Ludovic Fàbregas - Handballeur

Pivot : #Equipe de France #Montpellier Handball #Champion du monde 2017 #Médaille d'argent Jeux Olympiques 2016 #Coupe de France 2016 #Coupe de la Ligue 2016

Voici nos Quick Questions, un méli-mélo de questions décalées pour mieux connaître vos athlètes préférés.

Alors que l’Equipe de France de handball vient d’entamer le Championnat d’Europe par une victoire contre la Norvège, nous avons rencontré Ludovic Fabregas pour qu’il nous parle des coéquipiers de l’Equipe de France. Blessé, le pivot international qui rejoindra le FC Barcelone la saison prochaine, ne pourra pas participer à cet Euro mais en sera le premier supporter. Crédit photo : S.Pillau FFHB.

Le joueur le plus technique ?

Luc Abalo, toujours des gestes techniques parfois même spectaculaires, mais travaillés comme il le précise. Mais Mickael Guigou n’est pas mal dans le genre.

Le moins technique ?

Je dirais Vincent Gérard. C’est un bosseur, un gardien intelligent. Après, il tente souvent des tirs de loin, mais trop souvent à côté (rires).

Le plus drôle ?

Luc est assez marrant. C’est un artiste en tout genre. Il a toujours des histoires à raconter, friant d’imitations. Il met beaucoup d’ambiance dans un groupe, mais il est capable en peu de temps de se remettre dans la peau du compétiteur qu’il est.

Le plus intelligent ?

Vincent a fait pas mal d’études, il a beaucoup de culture.

Le plus colérique ?

Je vais encore dire Vincent, le connaissant bien avec Montpellier. C’est quelqu’un de très exigent donc on ne lui en veut pas.

Le pire surnom du groupe ?

« La Tour », pour Nicolas Tournat. Il fallait bien distinguer tous les Nico de l’équipe. Ce n’est pas forcément le surnom le plus recherché, mais ce n’est pas le plus important.

Le plus impressionnant à la salle de muscu ? 

Il y a duel entre Niko Karabatic et Cédric Sorhaindo, mais je vais dire Cédric pour qu’il soit content.

Le moins ?

Mickael Guigou, qui travaille en fonction aussi de son profil et de ses besoins. Mais c’est le plus rusé.

Celui qui devrait perdre un peu de poids ?

(Rires) Je dirais encore Vincent Gérard, mais il s’est bien affuté depuis quelques mois.

Ton meilleur ami dans l’équipe ?

Je suis très proche des jeunes de ma génération, Yanis Lenne certainement.

L’année dernière Ludovic devenait Champion de Monde à la maison !

Quel jeune vois-tu devenir le futur leader de l’EDF ?

Difficile d’en citer précisément, car le chemin est long pour en arriver jusque-là. On voit des jeunes éclore dans notre championnat et sur la scène européenne. Le réservoir français est bien garni. À nous maintenant, jeunes joueurs, de travailler pour continuer d’écrire au mieux l’histoire de l’Équipe de France.

Celui qui est le plus chambreur ?

Quelques mois auparavant, j’aurais pu dire Thierry Omeyer, mais toujours dans un esprit de compétition.

 Celui que tu emmènerais avec toi pour aller à la guerre?

Cédric Sorhaindo sans hésitation. C’est quelqu’un sur qui tu peux compter quoi qu’il arrive.

Celui que tu n’emmènerais pas ?

Yanis Lenne (rires). Mais bon, je le prendrais quand même avec moi.