Athlé – La rédemption de Renelle Lamote

Renelle Lamote a battu son record personnel hier lors du meeting de Lausanne. Dans la foulée de sa médaille européenne.
Renelle Lamote

Renelle Lamote a battu son record personnel hier lors du meeting de Lausanne. Dans la foulée de sa médaille européenne.

Crédit : Yann Le Gal

Acte 1 – Les doutes de Renelle Lamote

Vice-championne d’Europe 2018 pour son retour, après une année 2017 blanche, Renelle Lamote semblait être repartie sur les bons rails, après une année 2016, marquée à la fois par un record personnel (1’58”01), une première médaille d’argent européenne. Mais aussi une énorme déception aux JO et une élimination prématurée dès les séries. Le meilleur moyen de rebondir ? Pas vraiment. Les années 2019 et 2020 vont être très compliquée pour la Française. Celle qui s’entraîne à Fontainebleau connait le doute. Né de blessures à répétition. Qui ont perturbé son année 2017 et qui ont fait leur retour en 2019. Qualifiée in-extremis pour les mondiaux de Doha en 2019, elle échouera en demi-finale, 6e.

Mais Renelle Lamote a déjà entamé un travail psychologique, depuis les JO de Rio. “Oui, je travaille avec une psychologue depuis 6 ans. Le manque de confiance en soi que l’on peut ressentir dans la vie en général se retranscrit sur la piste donc toute l’année je travaille avec ma psychologue sur des questions de ma vie personnelle.”, confiait-elle en juin dernier à Actu Caen. Elle évoque également sans tabou ses troubles alimentaires, un mal qui ronge bon nombre d’athlètes de haut-niveau. Surtout dans le demi-fond où la notion de poids est tellement importante. Mais le processus est long. Et Renelle Lamote peine à retrouver son meilleur niveau. Aucun chrono sous les 2 minutes en 2019 et en 2020. Cette dernière année étant marquée par le Covid.

Acte 2 – Le retour au plus haut-niveau

2019, année du changement complet pour Renelle Lamote. Elle quitte le pôle de Fontainebleau pour aller à Montpellier, avec comme entraîneur Bruno Gajer. Réputé pour entraîner des spécialistes du 400 m et réputé pour avoir des résultats avec les femmes, l’entraîneur montpelliérain va remettre en selle la spécialiste du 800 m. Si cela ne se concrétise pas tout de suite en 2020, la faute au Covid qui perturbe la saison estivale. Mais 2021 va être l’année du grand retour au plus haut-niveau.

Lors du meeting de Montreuil en 2021, elle frappe un grand coup en remportant la course en 1’58”65. A 64 centièmes de son record personnel. Son meilleur chrono depuis 2016, l’année de son record ! Et elle va encore accélérer à Chorzow. Elle prend la 3e place du meeting Diamond League, avec un chrono de 1’58”11. Elle n’est plus qu’à 1 dixième de son record personnel. Le temps de glaner un titre de championne de France Elite entre deux meetings, Renelle Lamote est infatigable. Et le record personnel va tomber sur la mythique piste de Monaco. Dans un nouveau meeting Diamond League, Renelle Lamote prend la 6e place et casse la barrière des 1’58 (1’57”98).

Logiquement qualifiée pour les JO, elle s’arrête en demi-finale. Un cran de mieux qu’à Rio dans une année avec une concurrence folle sur la distance. Elle est d’ailleurs 5e de sa demi-finale… en 1’59’40. Loin d’être ridicule et loin de ses 2’02”19 lors de la série au Brésil.

Retour sur le record personnel de Renelle Lamote : ICI

Acte 3 – La concrétisation de Renelle Lamote et la médaille européenne

De quoi lui redonner de la confiance en moment d’aborder l’année 2022 ! Qui démarre de la meilleure des manières avec une 2e place lors du meeting Diamond League de Birmingham fin mai, en 1’59”53. Hormis au meeting de Montreuil (victoire en 2’00”68), Renelle Lamote va courir tous ses meetings sous les deux minutes. Et accumuler les podiums en Diamond League. Troisième à Rabat (1’59”83), deuxième à Rome (1’58”48), encore troisième à Oslo (1’58”50). Une régularité comme elle ne l’a jamais eu dans les plus grands meetings du monde ! Un cran franchi même si le record personnel ne tombe pas. De quoi en faire une sérieuse outsider lors des mondiaux de Eugene.

Malheureusement, le Covid passe par là et elle sera éliminée en demie, sixième en 2’00”86. Les doutes reviennent. Mais grâce à un gros travail psychologique, elle a su se remobiliser rapidement. Pour arriver compétitive à Munich. En Allemagne, elle décroche la troisième médaille d’argent européenne. Et de garnir un très beau palmarès sur le plan continentale. Keely Hodgkinson était intouchable, dans la foulée de sa médaille d’argent mondiale. Mais Renelle Lamote s’est offerte le scalp de Jemma Reekie.

Hier, à Lausanne, Renelle Lamote a apporté la cerise sur le gâteau d’une magnifique année 2022. Avec un record personnel porté à 1’57”84. Et ce n’est peut-être pas fini !

Total
16
Shares
Related Posts