Tensions avec la Chine, mort de Kobe, Black Lives Matter… retour sur cette saison NBA 2019-2020 (#1)

Crédit photo : YouTube

Une saison étrange, longue, haletante, tendue… Difficile de qualifier cette édition 2019-2020 qui nous aura réservé son lot de bonnes et mauvaises surprises. Retour sur les faits marquants d’une saison pas comme les autres. 

LE MATCH NBA VS CHINE

Le premier fait marquant de cette saison remonte au 4 octobre avec le tweet de Daryl Morey, directeur général des Houston Rockets. Il apportait alors son soutien aux manifestations qui se déroulaient à Hong Kong. Dans les jours qui ont suivi, la Fédération chinoise de basketball (dirigée par Yao Ming, joueur emblématique des Rockets de 2002 à 2011), des diffuseurs et autres sponsors avaient même décidé de rompre leurs liens commerciaux avec la NBA. Plusieurs magasins Nike en Chine avaient notamment retiré les équipements des Rockets de leurs rayons, et la diffusion de plusieurs matchs avait été annulée.

DAVID STERN, CLAP DE FIN

« Sans David Stern, la NBA ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui ». Pour Michael Jordan et de nombreux amoureux de la balle orange, Stern aura été l’artisan du développement de la NBA, avec comme point de départ la fusion ABA-NBA. Dans les années 80, David Stern a capitalisé sur la rivalité Lakers-Celtics incarnée par deux des plus grands joueurs de l’histoire de la NBA : Larry Bird et Magic Johnson. Les matchs qui étaient jusque-là diffusés sur NBC, ont commencé à intéresser d’autres grandes chaînes de télévision américaines comme ESPN et ABC. Sous son mandat, la ligue est devenue une marque reconnaissable qui pèse plusieurs milliards de dollars et attire des joueurs et (télé)spectateurs du monde entier. Le premier match de saison régulière disputé en France entre les Milwaukee Bucks du MVP Giánnis Antetokoúnmpo et les Charlotte Hornets de Nicolas Batum illustre d’ailleurs bien cette stratégie d’internationalisation. Dans cette révolution, nous pouvons également noter la création de nouvelles franchises, de la WNBA (championnat féminin) et de la G-League (ligue de développement). Avec David Stern aux commandes, la NBA aura décidément passé un cap !  

MAMBA OUT

Comment parler de cette saison sans évoquer la mort tragique de la légende Kobe Bryant. Pour beaucoup, ce dimanche du 26 janvier 2020 restera gravé dans les mémoires. Bryant, sa fille Gianna et sept autres passagers meurent dans un accident d’avion à Calabasas. Kobe n’est pas immortel, mais est un monstre de son sport : cinq fois champion NBA, MVP en 2008, deux fois MVP des Finales en 2009 et 2010, dix-huit fois All Star… Attaché à la franchise mythique de Los Angeles, le Purple and Gold coule dans ses veines. Il aura joué pour les Lakers tout au long de sa carrière, soit vingt saisons sous le même maillot ! (record partagé avec Dirk Nowitzki des Dallas Mavericks). Connu pour sa Mamba mentality, c’est bien plus que la planète basket qui a rendu hommage à celui qui sera intronisé au Hall Of Fame le 13 mai prochain.

LA « BULLE » DE DISNEY

Les fans de basket commençaient à trouver le temps long… Après l’interruption du championnat pour cause de coronavirus, la NBA a finalement fait repartir la machine au sein du parc d’attractions Disney World d’Orlando. Cette reprise a longtemps été incertaine, mais le patron de la NBA, Adam Silver, a mis un point d’honneur à finir la saison. L’enjeu financier est énorme, le jeu doit se poursuivre. Une reprise dans des conditions très particulières certes, mais une reprise quand même. Contexte sanitaire oblige, la NBA n’a pas lésiné sur les moyens en créant une véritable bulle pour protéger les joueurs et le personnel (tests quotidiens, interdiction de sortir de la bulle sauf cas particuliers, etc…) et assurer le spectacle (écrans géants projetant un public de fans en temps réel). L’expérience Disney a été inédite, pas forcément au goût de tout le monde, mais elle aura sans doute permis à la ligue de limiter les dégâts.

MORE THAN BASKETBALL

Au-delà de l’aspect sportif, cette saison aura mis en évidence des enjeux politiques et sociétaux. En soutien au mouvement Black Lives Matter, la NBA a autorisé les joueurs à utiliser leur plateforme pour dénoncer les inégalités raciales et encourager les Américains à voter. Black Lives Matter a été peint sur les parquets, d’autres slogans ont été inscrits sur les maillots et lorsque les joueurs ont senti que le message ne passait pas, ils n’ont pas hésité à boycotter des matchs. Ces initiatives ont ensuite été suivies dans d’autres championnats américains : en MLS (football), en MLB (baseball), en NFL (football américain), ou encore en NHL (hockey sur glace). À l’aube d’une reprise éventuelle, plusieurs joueurs dont Kyrie Irving, star des Brooklyn Nets, avaient même appelé au boycott de la saison, craignant que ce combat ne soit relégué au second plan. Finalement, le championnat est allé à son terme, mais le basket n’était pas totalement à la fête.

Une saison 2019-2020 étrange, longue, haletante, tendue… Ce qui est sûr c’est qu’elle aura été riche en émotions !

Deborah Mondjo