C’est à l’occasion de l’Open de Chine que l’équipe de Sans Filtre a suivi avec assiduité, que nous avons souhaité vous faire découvrir ce formidable sport qu’est le snooker. Discipline du billard plébiscité dans les pays anglo-saxon (Angleterre, Pays de Galles, Ecosse, Australie, Irlande du Nord) et maintenant en phase d’expansion dans certains pays asiatiques (Chine, Taiwan), la folie snooker n’a pas touché la France.

Ou seulement quelques couche-tard abonnés à Eurosport qui regardent d’un œil distrait ou surpris ce particularisme sportif.

Avant toute chose il convient de définir le snooker : Le snooker est une des variantes du billard. Il se joue à deux ou en équipes de deux sur une grande table (les dimensions du jeu mesurent 3,57 m sur 1,78 m) avec une « bille de choc » (blanche) et des « billes objets » : quinze rouges valant un point et six couleurs : une jaune, une verte, une marron, une bleue, une rose et une noire, valant respectivement de deux à sept points. Pour résumer il faut empocher les billes successivement en alternant entre les rouges et les colorés.

N’allons pas plus loin maintenant c’est déjà trop complexe. Mais alors pourquoi ce sport est exceptionnel ? Plutôt que de vous faire de longs paragraphes, des arguments courts suffiront :

  • La stratégie est étonnamment poussée pour ce type de jeu d’adresse, on joue une vraie partie d’échec.
  • Le gigantisme de la table ajoute un côté très technique. Mettre une bille pour un débutant relève de l’exploit.
  • Le format d’une partie est propice au retournement de situation.
  • Enfin la difficulté du snooker provoque un tel sentiment d’accomplissement lorsque le joueur réussit parfaitement ce qu’il voulait faire.

Ca c’était pour les pratiquants. Côté spectateur, le snooker, sport hautement télévisuel chez nos voisins britanniques, possède aussi pléthore de joueurs charismatiques ou de nombreuses rivalités historiques. Le plus connu d’entre eux, Ronnie O’Sullivan, est un formidable porte étendard de la discipline pour les néophytes de ce sport. Sa rapidité irréelle, sa capacité à jouer de la main gauche ou droite, son goût du risque et son caractère exacerbé en match feront de lui votre chouchou assurément.

On n’oublie pas le maître stratège Mark Selby, l’artiste Judd Trump ou la valeur sûre John Higgins.

1000 mots ne vaudront jamais un exemple, on vous laisse avec la vidéo d’une des parties les plus mémorables de ce cher Ronnie.

SCORE MAXIMUM DE RONNIE O'SULLIVAN DURANT LE DERNIER OPEN DE CHINE

SANS FILTRE