catégorie jeune au tennis. J’ai perdu et il me parle de ce match à chaque fois que l’on se voit. On s’est finalement retrouvé 7 ans plus tard au Montpellier Handball.

Le joueur le plus fort actuellement dans ton sport ?

Niko (Karabatic) ! C’est le joueur le plus complet en ce moment et certainement de toute l’histoire. Il fait gagner des titres dans toutes les équipes où il passe, il est aussi bon tactiquement, techniquement et mentalement.

L’instruction d’un coach la plus bizarre que tu as reçue?

C’était à l’époque où je ne jouais qu’en défense au SRVHB. Le coach m’a dit :  « Tu vois la ligne du milieu de terrain ? Imagine que c’est un mur, je ne veux pas que tu passes cette ligne ! ».

Ton meilleur souvenir sportif ?

Il y en a deux. Lors des Jeux Olympiques au moment de la cérémonie d’ouverture, tu rentres dans le stade et tu es avec tous les plus grands athlètes de la planète. Il y a une espèce d’euphorie que je souhaite à tous les sportifs.

Et également la victoire lors des Championnats du monde en France cette année, c’est une expérience qui sera difficilement égalable en termes d’émotions pour moi en tant qu’handballeur.

Ton pire souvenir ?

La défaite en finale des Jeux Olympiques 2016. On était tellement préparé pour gagner, on était tellement sûr de cette victoire au vu du travail de fou qu’on avait dû faire pour être prêt. Au coup de sifflet final, j’étais KO debout, sonné

Mon meilleur souvenir c'est la victoire lors des Championnats du monde en France cette année. C’est une expérience qui sera difficilement égalable en termes d’émotions pour moi en tant qu’handballeur.

- Adrien Dipanda

La chose qui t’a fait le plus rire lors d’une compétition ?

Pendant les championnats du monde Nikola Karabatic mettait des photos en ligne de l’équipe et au lieu de mettre ma tête, il mettait une tête de panda. Ça a commencé à faire un petit buzz auprès des journalistes d’ailleurs.

Finalement en vacances avec les frères Karabatic on croise un norvégien content de les croiser et là il me voit. Il les oublie, et il me dit, mais c’est toi le panda ? C’est comme s’il avait croisé Dieu le panda, il était aux anges (rires). Ça nous a bien fait marrer.

Ton rituel d’avant-match ?

J’appelle ma femme afin de parler d’autre chose. Comme elle est un peu déconnectée de tout cet environnement, ça me permet de prendre du recul avant un match.

Ton surnom ?

Panda.

Ton animal préféré ?

(rires), je suis plutôt chat, j’ai un persan à la maison. On m’associé souvent au Panda, mais j’ai aucune passion là-dessus.

Le pire rituel que tu as vu d’un autre athlète ?

Un ancien coéquipier slovaque de Montpellier avait 1000 tocs. Il pliait son slip de la même manière et le posait toujours de la même façon sur son t-shirt. Il enchainait tous ses rituels les uns après les autres, c’était assez bizarre.

Si tu avais quelque chose à changer chez toi?

Parfois mon manque d’empathie.

Ton talent caché ?

Je suis un peu autodidacte, on va dire que je suis plutôt bon bricoleur.

Ton pêché mignon ?

Les bonbons, le soir devant la TV pour conclure la journée en beauté.

Si tu pouvais changer quelque chose dans ton sport ?

J’aimerais que le handball reste intimiste, et qu’il s’éloigne un peu du buzz que les journalistes cherchent à créer comme on peut le voir dans le football ou le rugby. Je souhaiterais que le hand reste un sport familial et non people.

Le conseil que tu donnerais au jeune Adrien ?

De ne pas me cantonner à mon rôle de bon défenseur, mais d’oser un peu plus à me dépasser avant mes 25 ans. J’étais un peu trop timoré, alors que j’avais tout pour réussir plus jeune sur les deux côtés du terrain.

Ton pronostic pour la saison avec le Saint-Raphaël Handball ?

Je pense qu’on va finir 4eme et j’espère qu’on va gagner la coupe d’Europe EHF.