Les Champions de la Paix

Réunis dans un collectif de plus de 100 sportifs de haut niveau engagés personnellement en faveur du mouvement de la paix par le sport, les « Champions de la Paix » constituent un des piliers fondamentaux de Peace and Sport.
Ils œuvrent pour faire du sport un outil de dialogue et de cohésion sociale.
Modèles, héros et source d’inspiration pour les jeunes du monde entier, ils mettent leur temps, leur notoriété, leur expérience d’athlètes au service de projets utilisant le sport en réponse à des enjeux sociaux.

Crédits Photos : Peace and Sport

Je n’étais pas prédestinée à devenir une perchiste. J’aurais même pu passer à côté de l’athlétisme. J’ai commencé le sport très jeune, dès l’âge de 5 ans, mais j’ai commencé par la gymnastique. J’en ai fait pendant 10 ans, jusqu’à atteindre le niveau des Masters. À l’âge de 15 ans, on m’a orientée vers le saut à la perche. Après 6 mois d’entraînement, j’ai remporté les Jeux de la Jeunesse à Moscou, puis j’ai disputé les championnats du monde juniors. Tout est allé très vite. Pourtant, l’athlétisme n’était pas mon premier choix. J’y suis venue par accident.

À mes débuts, ma connaissance de ma discipline était proche de zéro. Quand j’ai commencé, mon entraîneur m’a expliqué très calmement que si je travaillais dur et si j’écoutais ses conseils, je pourrais devenir la nouvelle Bubka. Je me souviens l’avoir alors regardé fixement, avant de lui demander : « Mais qui est-elle ? » Je n’avais jamais entendu parler de Sergueï Bubka !


Anastore.com

Avec un tel parcours, il m’a été difficile de grandir en cherchant à suivre les exemples ou l’inspiration d’athlètes modèles. Je n’en ai pas eu. Mais, plus tard, j’ai réalisé l’importance de montrer aux jeunes de son propre pays, et même du monde entier, une bonne image de soi-même, tout à la fois comme athlète et comme individu. Être un champion n’est pas suffisant pour inspirer la jeunesse. Il faut aussi incarner certaines valeurs. J’ai eu l’occasion de rencontrer des grands athlètes qui se sont révélés des personnes assez peu fréquentables.

Le sport m’a tout donné, littéralement. Je lui dois la vie que je mène aujourd’hui. Je lui dois l’opportunité d’avoir voyagé dans le monde entier, rencontré des gens de tous les horizons, connu des moments incroyables. Sans le sport, mon existence aurait été tellement différente. Aujourd’hui, alors que ma carrière d’athlète est derrière moi, le moment est venu de transmettre aux jeunes tout ce que le sport m’a apporté. D’une certaine façon, je veux rendre. Il me revient maintenant d’expliquer tout ce qu’il est possible d’accomplir grâce au sport, sous réserve de travailler très dur et de croire en soi.

Depuis le début, ma fondation a pour objectif de venir en aide, par le sport et par sa pratique, aux enfants orphelins. J’essaye de leur apporter un soutien, social et financier, un centre d’accueil, des raisons d’avoir confiance en l’avenir.

Cette mission, j’essaye de l’accomplir de deux façons. La première passe par la fondation qui porte mon nom. Je l’ai créée en 2013, dans ma ville natale, Volgograd. Elle me tient extrêmement à cœur. Depuis le début, ma fondation a pour objectif de venir en aide, par le sport et par sa pratique, aux enfants orphelins. J’essaye de leur apporter un soutien, social et financier, un centre d’accueil, des raisons d’avoir confiance en l’avenir. Nous leur proposons des activités sportives, en insistant de plus en plus sur les sports urbains, comme le parkour, car ils peuvent se pratiquer sans argent, équipement ou matériel. Nous organisons un festival des sports. Je profite aussi de mon réseau pour inviter des champions olympiques à venir parler à ces jeunes gens et filles défavorisés par la vie.

Mon engagement se traduit également par mon rôle de Championne de la Paix de Peace and Sport, une organisation neutre et indépendante. Je prends cette fonction comme un immense honneur et une grande responsabilité. Nous sommes seulement une centaine de Champions de la Paix, originaires d’une quarantaine de pays. Pour moi, en faire partie représente un privilège. Avec Peace and Sport, je peux aller plus loin que les mots, pour passer vraiment à l’acte, en accompagnant des projets concrets, sur le terrain. Je crois depuis longtemps au rôle que le sport peut jouer pour rapprocher les gens. En ma qualité de Championne de la Paix, je peux concrétiser cette conviction et lui donner une dimension plus universelle.

YELENA