Rugby – Angleterre France féminin notes de la très courte défaite (10-6)

C’est la huitième fois de suite que le XV de France féminin chute contre son homologue de la Rose, et c’est encore une fois une sacrée déception. Les Bleues ont encore tout fait, ou presque, pour perturber les Anglaises, en défense et sur les fondamentaux (mêlée fermée, touche). A nouveau, comme en novembre dernier à Twickenham, les tricolores ont touché la victoire du bout des doigts, mais elles n’ont pas été capables d’inscrire le moindre essai face à une comme toujours très solide formation britannique, meilleure équipe du monde. Les Bleues perdent donc la finale du Tournoi des VI Nations, mais elles retrouveront leurs adversaires du jour dès la semaine prochaine, pour un Test match. Angleterre France féminin notes.

Angleterre France féminin notes : Une première ligne très solide

Annaëlle Deshayes (6/10) : Comme ses deux partenaires de la première ligne, elle s’est montrée très solide en mêlée fermée, mais aussi concernant la défense des ballons portés anglais et sur des plaquages, très nombreux. Pénalisée après l’heure de jeu en mêlée fermée, pour des problèmes de liaison avec la droitière remplaçante. Sollicitée jusqu’après l’heure de jeu pour ses charges, elle perd un ballon sur une longue séquence tricolore (69e).   

Agathe Sochat (7/10) : Julien Marchand n’a qu’à bien se tenir, Agathe Sochat est véritablement son pendant féminin, avec une activité phénoménale, une attitude omniprésente avec de nombreux soutiens, comme avec Ulutule (10e), et bien sûr une défense redoutable, avec pas mal de plaquages à deux. Elle a mis la pression en mêlée fermée comme ses consœurs. 

Rose Bernadou (7/10) : Dès la première mêlée fermée, elle a fait éclater sa vis-à-vis comme du pop corn (4e). Elle a constamment mis la pression dans les rucks adverses, et on retiendra un plaquage dévastateur sur Poppy Cleal (18e). Quel magnifique comportement sur l’action d’essai des Bleues (29e), sur laquelle elle prend deux fois le ballon petit côté avec un off-load superbe. Clara Joyeux (5,5/10) l’a remplacée avant la pause, avec la même réussite, notamment en mêlée, malgré une moindre présence ballon en main. Sa charge (67e) est récompensée d’une pénalité.   

Madoussou Fall (7,5/10) : Elle a répondu d’entrée à l’intensité mise par les Anglaises sur la première sequence, avec des plaquages propres et appuyés. Superbe plaquage sur Emily Scarratt (19e), la meilleure joueuse du monde, qui avait trouvé l’ouverture dans le rideau bleu. Elle récupère, en opportuniste, un très beau ballon le long de la ligne de touche (28e) et installe le danger dans le camp anglais, avec un off-load pour Sansus. Elle n’a en réalité jamais relâché ses efforts, elle a encore touché des ballons dans le dernier quart d’heure.

Des secateurs en deuxième et troisième ligne

Safi N’Diaye (6,5/10) : Comme ses équipières, elle fut omniprésente en défense, on l’a notamment vue aller au plaquage à deux avec Sochat pour faire reculer, très souvent, le rideau anglais. Elle a apporté énormément sur les mouvements d’attaque de l’Equipe de France, avec ses passes après contact parfaites pour faire perdurer les offensives. Solide sur ses appuis en défense devant son en-but et récompensée (53e) pour dégager les siennes, elle a encore continué à prendre des ballons jusqu’à sa sortie (69e).  

Marjorie Mayans (6,5/10) : Enormément de volonté d’entrée de jeu avec un contre-ruck dans la première minute. Pénalisée devant son en-but pour un contest illicite après un plaquage (19e), heureusement sans conséquence. Avec un rendement défensif si imposant, elle est bien sûr plus exposée aux pénalités (36e). Ses plaquages sont toujours très spectaculaires, lorsqu’elle se jette dans les chevilles adverses. La septiste a contré un important ballon en touche.

Gaëlle Hermet (7/10) : La capitaine est rentrée difficilement dans sa rencontre, avec un ballon de reception qu’elle a échappé sur le coup d’envoi (1e). Décidément du mal à conserver le ballon, avec cet en-avant dans un ballon porté (11e). Elle a pollué nombre de rucks et de ballons anglais, avec une rude défense. Elle a aussi cherché à progresser ballon en main, malgré le rude rideau anglais. On l’a beaucoup vue dans le second acte, avec de très nombreux plaquages, et un grattage avec Neisen (62e) face à la pression anglaise.   

Romane Ménager (7/10) : On l’a peut-être un peu moins vue ballon en main que sa coéquipière habituelle Emeline Gros, mais chacune de ses prises de balle a été tranchante. Sa décision de couper petit côté pour se proposer lancée au relais de Sansus est superbe (29e) et aurait pu offrir un essai, si sa transmission après contact n’avait pas été signalée en-avant. Elle a également beaucoup porté et avancé dans le camp anglais en seconde mi-temps.

Angleterre France féminin notes : Une charnière très importante

Laure Sansus (6,5/10) : Elle s’est bien adaptée aux mouvements anglais, et a orchestré d’entrée les relances comme sur la première action (2e) mais aussi les actions à une passe, les séquences de pick and go dans les 22 mètres britanniques (7e). Elle s’est peut-être précipitée sur une pénalité qu’elle a joué rapidement petit côté (24e), sans réussite.  

Caroline Drouin (7/10) : Dans un premier quart d’heure avec énormément de mouvement, d’intensité, elle a rudement bien défendu, dure à l’impact. Au contraire, elle a eu plus de mal à libérer les ballons offensifs, avec des passes hasardeuses. Elle commet un en-avant à la réception d’un dégagement anglais (18e). Beau comportement sur l’action de l’essai refusé français (29e). Inscrit les premiers point bleus sur sa troisième tentative au pied (46e). Belle occupation au pied (60e) en sortie de camp. Fantastique grattage (73e) dans une position parfaite pour convertir la pénalité qu’elle convertit.  

Caroline Boujard (6/10) : Elle est venue offrir ses services sur une relance tricolore (13e), grappillant de nombreux mètres et éliminant des défenseuses. C’est elle qui se charge des pénaltouches, elle a plutôt assuré, bien qu’elle en ait manqué une. On l’a également vue aller au charbon en défense.

Jade Ulutule (5,5/10) : Une superbe relance grand côté pour rentrer dans cette finale pour la septiste (2e). Au soutien de N’Diaye en sortie de lancer (10e), elle trouve l’intervalle dans les 22 mètres et sert magnifiquement après contact Sochat. Elle s’est proposée pour redoubler des passes pour avancer. Heureusement sans conséquence, son jeu au pied de pression atterrit directement en touche (50e).

Pas de réussite pour les flèches tricolores

Carla Neisen (6,5/10) : Importante sur la première relance tricolore d’entrée (2e), en passant le ballon à Banet sur l’aile, elle a eu ensuite un peu plus de mal à avancer ballon en main, mais aussi parfois mal servie par les passes de ses équipières. Une belle course en puissance, servie en briseuse du premier rideau, elle a avancé (41e) dans les 22 mètres. Elle s’est employée en défense sur la longue séquence anglaise dans les 22 tricolores (53e). Magnifique et surtout précieux grattage dans son camp (62e).   

Cyrielle Banet (6/10) : Celle qui avait inscrit un fabuleux doublé à Twickenham il y a quelques mois en Test match s’est encore illustrée par ses prises de balle conquérantes, avec des courses tranchantes et toujours vers l’avant. Elle est allé chercher du travail en quittant son aile par moments, avec des ballons encore positifs. Une maladresse avec cet en-avant commis sur une croisée opérée par Boulard (59e). Elle est sortie, sans doute touchée physiquement.  

Emilie Boulard (6/10) : Elle aurait pu inscrire le premier essai de la rencontre (29e) sur un de ses seuls ballons, au soutien de Ménager. Le jeune arrière a manqué par deux fois ses réceptions de passe sur des ballons de relance intéressants en deuxième mi-temps. Elle a progressé sur un mouvement d’attaque (55e). Pas de réussite sur sa réception aérienne pourtant propre (61e), sur laquelle elle commet un en-avant au contact.   

Mathéo RONDEAU

Angleterre-France féminin notes