Lotfi Derradji – Pro-gamer

PES: #AS Monaco Esports 

Les pro-gamer sont souvent imperméables à toute communication avant que la compétition ne soit terminée. La rubrique « Dans la peau » permet aux joueurs de partager avec vous ces moments secrets et déterminants qui forgent la réussite de leurs projets.

Arrivé au sein de la section esport de l’AS Monaco depuis la nouvelle saison, Lotfi Derradji nous raconte sa nouvelle aventure au sein d’une institution aussi prestigieuse que le club monégasque. Il nous éclaire aussi sur le renouveau de la scène esport du jeu PES. (Crédits photos : AS Monaco)

Mon histoire avec les jeux vidéo a toujours été liée à la série Pro Evolution Soccer. Comme beaucoup de personnes de ma génération, j’ai pu m’amuser sur les GTA, Dragon Ball Z Budokai, mais PES a toujours été mon jeu préféré.

Je me souviens que c’est avec PES 4 que j’ai débuté notamment avec mes cousins. L’année d’après, mes parents m’avaient offert ma propre console et je pouvais continuer à progresser en jouant contre l’ordinateur. Je n’ai découvert le mode online ou l’on pouvait jouer avec d’autres adversaires qu’assez tard, en 2012. Tout s’est alors enchaîné très vite : première victoire en tournoi en 2013, commencement de la compétition sérieusement sur PES 15 puis premières LAN* l’année suivante. Je n’ai plus quitté le haut-niveau du jeu depuis ce moment-là.

*Tournoi en réseau local.

ÊTRE UN MEMBRE À PART ENTIÈRE DE L’AS MONACO

Il y a quelques mois, j’ai été contacté par Jérémy Girardot le manager de l’AS Monaco eSports qui cherchait deux joueurs en vue de la tenue de l’eFootball.Pro. C’est un championnat créé par Gérard Piqué en partenariat avec l’éditeur du jeu Konami, qui va voir certaines équipes esport de clubs comme le FC Barcelone, Schalke 04 ou le Celtic Glasgow participer à un tournoi de 2vs2. D’autres équipes seront d’ailleurs annoncées d’ici peu.

Nous avons discuté avec Jérémy au sujet de mon parcours et de mes ambitions pour le futur. Il était assez enthousiaste à l’idée de m’associer avec Walid. Je pense que mes résultats ont également pu le séduire, que ce soit mon top 4 lors des mondiaux de PES 2018 en 3vs3 ou mon top 8 sur la Coupe du monde de 1v1 sur PES 2017.

Faire partie de l’AS Monaco eSports est vraiment une chance. J’évolue dans des conditions professionnelles et ça me permet de me consacrer uniquement à la pratique de l’esport. L’encadrement autour, comme le coach qui est là pour nous donner certains conseils et analyser nos prestations, nous permet d’être mis dans les meilleures conditions. Nous sommes vraiment bien intégrés et vus comme des membres à part entière.

L’ASM, c’est aussi un club mythique en France, et on bénéficie forcément d’une visibilité plus importante comparé aux structures classiques dans le monde de l’esport. Ce qui implique forcément des responsabilités au travers de nos bonnes performances et un devoir de véhiculer les valeurs du club.

Faire partie de l’AS Monaco eSports est vraiment une chance. J’évolue dans des conditions professionnelles et ça me permet de me consacrer uniquement à la pratique de l’esport. L’encadrement autour, comme le coach qui est là pour nous donner certains conseils et analyser nos prestations, nous permet d’être mis dans les meilleures conditions. Nous sommes vraiment bien intégrés et vus comme des membres à part entière.

LE QUOTIDIEN D’UN JOUEUR DE PES

À la différence d’autres jeux comme League Of Legends, nous n’avons pas une dose d’entraînement trop importante, car l’inspiration est essentielle sur PES. En général, on va tourner à environ 5 heures par jour, un peu plus lorsque le jeu vient de sortir pour se familiariser avec le gameplay. Mais on ne se tourne pas les pouces non plus notamment lors des périodes où il y a des tournois. Pendant ces moments-là, je joue environ 8 à 10 heures par jour.

Avec le nombre de formats de compétition qui a augmenté sur PES (compétition en 1vs1, 2vs2, 3vs3), la quantité de travail va s’accroître également pour trouver les bons automatismes et les bonnes phases tactiques avec mes coéquipiers.

Au-delà des heures passées sur le jeu, la phase d’analyse vidéo est très importante. J’enregistre d’ailleurs beaucoup de matchs que ce soit les miens ou ceux de mes adversaires. Ce travail est d’ailleurs encore plus important pour les rencontres par équipe, car la place à la créativité est moins grande, il faut plutôt privilégier des phases de jeu connues par l’équipe.

Ces sessions d’analyse vont être plus simples cette année, car nous allons avoir l’aide de notre manager pour nous aider. Sans compter que sur des compétitions comme l’eFootball. Pro, nous connaissons à l’avance nos adversaires.

UN AVENIR QUE J’ESPÈRE DORÉ POUR PES ET MOI

Depuis l’année dernière, le gameplay de PES est supérieur à son concurrent direct, FIFA. Si ça continue chaque année, la progression en termes de ventes du jeu va être intéressante et la hype va monter comme on peut déjà le voir sur les réseaux sociaux depuis la rentrée.

Ce rééquilibrage est suivi par un fort investissement de Konami notamment dans l’organisation des compétitions qui sont dans des lieux formidables comme Anfield ou l’Emirates Stadium. Les cashprizes sont également importants, il faut savoir que le Champion du Monde a remporté 200 000 dollars en 2018.De mon côté, mon objectif est de me qualifier pour la prochaine Coupe du Monde pour la gagner. Mon plus grand rêve serait d’apporter un premier titre majeur à l’AS Monaco, peut-être par le biais de l’eFootball.pro.

Le monde de l’esport va tellement vite, j’espère que je resterais un membre du club asémiste pour de nombreuses saisons.

LOTFI