Serge Betsen - Rugbyman

Ancien Troisième Ligne aile: #63 sélections en Equipe de France #Ancien Biarritz Olympique #Ancien London Wasps #Champion de France 2002, 2005, 2006 #Vainqueur du Tournois des 6 Nations 2002,2004,2007 #Oscar du Midi Olympique 2002

Pendant cette édition 2019 de la Coupe du Monde de rugby au Japon, Sans Filtre fait intervenir des acteurs du sport pour vous donner leurs analyses à chaque journée de la compétition. Le sécateur au 63 sélections, Serge Betsen, nous livre donc son avis sur l’élimination des bleus contre le Pays de Galles.

Aujourd’hui, je suis submergé, tout comme hier. En tant que joueur, en 2003, j’ai pleuré dans le vestiaire après le match contre les Anglais en Australie ! En tant que fan aujourd’hui cependant, il s’agit plus de ce sentiment étrange, c’est plutôt cette désillusion et la frustration de regarder votre pays réduit à 14 hommes.

Mais avant la frustration, il faut admirer le rugby que l’équipe Française a joué contre le Pays de Galles. Tellement concentré, si créatif, si imprévisible : c’est le rugby que vous voulez voir ! Cet essai de Charles Ollivon pourrait bien devenir l’un de mes moments préférés de cette Coupe du Monde. Nous avons produit peut-être l’une des meilleures performances de ces quarts de finale. Ce qui ne peut qu’ajouter à ma dévastation de nous voir sortir de la Coupe du Monde.


Anastore.com

Oui, la décision de donner un carton rouge à Sébastien Vahaamahina est 100% correcte. Quand il s’agit de la sécurité des joueurs, nous devons montrer en effet que nous prenons les choses au sérieux et ne pouvons pas permettre des actions comme celle-ci.

Ma question à World Rugby et à l’organe arbitral concerne ce carton jaune donné à Ross Moriarty. Le TMO a fait une brillante intervention en disant qu’il y avait un plaquage dangereux sur notre numéro 12 Gaël Fickou, et le ralenti montre clairement un coup direct sur le cou. Il ne semble pas y avoir de circonstances atténuantes, alors pourquoi le jaune ? Pourquoi pas un carton rouge ?

Nous demandons constamment aux joueurs d’être à leur meilleur niveau, d’adopter une attitude professionnelle, de respecter l’autorité de l’arbitre. Je pense qu’il serait juste que nos organes directeurs redonnent le même respect aux joueurs.

Je ne veux pas blâmer l’arbitre, des décisions doivent être prises et c’est sûrement un environnement sous haute pression. Mais que pouvons-nous demander de plus aux joueurs si nous ne sommes pas cohérents avec cette prise de décision ? Comment peuvent-ils avoir une idée claire de ce qui est permis ou non ?

La Coupe du Monde n’est pas seulement un grand moment de sport, c’est une plate-forme énorme pour le développement de notre sport. Les gens qui ne sont pas habitués au match regardent ces 80 minutes de rugby palpitantes parce qu’ils savent que leur pays joue. Nous devons leur montrer une toile claire, des règles de jeu limpides afin que notre jeu soit non seulement sûr, mais excitant à nouveau.

Nous avons vu un grand rugby au cours de cette Coupe du Monde, mais une bonne quantité de cartons aussi. Et toutes les décisions ne sont pas prises très clairement pour les téléspectateurs, les joueurs ou les entraîneurs. Disons à haute voix ce que nous voulons voir des joueurs, et ce que nous n’accepterons plus. Et restons-en là, soyons cohérents.

Pour mon équipe française, c’est malheureusement la fin, je sais que la frustration doit être immense, en particulier pour les joueurs qui ont annoncé qu’il s’agissait de leur dernier match de rugby international : Guilhem Guirado et Louis Picamoles en particulier. Merci pour ce que vous avez fait pour le jeu et le rugby français. Il y a de l’espoir pour 2023 cependant, quel groupe brillant de jeunes joueurs nous avons. Nous avons maintenant construit et montré au monde entier que l’équipe française est fière, respectée et, je l’espère, redoutée de nouveau.

SERGE