Les athlètes sont souvent imperméables à toute communication avant que la compétition ne soit terminée. La rubrique « Dans la peau » permet à un sportif de partager avec vous ces moments secrets et déterminants qui forgent la réussite de leurs projets.

En plein mois du ramadan, la pratique sportive est soumise à rude épreuve pour bon nombre de pratiquants. Lady Zee, coach fitness et influenceuse, nous donne les clés pour réussir cette période de jeûne tout en continuant ses activités physiques.  

J’ai découvert la musculation lors de mon installation aux États-Unis. J’avais d’abord choisi d’observer les autres en courant sur un tapis. Entre l’observation et la pratique, il y avait un gap. Il m’a fallu plusieurs années pour perfectionner mes mouvements et comprendre le corps humain. Les résultats sont donc arrivés avec du temps, il ne faut pas être impatient et faire les choses pas à pas.

Le sport est depuis devenu une addiction, une vraie drogue. Je peux annuler un dîner entre copines pour aller au sport. Je suis peut-être excessive, mais j’aime tellement ça ! Ça me procure une sensation de bien-être que je ne trouve nulle part ailleurs. Cette fatigue et cette douleur se transforment en fierté et force. Je me sens plus puissante, plus « utile » et plus performante dans ma vie de tous les jours grâce au sport. Je prends aussi conscience de mon corps, de ma respiration… de la vie tout simplement !

LA NUTRITION, LE PREMIER ALLIE DE MA PRATIQUE SPORTIVE

Le sport ne fait pas tout. La nutrition est une clé de la réussite, sans doute la plus importante

Aux États-Unis, je faisais 8 h de danse par jour, mais je mangeais des burgers tous les soirs, je vous laisse imaginer le corps que j’avais : une catastrophe.

À l’époque je ne comprenais pas d’où ça venait, mais aujourd’hui j’ai pris conscience de cette composante. Je ne suis pas la plus assidue et la plus stricte en termes de nutrition, mais je fais attention. Si j’abuse 2 jours, je me prive 3 jours.

Par ailleurs, je ne suis pas une adepte de la frustration sur du long terme. Il faut savoir se faire plaisir, continuer à avoir une vie sociale. Tout est question d’équilibre. Aujourd’hui, je ne juge plus les aliments sur leurs goûts, mais plus sur leurs bienfaits. C’est-à-dire que je vais adorer manger du brocoli même si je déteste le goût : je vais adorer ça parce que c’est bon pour la santé. C’est devenu naturel.

Le sport ne fait pas tout. La nutrition est une clé de la réussite, sans doute la plus importante.Je ne suis pas la plus assidue et la plus stricte en termes de nutrition, mais je fais attention. Si j’abuse 2 jours, je me prive 3 jours.

Étant de confession musulmane, je fais le ramadan chaque année. C’était un vrai challenge les premières fois où j’ai pu allier le mois du jeûne avec ma pratique du sport à haute intensité. Il a fallu trouver les solutions pour s’ajuster.

Mais j’adore le ramadan, ça rentre dans toute cette discipline que le mode de vie sain peut enseigner. Nous contrôlons nos envies et surtout réalisons la valeur de la nourriture.

Je continue donc à faire du sport pendant cette période, car pour moi tout est mental. J’avais lu dans un article que le corps humain peut tenir 21 jours sans nourriture. Donc ce ne sont pas 20 h qui vont me faire peur. La fatigue et la douleur ne sont pour moi que des sensations que le mental se crée. Si on contrôle notre mental, on ne ressent plus rien et parfois même on adore la sensation.

J’adapte en partie mon programme, mais j’ai appris à écouter mon corps aussi. Les week-ends, je vais aller au sport le matin tant que le corps est hydraté de la vieille. La journée sera plus dure certes, mais on oublie vite la sensation de soif. La semaine je fais vraiment en fonction de mon ressenti pour essayer de placer ma séance avant ou après la rupture du jeûne.

LE RAMADAN, UNE SIMPLE QUESTION D’ADAPTATION POUR UNE SPORTIVE

La principale difficulté pendant le mois de Ramadan est de respecter l’apport calorique dont votre corps a besoin quotidiennement. En 6 h, c’est très compliqué. Je considère c’est une période de sèche où on diminue notre apport calorique, malgré nous certes. L’objectif est de se focaliser sur les macronutriments nécessaires en fonction de votre activité et de vos objectifs. Il faudra aussi continuer à manger de petites quantités malgré la faim et non pas exploser son estomac vide dès les premières bouchées.

Ma stratégie est simple : je vais manger des dattes et un verre d’eau pour rompre le jeûne, je fais une petite pause de quelques minutes (douche, prière, ou autre) et par la suite, je cuisine un plat où je répartis mes macronutriments en fonction de mes besoins : 40 % de protéines, 35 % de glucides et 25 % de lipides. Il y a des applications qui peuvent calculer les aliments si vous voulez avoir vos macros exactes.

La principale difficulté pendant le mois de Ramadan est de respecter l’apport calorique dont votre corps a besoin quotidiennement. En 6 h, c’est très compliqué. Je considère c’est une période de sèche où on diminue notre apport calorique, malgré nous certes.

Mes semaines sont assez chargées, l’organisation est la clé. Je travaille de 8 h à 20 h, je sors du travail, et là j’ai deux options : soit je rentre chez moi, soit je vais à la salle. Si je rentre chez moi, je m’entraîne à la rupture en mangeant un petit truc à la salle. Si je vais à la salle directement, je m’entraîne light avant de rentrer manger chez moi. Entre tout ça, je fais une sieste entre 13 h et 14 h, car le manque de sommeil est l’inconvénient de ce mois (on mange tard, on dort tard). Il y a des soirs où je coache mes clientes et donc soit je m’entraîne après soit je ne m’entraîne pas. Les week-ends, je m’entraîne le matin, je coache le soir et entre les deux, j’organise les séances photo et je travaille sur les demandes de mon nouveau projet.

Hors ramadan le programme est assez similaire finalement, mais je peux manger plusieurs fois par jour et à l’heure que je veux.

La clé pour mener à bien à la fois ce mois de jeûne et la pratique sportive est de bien dormir ! 🙂

Il faut trouver le temps de dormir pendant la journée pour que le corps récupère. Ça m’aide beaucoup ! Il faut aussi écouter son corps, mais en même temps rester forte mentalement en se disant que tout est une question de mental. Il faut aussi optimiser son repas du soir pour avoir l’apport calorique nécessaire.

La consommation d’eau en grande quantité est également recommandée sans se forcer. On trouve l’eau dans les légumes et les fruits donc au lieu de boire d’un coup sec une bouteille d’eau plate et avoir mal au ventre après, il faut penser à équilibrer l’apport en eau différemment. Je bois 2 L d’eau par jour et je mange des légumes tous les jours.

Il ne faut pas oublier la raison pour laquelle vous faites le Ramadan et donc le fait que c’est quelque chose de positif sur l’esprit et sur le corps.

LADY ZEE