Foot – Le PSG enregistre d’énormes pertes financières

Selon les informations du Parisien, le PSG aurait eu des pertes entre 300 et 350 millions d’Euros la saison passée. Un gouffre
psg pertes

Selon les informations du Parisien, le PSG aurait eu des pertes entre 300 et 350 millions d’Euros la saison passée. Un gouffre

Crédit : DR

350 millions d’euros de pertes, soit plus que n’importe quel budget d’un autre club en Ligue 1. Les pertes financières du PSG sont faramineuses, selon les informations du quotidien Le Parisien. C’est la 3e année de suite que le PSG enregistre des grosses pertes, avec 124 millions en 2019-2020 et 224 millions d’euros sur 2020-2021. Soit pres de 700 millions d’euros de pertes en 3 ans. De quoi potentiellement alerter la DNCG, le gendarme financier français. De quoi les menacer à court ou moyen terme ?

Il faut dire que le PSG paye des salaires conséquents, notamment aux “lofteurs”, ces joueurs non utilisés mais conservés par le club de la capitale. L’étau pourrait se resserrer pour les Parisiens, déjà condamnés à 10 millions d’euros d’amende par l’UEFA, début septembre. Après les affaires du départ de Kylian Mbappé et les révélations de Médiapart sur l’agence de communication embauchée par le PSG, pour nuire à certains médias, mais aussi des acteurs interne au club parisien, mais aussi après les rebondissements de l’affaire Aminata Diallo / Hamraoui, c’est une nouvelle mauvais nouvelle ce vendredi pour le PSG, qui se serait bien passé de tout cela.

Le dégraissage cet été, pourrait cependant inverser la balance sur l’exercice 2022-2023. Mais il faudra compenser les pertes. Et là, cela semble bien plus compliqué. Même si le PSG se dit confiant quant à sa capacité de respecter le fair-play financier.

Total
33
Shares
Related Posts
Read More

FIFA THE BEST 2019 : LE XI MONDIAL FÉMININ À LA LOUPE

Lundi 23 septembre à Milan, à l’occasion de la cérémonie The Best, ont été nommées 11 joueuses considérées par la FIFA comme ayant été les meilleures à leur poste lors de la saison 2018-2019. En se basant sur des critères objectifs qui retracent les performances des joueuses durtant toute l’année (et non pas seulement pendant la Coupe du monde), ce 11 mondial a été remanié.