Eric Lacroix – Il ne faut pas trop accabler les gens sur l’urgence climatique

Ancien sportif de haut-niveau, Eric Lacroix s’engage dans le projet XCSS Climate can’t wait. Il nous détaille son immense attachement à l’écologie.
Eric Lacroix craint de plus en plus le réchauffement climatique
Eric Lacroix craint de plus en plus le réchauffement climatique

Ancien sportif de haut-niveau, membre de l’équipe de France de course en montagne, co-organisateur de grandes courses comme l’Ultra Trail du Mont Blanc, ou encore le Trail de Rodrigues, à côté de l’Ile Maurice, Eric Lacroix a rejoint XCSS Climate Can’t Wait, le projet mené par Estelle Peyen (plus de détails ICI). Il nous parle son engagement écologique, qui a toujours animé sa vie, de façon discrète mais concrète. Il évoque aussi la préparation spécifique avant une épreuve de ski sur sable, qui sera proposée lors de l’aboutissement de ce rendez-vous écologico-sportive ! Une épreuve inédite. Voici la seconde partie de l’interview d’Eric Lacroix.

Contacter XCSS Climate Can’t wait !

Linkedin

Facebook

Mail : Xcss.climate@gmail.com

ERIC LACROIX – CE SONT LES CHANGEMENTS SAISONNIERS QUI ME CHOQUENT LE PLUS

Je ne suis plus à côté des glaciers, mais je les vois diminuer et ce, depuis un bout de temps. J’ai vu la montagne changer. On la change beaucoup pour les stations de ski. On construit des stations alors qu’il n’y aura peut-être plus de neige (rires). C’est une hérésie. A la Réunion, la montagne a moins changé, car on est dans un milieu tropical (même si elle s’érode). Mais on sent depuis quelques années des changements. Il fait par exemple très chaud actuellement, et le climat est plus orageux, même si nous n’avons pas eu de gros cyclones. Des degrés supplémentaires peuvent faire varier fortement le climat. Le changement va au niveau du risque de cyclone et de précipitations plus violentes. Voire des modifications de courants marins. Après, je n’ai pas suffisamment de connaissances sur le sujet, pour me permettre de parler plus amplement. 

Ce sont les changements saisonniers qui me choquent le plus. On peut avoir un peu plus d’été en hiver, alors qu’il y deux saisons habituellement. Cela me rappelle une course au Québec, la veille il faisait 16 degrés et le jour J, -1 degré. On a beaucoup travaillé un aspect sur la préparation, celui sur les changements de température. Le Grand Raid est aussi marqué par des changements de température, qui sont très brutaux. 

On peut partir à 25 degrés puis, quelques heures après, se retrouver avec 0 degrés, pour retourner dans le cirque à des températures proches des 40 degrés. En l’espace de 30 heures, les fluctuations peuvent être importantes, avec des amplitudes de 35 degrés. On parle souvent de la gestion de la nourriture. Oui, mais la digestion n’est-elle pas perturbée par ces variations ? On n’a pas encore fait de recherches là-dessus. Cette incidence s’est renforcée avec le changement climatique. Il faudra s’habituer à ces changements rapides. Comment on va s’habituer à cela ?

CERTAINS A LA REUNION NE CONNAISSAIENT PAS LEUR ÎLE, ALORS QUE LA MONTAGNE EST À 5 KM D’EUX

Au-delà des changements que je vois et qui sont indéniables, ce sont les comportements sur nos pratiques en elles-mêmes, qui doivent changer. Même un petit geste est important, car c’est la prise de conscience de toute la communauté qui va faire la différence. On peut faire une analogie avec le côté compétition, dont on parlait tout à l’heure, mais aussi du trail. C’est de se questionner. Est-ce qu’on le fait uniquement pour battre les autres, avoir une médaille, ou pour aller plus loin dans le combat, parce qu’on est proche de la nature. Il y a des groupes de plus en plus forts, qui grossissent, qui peuvent être intéressants. Cette mentalité reste intéressante. Les gens vont dans la nature.

Quand je suis arrivé à la Réunion, j’ai vu des gens qui n’étaient pas trop sportifs. Je leur ai fait découvrir leur montagne. Certains, qui ne prenaient que la voiture, ne connaissaient pas leur île, alors que la montagne n’est qu’à 5 km. Grâce à la popularisation du phénomène du grand raid, beaucoup de gens ont bifurqué pour s’entraîner. Ils ont été découvrir leurs sentiers, leurs montagnes. Ils ont changé leur façon de vivre, certes à petite échelle. Si tout le monde devenait traileur ou sportif, je pense qu’il y aurait un effet très fort (c’est un peu le contraire en ce moment !). Le trail est un vecteur de la défense de l’environnement. Mais il faut faire attention. 

ERIC LACROIX – LE JET DE DÉCHETS EN COURSE, ON LE VOYAIT SURTOUT DANS LE TOP 100

Les athlètes soi-disant de haut niveau peuvent aller courir actuellement, mais pas les autres. Il devrait y avoir plus de solidarité envers ceux qui ne peuvent pas courir. Cela va diviser le milieu et cela peut être mauvais. On est encore un peu le dernier maillon de la chaîne, de pouvoir courir ensemble. Qu’on soit homme/femme, coureur de tous niveaux, tout le monde est sur la même ligne de départ. C’est rassembleur. 

Il y a eu un gros travail de fourni pour lutter contre les déchets en course. Quand j’ai organisé des courses au début, notamment le trail du Colorado. Une année, on a été très dissuasifs, en disqualifiant carrément une personne, qu’on a vu jeter une bouteille dans un sentier. Cela a fait polémique mais nous avons été les premiers à le faire. Je trouve qu’il y a désormais une prise de conscience. Mais, pour être honnête, on voyait surtout ce genre de comportements dans le peloton élite, le top 100. 

On s’est aperçu aussi que certains perdaient des choses, sans intentions réelles de jeter. C’est important de saisir la nuance, car on peut penser qu’ils jettent alors que ce n’est pas le cas. Pour revenir au top 100, ce sont les gens pressés par le chrono, cela peut se comprendre. Si tu n’es pas pressé, tu peux prendre les trois secondes pour jeter quelque chose au bon endroit. 

JE TROUVE LES SENTIERS BEAUCOUP PLUS PROPRES QU’AVANT

Un gros travail a été fait avec les “élites” autour de la disqualification, qui les concernaient directement. En faisant cela, on a vu une énorme amélioration. Il y a aussi un sens civique, avec beaucoup de personnes qui ramassent dans les sentiers, pendant les reconnaissances. Je trouve les sentiers beaucoup plus propres depuis quelques années et c’est chouette, ce qui n’était pas le cas à mon arrivée en 2005. Le Grand Raid a suivi le principe de tolérance zéro. L’organisateur est aussi responsable d’être le garant de la propreté des sentiers qu’il utilise. Il doit prendre ces mesures. C’est un évènement éphémère et c’est souvent sur les compétitions que les choses se gâtent. A l’entraînement, les gens sont moins pressés. On revient à la question de la perception de la performance.

Lors de la prépa mentale, on met en place des routines. Si les routines, dont le fait de garder son matériel, sont intégrés dans la performance, la personne ne le fera plus. Mais si on ne lui dit rien ou pire, qu’on l’autorise, il aura de mauvais gestes. Un travail sur l’attention est juste nécessaire. Après, je parlais de pertes, mais il m’est arrivé de perdre un gel dans un sentier et sans le savoir. Il faut savoir faire la part des choses. Mais l’organisation doit aussi mettre le paquet. 

ERIC LACROIX – JE CROIS BEAUCOUP AU NUDGING. AMENER INDIRECTEMENT LES GENS A CHANGER LEUR COMPORTEMENT

Pour ne pas verser dans l’alarmisme, il faut parler aux gens sans vraiment leur dire. Dans la préparation mentale, si tu dis “ne penses pas à la couleur verte”, la personne va penser à la couleur verte. En rabâchant en permanence, finalement tu vas avoir envie de faire des bêtises. Je crois beaucoup au “Nudging”. Des petites actions qui permettent d’amener vers ce que l’on souhaite. Le trail est une sorte de nudge, comme je le disais tout à l’heure, pour aller vers la nature. 

Une personne motivée par un projet de performance, qui veut finir une course, va aller s’entraîner dans la nature et prendre goût à cet espace. Par ce biais-là, elle va avoir des représentations nouvelles et peut devenir comtemplative. Ce qui peut même amener des transformations dans son alimentation. Sans la forcer, on la fait changer de comportement. On n’a pas assez conscience que notre discipline est exceptionnelle pour cela.

Je ne veux pas non plus qu’on accable trop les gens sur les urgences. Cela devient une habitude de l’alarmisme et on en parle tellement que les gens en ont marre, et donc pour eux cela ne devient plus quelque chose d’exceptionnel. A un moment donné, la personne peut lâcher l’affaire et dire : “j’en profite maintenant et si la planète crame tant pis”. Et on ne peut pas leur en vouloir. On a tellement accusé les gens qui n’ont pas forcément fait grand chose. C’est le système qui permet de voyager, qui permet de consommer. On a cette grande liberté de le faire. C’est ici que le nudge peut intervenir, via des occupations autres, pour éviter le côté interdiction, pour amener des comportements autres. On est dans une motivation intrinsèque qui peut faire durer le combat.

ERIC LACROIX

Avec Etienne Goursaud

Total
1
Shares
Related Posts