Voici nos Quick Questions, un méli-mélo de questions décalées pour mieux connaître vos athlètes préférés.

Alors que l’Équipe de France est en 8ème de finale des Championnats d’Europe de Volleyball qui se déroule à domicile, Jénia Grebennikov s’est prêté à notre QQ. (Crédits photos : FIVB & FFVB)

 

Ton premier souvenir de volley :
C’était quand mon père m’emmenait au tournoi de beach-volley, c’étaient des tournois 3 contre 3, je me rappelle j’avais un t-shirt du tournoi rose et jaune, et je jouais tout le temps avec lui sur le sable quand il finissait ses matchs.

Le métier que tu voulais faire quand t’étais petit ?
Joueur pro, peu importe le sport, sportif de haut niveau.

Ton premier trophée en volley ?
Champion de Bretagne en poussin, et autrement en pro c’était avec Rennes en 2012 lors de la Coupe de France.

Enfant turbulent ou calme ?
Très calme, très malin je faisais des petites bêtises sans que personne ne le voit.

Plus gros raté en volley ?
Je dirais les JO de Rio, c’était une réussite de se qualifier, mais un échec qu’on a eu lors des quarts de finale.

Plus grosse bêtise enfant ?
J’imitais la signature de mes parents quand il fallait signer les contrôles par exemple.

Plus beau souvenir en EDF?
La 1ere compétition qu’on a gagnée, en 2015, la World League et autrement c’était mon 1er hymne quand j’ai eu ma 1ere sélection en 2011 contre l’Italie à Chambéry, c’était particulier.

Chanson du moment ?
C’est une chanson italienne de la chanteuse Élisa, Anche Fragile…

Sportif préféré ?
Zidane, c’est pour cela que j’avais le n° 10 en club, il dégage une sérénité incroyable et beaucoup de talents.

Chanson détestée du moment ?
C’est surtout l’équipe qui écoute cette chanson et je ne suis pas vraiment fan… c’est « les méchants » de Heuss L’enfoiré.

Meilleur volleyeur aujourd’hui au monde ?
Celui qui fait la différence en ce moment c’est Leon.

Plat préféré ?
Pâtes avec de l’huile et du parmesan. J’évite de trop en manger car je prends vite du poids mais ils le font vraiment bien en Italie !

Les points forts de l’équipe de France ?
Notre collectif, le fait qu’on s’entende bien, notre envie de gagner et surtout le fait qu’on ne lâche rien.

Boisson préférée ?
En ce moment j’aime bien le perrier-grenadine !

Les points faibles de l’équipe de France ?
La concentration, c’est pour cela que parfois on a des chutes dans un match, et le fait qu’on se connaît tous très bien, cela fait 10 ans qu’on travaille ensemble, donc on peut avoir des petits relâchements.

Lieu de vacances favoris ?
Là où je viens d’acheter une maison dans le sud, il y a d’ailleurs Kevin Tillie qui est là-bas également, à Mandelieux.

L’adversaire le plus coriace pour la France à cet Euro ?
Le plus coriace… Je peux en dire 5 ! Italie, Russie, Pologne, Bulgarie et Serbie.

Hobby favori en dehors du volley ?
En ce moment j’aime bien faire des petits roadtrips, j’ai une Jeep Wrangler et on en profite pour aller en montagne, en Corse, dès que j’ai le temps.

Les chances de la France pour gagner l’Euro ?
20 %.

Ta célébration si vous gagnez ?
J’arrête le volley !
Non je plaisante mais je ne sais pas, ça serait incroyable, à Bercy donc faire la fête avec l’équipe la famille et ne pas dormir pendant 1 mois !

Articles recommandés