Foot – Les 5 raisons de croire à un RC Lens européen

Dans le bassin minier, où le charbon est roi, un promu de Ligue 1, le Racing Cub de Lens (ou RCL pour les intimes) donne du fil à retordre aux clubs français promis à cette cinquième place synonyme de qualification pour la Ligue Europa. Une place, quatre équipes (Marseille, Rennes, Montpellier et donc Lens), un sprint final haletant pour le Graal. Lens a de loin le calendrier le plus compliqué à gérer avec trois matchs sur cinq restants contre trois équipes en course pour le titre de champion de France : le Paris Saint-Germain, Lille OSC et pour finir l’AS Monaco. Cependant 5 raisons laissent penser que le RC Lens est loin d’avoir fini de surprendre le football hexagonal.

RC Lens : Franck Haise, un entraîneur fidèle à ses principes de jeu

Qu’importe l’adversaire du Racing cette saison, les protégés de Franck Haise ont toujours essayé de prendre le jeu à leur compte en refusant catégoriquement de jouer bas et de faire le choix de jouer en contre. Un choix audacieux et courageux qui, jusqu’à maintenant, a permis au Racing de prendre des points aux membres du Top 4, hormis contre le LOSC. Cette conviction profonde de ne pas subir les choses est un atout indéniable du renouveau du RC Lens. Si on y ajoute les coachings régulièrement gagnants de l’entraîneur Sang et or (entrée Ganago contre Brest, entrée Banza contre Marseille …)

Un Derby, ça ne se joue pas, ça se gagne !

Dans les confrontations qui attendent les joueurs lensois, une est marquée au fer rouge dans le calendrier, le derby contre l’ennemi lillois. Des années que les supporters du Racing attendent le moment de retrouver le club de la métropole lilloise. Le match aller a été un récital pour les Dogues avec une victoire 4 à 0, un Lille dominateur et surtout ultra efficace en cette soirée d’octobre 2020. Mais c’est un tout autre match qui se profile avec un Racing désormais bien plus sur ses gardes et fort de 12 matchs sans défaites. Chacun jouera gros sur ce match qui pourrait voir les rêves de titre du LOSC s’envoler.

RC Lens : 12 matchs sans défaite

Ce n’est pas rien, surtout lorsque nous sommes une équipe tout juste promue en Ligue 1, le Racing n’en finit plus de glaner des points chaque week-end et même lorsque les vents lui sont totalement contraires, comme lors de la 33ème journée contre Brest avec trois cartons rouges (un pour Steven Fortes – double fautes-, un pour Simon Banza – altercation – et un pour Franck Haise, pourtant de nature si calme). Des matchs contre vents et marées que le Racing n’a aucunement lâché pour ne pas mettre fin à cette série. Cette série de matchs sans défaites continuant de s’accroître chaque week-end, cela donne aux joueurs lensois encore plus de confiance en leurs capacités .

La fin de l’épisode COVID ?

Le Racing vient de sortir de deux semaines délicates et agitées, où Badé, Fofana, Mauricio, Ganago, Médina, Gradit , Traoré furent contrôlés positifs au COVID-19. Franck Haise et son staff ont dû pallier à ces absences durant deux rencontres. Mission accomplie avec une brillante victoire 4-1 contre Lorient et un match nul à Brest. Une victoire et un nul ont permis au Sang et Or de conserver cette cinquième place avant le sprint final. Avec le retour prochainement de Jonathan Gradit, dernier cas positif de l’effectif, le Racing sera encore plus armé pour obtenir cette 5ème place qualificative pour la Ligue Europa. Gros bémol tout de même avec le récent test positif de Gaël Kakuta cette semaine qui risque d’avoir un impact important sur l’animation offensive. Les sangs et or auront besoin de chance comme dans un casino online français pour accrocher les places européennes.

RC Lens : Le retour de Seko Fofana, l’homme providentiel

Juste avant de contracter le COVID-19, lors des derniers matchs du Racing, il était facilement identifiable de voir que le RC Lens tournait aussi à plein régime grâce à un élément majeur de son entrejeu, la recrue la plus chère de l’histoire du Racing : Seko Fofana. Véritable joueur box to box avec une très grosse capacité à répéter les efforts, l’arrivée cet été du joueur de l’Udinese n’est pas anodine aux résultats du Racing. Un travail remarquable de la cellule de recrutement est aussi à noter avec la venue de joueurs très prometteurs comme Jonathan Clauss ou Loïc Badé. Le retour du milieu relayeur Sang et Or arrive à point nommé et nul doute qu’il sera un artisan majeur de la réussite du Racing à la qualification européenne.

Jimmy Desmoulin