FOOTBALL : Les notes des parisiens : PSG – RB Leipzig (1-0)

Notes des Parisiens : C’était le match de la dernière chance pour les parisiens et les Parisiens ont réussi à préserver l’essentiel en s’imposant 1-0. Mais que ce fut dur ! Les voir mener 1-0 à la mi-temps relève d’un petit miracle, tant ils ont été bousculés par des Allemands, toujours prompts à jouer au football. Neymar a ouvert le score sur un penalty très généreux. Mais ce sont bien les Allemands qui se sont montrés les plus dangereux. Fosberg se créant deux occasions majeures (35, 50). En difficulté, le PSG a encore plus souffert à la reprise. Leipzig peut se mordre les doigts de son inefficacité, tant les occasions et situations auront été nombreuses. Moribonds, les Parisiens assurent l’essentiel. Passent devant leur adversaire sur le goal avérage particulier. Un détail qui aura sans doute son importance, à l’issue de la rencontre. Voici les notes des Parisiens.

Crédit photo © DR

Notes des Parisiens : Paris peut dire merci à Navas et Marquinhos

Navas (6/10) : Vigilant sur la tête vicieuse d’Upamecano (12), précieux sur la frappe d’Haïdara bien repoussée (38). Comme souvent, il a bien tenu la baraque !

Florenzi (5/10) : L’Italien tente de déborder, des actions intéressantes, mais Leipzig est souvent passé sur son coté, dans le premier acte. Un match inverse d’un Bakker (lire plus bas). Il s’est beaucoup moins projeté après la demi-heure de jeu. Mais souvent seul dans son couloir (victime aussi du faible repli de Di Maria) difficile de mieux faire.

Bakker (4/10) : Titularisé sur le côté gauche de la défense, le Néerlandais s’est montré solide défensivement, mais très timoré offensivement. Dans une équipe comme celle de Paris, qui se doit de faire du jeu, il semble un peu limité. Il souffre de la comparaison avec un Bernat, qui manque cruellement à l’effectif Parisien. D’autant que dans le second acte, les Allemands l’ont également mis en difficulté sur le plan défensif. Insuffisant. Il va falloir qu’il progresse.

Diallo (4,5/10) : Une relance en retrait très hasardeuse, quelques situations où on ne l’a pas senti plein de sérénité. Début de match compliqué, avant de prendre petit à petit ses marques dans cette première mi-temps. Mais on ne peut pas parler de prestation convaincante, tant le défenseur parisien à souffert face à Fosberg, voire même Poulsen.

Marquinhos (6/10) : Décisif en contrant une frappe lourde de Fosberg peu après le but (10). Une grosse solidité défensive, alors que les Allemands se sont montrés menaçants tout au long de la rencontre, à l’image de sa double intervention dans la surface (67, 68). Le plus ancien des Parisiens a apporté de l’oxygène à son équipe, qui n’était vraiment pas loin de faire naufrage.

Notes des Parisiens : La déception Neymar : Le Brésilien a trop voulu tout faire tout seul !

Danilo (6/10) : Un bon travail de milieu défensif, rigoureux dans l’impact. Une énorme intervention face à Fosberg (65), au moment ou le PSG est passé à trois derrière. Un match sobre et assez efficace du Portugais. Sans toucher au génie, il a mis les bons ingrédients pour un match correct. Plus en souffrance quand il a été repositionné en défense centrale, prouvant définitivement que ce n’est pas son poste. Décisif une dernière fois, au bout du temps additionnel.

Paredes (4,5/10) : Assez incisif dans l’utilisation du ballon, avec quelques fautes provoquées. Inspiré en début d’acte, il a au fil du match disparu. Son équipe avait trop peu le ballon pour qu’il puisse exprimer ses qualités. Et à la récupération, les Parisiens ont trop balancé. Mais en tant que milieu, il est responsable de la circulation de balle de son équipe. Et c’était trop moyen, comme ses compères. Mais il faut saluer un certain abattage défensif. Beaucoup moins la gestion de ses nerfs, qui fait parfois peur.

Herrera (4,5/10) : Pas aidé par le manque d’inspiration de sa ligne d’attaque (difficile de casser des lignes, quand il y a peu de mouvement). Il a essayé, mais perdu trop de ballons. Difficile de lui en vouloir en soi. Mais là aussi, quand on est titulaire dans un club du standing du PSG, on se doit de mieux faire. Un carton jaune qui vient ternir un peu plus la copie. Et encore il s’en sort bien. Replacé par le revenant Verratti (82), qui prend un jaune d’entrée, sur une faute vraiment stupide. Mais il a fait du bien à son équipe dans la conservation et même la percussion.

Un collectif croqué par les Allemands.

Di Maria (5/10) : Provoque le penalty avec beaucoup de malice (8). Proche du cadre sur un coup franc lointain (31). Mais peu d’inspiration dans cette première mi-temps, où il est apparu un peu emprunté. Un coup franc subtilement joué qui aurait pu mieux être concrétisé par Mbappe (58). Un match en mode intermittent du spectacle, mais sans doute le meilleur sur le front de l’attaque. Sa sortie à la 63e minute, remplacé par Rafinha, fait partie des nombreuses incompréhensions du coaching de Thomas Tuchel cette saison.

Neymar (3,5/10) : Il transforme le penalty (9), ce qui sauve un match tout simplement raté du Brésilien. On craignait un peu qu’il l’a joue soliste et c’est ce qu’il s’est passé. Il a beaucoup (trop) porté le ballon. Il gagnerait à jouer plus simple. Une faute stupide qui lui vaut jaune, symbole d’une nervosité. Les rares éclairs de génies sont gâchés par des choses inutiles. Plus de 20 pertes de balles dans le match, tout est dit !

Mbappé (4,5/10) : Bonne première demi-heure dans le marasme parisien. Belles percussions. Mais on peut lui reprocher de s’économiser. Seulement 3,9 km parcourus dans le premier acte. Très bas pour un joueur de haut niveau. Une grosse occasion à l’heure de jeu sur une merveille de coup franc de Di Maria (58). Il s’est progressivement éteint au fil du match, tombant dans des travers de son compère brésilien sur le front de l’attaque. Surtout, encore un match sans but (le 10e) pour le Français, en panne depuis trop longtemps. Remplacé par Kean (90), rentré bien trop tard dans ce match.

Le collectif (3/10) : Une première mi-temps où les Parisiens ont beaucoup souffert, en défendant beaucoup, tout en offrant des occasions adverses. Le bloc était bas, peu agressif. A la récupération, l’utilisation du ballon est très moyenne, avec des remontées moyennes et une perte de ballon trop rapide. Le début du second acte confirme cette impression. Paris a joué comme une petite équipe ce soir. C’est très embêtant quand on a des ambitions comme celles du PSG. Mais seule la victoire compte comme on dit.

Etienne GOURSAUD

Articles recommandés

À PROPOS

CONTACT

MENTIONS

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter hebdomadaire

INSCRIPTION