JO – France Russie volley les Bleus au paradis !

Après avoir éliminé la Pologne et l’Argentine, l’équipe de France de volley découvrait sa première finale olympique contre la Russie. France Russie volley.
Equipe de France de volley

Leur histoire n’a cessé de s’écrire en tremblant. Passés à quelques points, à un set, de l’élimination en phase de poules des Jeux Olympiques pour une sixième fois en autant de participations, les volleyeurs Français sont revenus de nulle part à chaque instant de ces quinze derniers jours. Revenus à deux sets partout contre la Pologne pour décrocher le tie-break et bientôt la qualification en demie, ils ont moins tremblé contre les Argentins pour rallier la finale et s’assurer quoiqu’il arrive une médaille. En face se présentaient les Russes, pour qui le chemin jusqu’à la finale n’avait rencontré qu’une embûche, pas même le Brésil rencontré par deux fois. Seuls les Bleus les avaient battu depuis l’arrivée à Tokyo.

retrouvez la fiche technique de la rencontre ICI

Aucun favori ne se dégageait pour cette rencontre, et c’est bien souvent le propre des finales. Les Russes l’ont démarré avec plus d’intensité, plus de violence. Mais, à 22-18 à l’avantage des champions olympiques 2012, c’était le lancement d’une nouvelle opération “jamais morts”. Les Bleus enchaînaient les services gagnants, par la main d’Earvin Ngapeth, et remportaient le premier set 25-23 avec un 7-1 pour le conclure. Comme souvent, Laurent Tillie pouvait compter sur ses attaquants hors pair. Jean Patry et Barthélémy Chinenyeze ont fusillé le camp adverse de leurs claques, Trevor Clévenot a su se montrer décisif sur les fins des deux premiers sets. C’est lui qui concluait également la deuxième manche, remportée plus aisément par les Bleus (25-17).

France Russie volley – Jusqu’au bout

Mais à force de revenir des ténèbres, les Français ont inspiré leurs adversaires. Les Russes ne se sont jamais désolidarisé, et ont recollé pas à pas. Le troisième set fut terriblement serré jusqu’à 19-19, mais les tricolores ont faibli, l’ont concédé (21-25), tout comme le suivant sur le même score. On partait donc vers un tie-break. Le dernier de la carrière de Laurent Tillie en tant qu’entraineur de l’équipe de France. Ce tie-break même qui avait éliminé les siens dans leur Euro, en 2019, contre la Serbie. Celui la même qui avait sauvé les espoirs tricolores au TQO, en janvier 2020, alors qu’ils étaient menés deux sets à zéro par la Slovénie en demie.

Et qu’il avait mal commencé, ce tie-break. Menés d’entrée 0-3, les Bleus recollaient sous l’impulsion d’Earvin Ngapeth. Et tout à coup, les Russes ont un peu faibli, ouvert des portes aux Bleus. Antoine Brizard a saisi une splendide occasion en n’attendant pas la 3e touche de balle pour attaquer, et offrir deux balles de match aux Français. La première ne fut pas convertie, mais ça n’était que pour mieux savourer la seconde. Une attaque dehors des Russes et le paradis s’ouvrait aux tricolores (15-12). Le toit de l’Olympe, la médaille d’or, la consécration. Et cette fin scintillante, dorée, pour Laurent Tillie. Chapeau bas !

France Russie volley

Total
11
Shares
Related Posts