Voici nos Quick Questions Olympiques, un méli-mélo de questions décalées pour mieux connaître vos athlètes préférés qui défendent les couleurs tricolores à Pyeongchang.

Alors que les épreuves de ski alpin vont enfin débuter, Victor Muffat-Jeandet nous parle de ses coéquipiers de l’Équipe de France et des Jeux Olympiques avant de peut-être rapporter une médaille sur le combiné où il apparaît comme l’un des favoris avec Alexis Pinturault ou Marcel Hirscher.

Qui est une bête en salle de musculation dans l’Équipe de France de ski alpin ?

On est tous des bêtes (rires) ! Il y a énormément de préparation et de muscu donc on est tous assez performants. Après physiologiquement il y a des différences, mais je ne donnerais pas de noms, car en ski ça ne sert à rien d’être le plus fort à ça.

Le plus chambreur ?

Je peux être pas mal, tout comme Julien Lizeroux.

Le plus fou ?

On est tous un peu fous (rires).

Le plus fainéant ?

Je vais dire Steve Missillier pour son style tout en relâchement. Il est malheureusement blessé en ce moment et ne pourra pas participer aux Jeux Olympiques.

Quel adjectif te définit le mieux ?

Faut demander aux autres, c’est difficile de se juger. Il devrait y avoir des réponses rigolotes.

Qui aurait sa place dans “Les bronzés font du ski” ?

Brice Roger en tant que Popeye.

Parmi les athlètes de l’Équipe de France, qui gagnerait un food contest raclette et tartiflette ?

Les descendeurs sûrement.

Tu as un rituel d’avant-course ?

Je n’ai pas vraiment de rituel, mais plus des routines qui viennent de ma préparation.

Ce n’est pas vraiment la superstition, mais il y a plein de petits automatismes qui se mettent en place à l’entraînement que je vais répéter parfois de manière inconsciente juste avant le départ d’une course.

Ton surnom ?

J’en ai plusieurs, mais si je dois en choisir un ce serait “totor”.

Ton meilleur souvenir avec l’Équipe de France?

C’est ce que je vis au quotidien. Le ski est un sport individuel, mais on passe beaucoup de temps avec les autres membres de l’équipe de France, souvent plus qu’avec nos familles. On s’entend super bien et tous ces moments, c’est vraiment du bonheur.

Ton meilleur ami en Equipe de France ?

J’en ai plusieurs, on s’entend vraiment tous très bien. J’ai la chance de côtoyer plusieurs groupes grâce au combiné et au géant. Je suis super pote avec Robin Buffet, je m’entends aussi très bien avec Jean-Baptiste Grange qui joue un peu le rôle de grand frère et en géant avec Thomas Fanara. Les descendeurs sont aussi des gens de ma génération donc on rigole bien ensemble.

La chose la plus folle que tu as pu voir en compétition ?

Ce que je vis de plus fou, ce sont toutes ces compétitions. C’est la descente de Schladming où il y a 50 000 spectateurs et en soirée c’est digne d’une ambiance de stade de football. C’est très festif et bien évidemment sympa de participer à de telles courses.

Tes objectifs pour les Jeux Olympiques ?

Ce sera de bien skier et d’être vraiment concentré sur moi. Si je fais bien les choses, il n’y a pas de raison que ça n’aille pas bien. J’ai vraiment envie de vivre à fond le plus grand événement sportif, un rêve que j’ai depuis que je suis tout petit.