Slovénie – France : notes et débrief du match (17-27) (EHF Euro 2020)

Ce Slovénie – France était important, deux jour après le match accroché contre le Monténégro (24-23). Cette fois-ci, il n’y a pas eu de suspense, tant les Bleues ont maîtrisé leur sujet. Portées par une défense exceptionnelle et deux gardiennes en état de grâce, les Bleues se sont détachées au fur et à mesure de la rencontre. Les cadres, en difficulté lors du premier match, ont bien répondu présentes, à l’image d’une Alexandra Lacrabère presque à 100% (7 buts), ou une Estelle Nze-Minko, diabolique en contre-attaque (7 buts également).

A noter également le turnover effectué par Olivier Krumbholz dans ce match, profitant de l’avance. Ainsi une joueuse comme Béatrice Edwige a pu se reposer. Un euro c’est long et pouvoir faire du turnover est un luxe que le sélectionneur français a pu se permettre aujourd’hui. Et qui pourra compter pour la suite. Les Bleues sont qualifiées pour le tour principal, avant même d’affronter le Danemark. Un premier soulagement, mais il ne faudra surtout pas se relâcher !

Slovénie – France : Deux gardiennes au niveau exceptionnel

Cléopatre Darleux (8/10) : Elle a poursuivi le travail de sape de sa coéquipière dans les cages. Non en fait, elle a encore plus écœuré les Slovènes lors de son entrée. Nouvelle prestation XXL de la Brestoise.

Amandine Laynaud (7/10) : Très bien aidée par une défense solide, Amandine en a profité pour monter en puissance. Quelques parades bien utiles, quand la Slovénie a fait (un peu) surface. Surtout un gros 6/12 (50%). Des stats tout simplement exceptionnelles pour la sociétaire de Györ. Si on devait noter un bémol ce serait ses relances. Elle termine finalement à 40%, synonyme de très grand match !

Sirama Dembelé-Pavlovic (5,5/10) : Bien agressive et elle a bien bloquées les ailes dans le premier acte. Olivier Krumbholz a ensuite fait le choix de la reposer pour la suite de la compétition. Chacun le sait, on aura bien besoin de notre capitaine.

Coralie Lassource (non notée/10) : Elle n’a pas réussi à gommer son match du Monténégro. Elle est encore jeune, cette compétition est un apprentissage. En on peut noter du progrès par rapport au premier match.

Chloé Valentini (non notée/10) : Encore une fois, on aimerait la voir davantage. Toujours à 100% dans cet Euro (3/3), mais en mal de temps de jeu, difficile d’analyser son match ce soir.

Pauline Coatanea (6/10) : Les rares ballons à l’aile ont été bien exploités (2/2 en première mi-temps). Un peu moins en réussite dans le second acte, où elle n’a pas beaucoup joué. L’ailière a montré cependant qu’on pouvait compter sur elle. Solide

Laura Flippes (5,5/10) : Son but en fin de match va peut-être lancer sa compétition, elle qui a connu quelques échecs aux tirs. On aura besoin de Laura Flippes sur le reste de la compétition. Elle a bien mieux défendue que contre le Monténégro !

Les cadres ont répondu présent !

Kalidiatou Niakaté (non notée/10) : Très peu de temps de jeu pour celle qui avait beaucoup souffert vendredi.

Estelle Nze-Minko (8/10) : Trois buts et deux où trois fautes provoquées. En 10 minutes, elle en a davantage montrée que vendredi. Sur des standards plus digne de son standing d’impact player. Redoutable sur les contre-attaques. Elle a ensuite moins jouée quand les Bleues avaient le match en main. Mais elle est revenue encore plus forte en deuxième mi-temps, poursuivant son travail de sape.

Grace Zaadi (6/10) : A l’instar de Estelle Nze-Minko, beaucoup plus en réussite sur ses prises d’initiatives (2/2 dans le premier acte). Mais quelques choix discutables ensuite, qui ont amené des pertes de balles. Sanctionnée deux fois d’exclusion temporaire. Mais cela résume paradoxalement une belle activité défensive !

Méline Mocandy (4/10) : Elle a souffert de la comparaison avec Estelle Nze-Minko. Quelques tirs ratés et beaucoup sanctionnée que ce soit offensivement ou défensivement. Elle ne s’est pas montrée aussi à son aise que vendredi. Mais c’est peut-être lié à la montée en puissance des cadres ce soir.

Aïssatou Kouyaté (non notée/10) : Une nouvelle belle entrée, avec un 2/3. Pas aussi décisive que vendredi, elle nous a cependant offert un nouveau match de qualité. Elle a fait souffrir la défense adverse par son impact physique.

Slovénie-France : Un collectif qui est monté en puissance !

Alexandra Lacrabère (7/10) : Une entame timide, mais ensuite on a vu une Alexandra Lacrabère totalement différente de vendredi. Il faut également saluer son énorme impact défensif. Les Slovènes ont butées sur elle, que ce soir en première ou en seconde mi-temps. Un 100% également. Elle a poursuivi sur les même standards dans le second acte.

Océane Sercien (6/10) : Du mieux pour l’arrière française, moins en difficulté au tir, sauf paradoxalement sur des situations facile, et plus en réussite sur des tirs compliqués. Elle aussi est montée en puissance défensivement.

Béatrice Edwige (6,5/10) : Utilisé uniquement sur les séquences défensives, elle a encore mis un gros impact, à l’image de ce qu’elle avait montrée au premier match déjà. Elle a fait ce qu’elle avait à faire. Surtout, elle a pu se préserver un peu pour la suite de la compétition.

Pauletta Foppa (6/10) : Intégrée sur l’animation offensive, la jeune pivot a mis 10 minutes à trouver ses marques. Avant de se lancer. Malgré tout quelques échecs aux tirs dans ce premier acte. En revanche, un gros impact physique. Profitant de l’écart creusé, elle a pu être testée sur le secteur défensif. Elle a offert de sérieux gages sur ce plan-là.

Le collectif (7,5/10) : En défense c’est 9/10 tant les Bleues ont écœuré les velléités Slovènes. En attaque ce fut un peu plus cahin-cahin, avec du très bon et parfois quelques gros temps faibles, comme en fin de première mi-temps. Une prestation collective cependant largement plus probante. On a senti un vrai bloc équipe ce soir. Une souveraineté et une solidité qui a duré tout au long de la rencontre. On est rassuré. Ce Slovénie – France risque de faire beaucoup de bien au moral des troupes.

Etienne GOURSAUD