Maïlys Traoré – Rugbywoman

#Rugby #Équipe de France #Stade Toulousain  #Tournoi des 6 Nations

(Crédit photo: DR).

Mes premiers souvenirs du Tournoi des VI Nations, c’est avec l’équipe de France masculine quand j’étais toute petite. Je regardais les matchs et j’adorais l’ambiance. En revanche, ce qui m’a marqué énormément, c’est en 2014 où le XV de France féminin réalise le Grand Chelem. J’avais 20 ans, c’était l’année de la Coupe du Monde en France également.

Mes premiers pas dans ce sport ont commencé à 15 ans, d’abord au collège, au départ je faisais du volley puis j’ai tout simplement suivi mes copines qui ont participé à des tests, je les ai donc rejointes vers le rugby et je n’en suis jamais parti.

UNE PREMIÈRE PARTIE DE SAISON DE REPRISE

J’ai attaqué la saison par un retour de blessure, l’objectif était de reprendre du plaisir, de la confiance et du temps de jeu après 7 mois d’absences sans rugby. Depuis, la préparation avec le groupe France s’est bien passée, je suis désormais très enthousiaste pour le Tournoi des VI Nations.

Je joue mon 5e Tournoi des VI Nations cette année (en Equipe de France depuis 2016), c’est toujours une belle aventure, le groupe vit ensemble pour 2 mois et demi, il y a un collectif qui passe par toutes les émotions. J’attends avec impatience chaque année le Tournoi, l’issue est constamment différente.

Malgré la défaite en ouverture contre les Anglaises, ce n’était que le premier match du Tournoi, on aura à cœur de se rattraper, la victoire contre l’Italie nous a fait du bien, on espère continuer et progresser dans le Tournoi.

L’IDENTITÉ DU XV DE FRANCE

On nous qualifie souvent comme humbles et affamées, une équipe déterminée autant à l’entraînement qu’en match. C’est un groupe qui, comme chaque année, change un peu, avec des nouvelles, et donc  des anciennes qui servent comme cadres de l’équipe. L’intégration des jeunes fait partie des forces du groupe, on a une belle dynamique. Le groupe est étoffé avec des repères collectifs. C’est très hétérogène mais on vit très bien ensemble, il le faut car on prépare la compétition ensemble pendant 3 semaines avant le début du Tournoi, dont une en Espagne qui a vraiment soudé tout le monde.

Cette année, c’est un peu particulier avec les JO pour le Rugby à 7, des filles du 7 renforcent le groupe et apportent leurs qualités spécifiques, leurs expériences mais certaines restent pour la Tournée mondiale (World Rugby Women’s Sevens Series) et la préparation pour les barrages en Juin afin de se qualifier pour Tokyo. Ce qu’on peut voir c’est que nous avons un réservoir de joueuses qui devient de plus en plus solides et c’est très positif pour la suite.

 

MAÏLYS

Avec la participation de Jérémy Haumesser