France – Espagne handball : les notes des Bleues (26-25)

France Espagne : Handball : Que ce fut dur pour les Bleues qui s’imposent par la plus courte des marges (26-25). Pourtant tout avait tellement bien commencé pour les Bleues, avec une première mi-temps bien maîtrisée (16-10). Oui mais voilà, on connait le contexte. Celui de ce deux matchs en moins de 24 heures qui attendaient les Bleues. Peut-être qu’elles ont eu à un moment la tête au match de la Russie dès demain. Un enchaînement qui a fait couler beaucoup d’encre et fait grincer bien des dents dans l’encadrement de l’équipe de France. Il est vrai que d’un point de vue physique, ces deux matchs risquent de laisser des traces. Encore plus après le combat de ce soir.

L’Espagne est alors revenue. Avec un cinglant 6-0. De la sérénité on est tous passé à la peur. Fort heureusement, Alexandra Lacrabère a remis un peu d’ordre dans la maison. D’ailleurs, ce sont les cadres qui ont tenu la maison en fin de match, preuve qu’on peut compter sur elles. Alors, au final, les Bleues n’ont pas totalement convaincu. Mais en s’imposant, elles ont assuré l’essentiel, avant d’affronter demain à 18h15 la Russie, qui a également connu toutes les peines du monde à s’imposer. Puis il ne faut pas oublier qu’on avait le vice-champion du monde en face. Ce n’était pas l’équipe du coin. Fort heureusement, ce match, bien que serré, n’a pas été à un sommet d’intensité.

Crédit photos (non contractuelles) : Stéphane Pillaud FFHB.

France – Espagne handball : Siraba Dembélé de retour à son meilleur niveau

Cléopatre Darleux (non notée/10) : Elle était bien entrée en matière avant de prendre en ballon en pleine figure, ce qui aurait du valoir une exclusion de l’ailière espagnole sur cette action.

Amandine Laynaud (5,5/10) : Deux parades très impressionnantes sur le pivot espagnol. Un peu plus en difficulté sur les ailes (son petit point faible depuis le début de la compétition). Une première mi-temps à 31% d’arrêts. Son moins bon total depuis le début de la compétition. C’est dire son excellent début de tournoi. Mais une deuxième mi-temps beaucoup plus compliquée. Un gros trou d’air, un peu abandonnée par sa défense. Mais elle a fait l’arrêt de la victoire dans la dernière mi-temps.

Siraba Dembelé-Pavlovic (7/10) : Une impression de montée en puissance déjà observée contre les Danoises et plus que confirmée aujourd’hui. Elle a marqué trois buts dans le premier quart d’heure. On l’a beaucoup moins vue en seconde mi-temps. Turnover oblige. On va en avoir besoin dès demain. Revenue en fin de match, elle a donné de l’air aux siennes quand cela allait mal.

Chloé Valentini (5,5/10) : Sans doute le match ou elle a eu le plus de temps de jeu, depuis le début de la compétition. Elle a bien débuté avant de connaître ses premiers échecs aux tirs dans ce tournoi. Mais elle a plutôt bien défendue sur son aile, du moins jusqu’à la 40e minute.

Pauline Coatanea (5,5/10) : Toujours aussi intéressante dans son coulissement défensif, mais toujours en difficulté offensivement dans le premier acte. Peu servie et en échec. Revenue en fin de match, elle a réussi a fermer le banc sur son aile. Match contrastée pour l’ailière bleue. Il faudra qu’elle se libère en attaque

Laura Flippes (5/10) : Plus en difficulté que Pauline Coatanea sur le plan défensif, elle n’a pas livré sa meilleure copie. Après, comme sa partenaire à l’aile droite, elle paie une nouvelle fois les pots cassé d’une animation française, qui ne passe guère par les ailes.

Kalidiatou Niakaté (6,5/10) : Elle vient de lancer son euro ce soir. En difficulté face au Monténégro et peu utilisé après, ce soir Olivier Krumbholz a choisi de la relancer. Et quelle réussite ce soir. Un 3/3 en première mi-temps. Un impact très important. Cet Euro va aussi se gagner avec le banc. Un peu moins utilisé dans le second acte. Elle vient de livrer sa copie la plus probante

Estelle Nze-Minko (6/10) : Une première mi-temps qui ressemble énormément à sa copie livrée contre le Danemark. A savoir une grosse agressivité défensive, une volonté de bondir sur la base arrière adverse, ce qui s’est traduit parfois par des récupération Bleues. Son absence en fin de match a sans doute contribué au retour espagnol.

Méline Mocandy (non notée/10) : Peu utilisée encore une fois, elle est allée de son petit but.

Aïssatou Kouyaté (non notée/10) : Habituée au rôle d’impact player, elle n’a eu que des miettes aujourd’hui.

France – Espagne handball : Lacrabère a remis les Bleues sur les bons rails

Orlane Kanor (non notée/10) : Reposée aujourd’hui, jusqu’au retour espagnol. Un but important pour le +2 (55e)

Grace Zaadi (6,5/10) : Elle n’a pas fait beaucoup de bruit dans cette première mi-temps. Peut-être visuellement moins flamboyante que contre le Danemark. Sauf qu’en regardant les chiffres, on s’aperçoit qu’elle est à trois buts. Quand on se replonge dans le match, elle a au moins été aussi précieuse que mardi sur le plan défensif. Moins en vue dans le second acte, où elle a moins joué. Sa copie reste digne d’une cadre !

Alexandra Lacrabère (7/10) : Un démarrage poussif, avant de monter en puissante, malgré quelques petites passes ici où là qui pourraient être améliorées. Mais une efficacité supérieure que mardi ! En deuxième mi-temps elle s’est comporté en patronne pour remettre de l’ordre dans la maison, quand elle était en péril. Une joueuse cadre qui a fait ce qu’on lui demande. Si vous cherchiez la définition de ce mot ! On peut lui dire merci ce soir.

Océane Sercien (non note/10) : peu utilisée, elle est allée de son but.

Pauletta Foppa plus en difficulté ce soir

Béatrice Edwige (6/10) : Elle prend un deux minutes d’entrée (on se demande encore pourquoi d’ailleurs). Cela l’a sans doute perturbée, car on a senti l’ex-messine beaucoup moins tranchante ce soir. Attention elle n’a pas fait un mauvais match. Mais elle nous a habitué au caviar depuis le début de la compétition. Après c’était un match bizarre pour les défenses. Elle est monté en puissance paradoxalement quand les Bleues ont commencé à vraiment souffrir.

Pauletta Foppa (5,5/10) : Un impact offensif plus limité que contre le Danemark, mais un impact défensif qui augmente au fil des rencontres. Une deuxième mi-temps plus compliquée, avec quelques échecs et des pertes de balles. On avait presque oublié qu’elle n’a que 19 ans. Elle ne peut pas encore évoluer à un niveau élevé constant. Mais elle a marqué le but qu’il fallait marquer (24-21, 58). Cela reste son moins bon match du tournoi

Le collectif (6/10) : D’abord tranchantes, les Bleues se sont délités dans le dernier quart d’heure, au point de se faire peur. Tout ce qui avait fonctionné depuis le début du tournoi n’étais plus au rendez-vous quand l’équipe a quelque peu fait naufrage. Peut-être que les Françaises avaient déjà gagné le match dans leur têtes.

C’était les notes de ce France-Espagne handball. Ne coupez pas, car le prochain match sera dès demain pour les Bleues, contre la Russie. Première balle de demi-finale.

Etienne GOURSAUD