Adele Bazile - Experte arts martiaux

Jiu-Jitsu brésilien, Grappling, Judo : #Championne de France Grappling 2013, 2014 #Vice Championne d'Europe JJB et Grappling 2013

Les sportifs ne brillent pas uniquement sur le terrain mais en apportant une aide à leur communauté par une action, une parole, une prise de position. La rubrique « Engagés » permet à un sportif de partager avec vous une réflexion sur une cause particulière.

Aujourd’hui c’est Adèle Bazile, pratiquante émérite de Jiu-jitsu & Grappling, qui met en avant sa condition de femme dans les sports de combat.

ADELE BAZILE : MA PLACE DE FEMME DANS LES SPORTS DE COMBAT

C’est à la suite d’une tentative d’agression dans le métro parisien que j’ai cherché un sport de combat qui pouvait me permettre d’être en mesure d’avoir plus confiance en moi. Savoir me défendre et donc être moins en situation de stress si la situation se reproduisait. J’ai donc pris des cours de Krav Maga et de Jiu-jitsu brésilien (JJB).

J’avais 27 ans et je rentrais du travail. Je m’en suis sortie grâce à l’intervention d’une dame qui s’est interposée. Je n’ai d’ailleurs pas pu la remercier avec la panique, mais depuis que je fais des sports de combat, je me permets d’intercéder quand c’est possible. Notamment quand je suis témoin d’une agression sans pour autant me mettre en danger, aujourd’hui j’ai une meilleure gestion de certains dangers urbains.

À l’époque, j’étais dans un club de remise en forme dans lequel je pratiquais la danse. Il se trouve que dans la liste des sports proposés par cette enseigne (Cercles de la Forme) se trouvait le JJB. Après un essai, j’ai été tout de suite conquise par la richesse de cette activité et j’ai donc arrêté les autres disciplines pour ne me consacrer qu’à celle-ci.

DU SELF DEFENSE À LA COMPÉTITION

J’aime ce sport parce que peu importe le niveau et les années de pratique, il y a toujours à apprendre, de nouvelles techniques à développer. Chaque partenaire est différent et peut nous aider à nous perfectionner que l’on soit ceinture blanche ou noire, et ces échanges nous permettent une remise en question sur notre propre pratique.

Nous avons aussi la possibilité de nous inspirer d’autre sport comme le Judo, le Grappling, le Sambo…

La compétition est arrivée quelques mois plus tard, un peu par hasard. D’abord le Championnat de France de Grappling où j’ai eu la chance d’être championne de France. Cela m’a permis de participer au championnat d’Europe de Grappling gi (JJB)et no gi (Grappling) fédération FILA ou j’ai obtenu les médailles d’argent dans les 2 catégories. Cela m’a motivée pour gagner les 1ères places. Ma pratique de ce sport est passée de sport de défense à la compétition. Aujourd’hui je fais partie de la MkTeam avec Olivier Michaielesco.

La population féminine dans les sports de combat est moindre que chez les garçons. Dans le club de mes débuts, nous étions 2 filles, ce qui était fort agréable après l’entraînement pour avoir un vestiaire tranquille !

Cela dit, à l’entraînement, il n’y a pas de différences entre les filles et les garçons. Tout le monde est logé à la même enseigne. Les entraînements sont toujours mixtes.

On peut même dire que c’est une chance pour les féminines de se confronter à chaque entraînement à des partenaires plus forts ou plus lourds. L’aspect technique restant le même, quel que soit le sexe.

Bien sûr le but de s’entraîner dur est de combattre à un moment en compétition. D’autres filles avaient d’ailleurs déjà tracé le chemin, comme Laurence Cousin-Fouillat et Océane Talvard pour ne citer que ces deux-là.

J’ai eu la chance de rencontrer des combattantes très fortes. Elles ont un fort esprit compétitif et en même temps reste très généreuse hors du tatami. Il y a un réel respect comme dans beaucoup de sports de combat ou arts martiaux.

ÊTRE UNE FEMME SUR UN TATAMIS

Il me vient la fois où en compétition, une de mes adversaires et moi avons fini le combat en rigolant. On avait combattu sérieusement (et j’avais gagné), mais nous étions heureuses d’avoir combattu ensemble. Ce qui est un bon exemple de l’esprit du JJB.

Le regard des autres pratiquants ne diffère pas particulièrement lors des entraînements, hormis bien sûr certains egos de débutants hommes mis à mal et qui de ce fait sont contraints de modifier l’idée qu’ils se faisaient d’un combat contre une fille.

Par contre le regard des amis, des parents ou des collègues de travail, change radicalement lorsqu’ils apprennent le sport pratiqué et surtout le niveau atteint en compétition. Cela va de l’incompréhension qu’une fille puisse aimer cette activité jugée virile, à l’admiration, en passant par une forme de méfiance surtout de la part de l’entourage masculin.

Je pense que la place des femmes dans le sport et surtout dans celui-ci devrait être un exemple pour celle des femmes dans la société. On y juge uniquement les compétences, les efforts et les résultats.

On remarque une certaine évolution ces dernières années. La meilleure image de ces sports a entraîné une augmentation du nombre de filles dans les cours. Il se développe même des cours uniquement féminins maintenant alors qu’au début on devait être moins d’une dizaine en France. Claire-France Thévenon a d’ailleurs mis en place des Opens Mat uniquement ouverts aux femmes (prochaine édition le 7 octobre, plus d’informations ici). Maintenant ce chiffre a bien progressé avec un nombre plus important de fédérations sur ce type de sports de combat.

Je pense que la place des femmes dans le sport et surtout dans celui-ci devrait être un exemple pour celle des femmes dans la société. On y juge uniquement les compétences, les efforts et les résultats.

— Adele Bazile

Même si son développement est continu depuis quelques années, il reste trop confidentiel à mon goût. Il mérite plus de visibilité.

Sa pratique est riche d’enseignements techniques, de valeurs et permet une pratique sportive accessible à tous et à toutes, quel que soit le niveau, l’âge, le sexe, la religion ou la profession tout en occasionnant très peu de blessures. Je pense donc qu’il est parfait pour faire évoluer les mentalités et l’approche des sports de combat dans la population féminine.

MES OBJECTIFS FUTURS

En ce qui me concerne je souhaite passer mes ceintures noires de JJB et de Judo tout en continuant la compétition. Avec en objectifs principaux le circuit ne waza (Championnats de France fin mars 2018 et d’Europe début juin 2018 pour le ne waza) et le circuit JJB (à Lisbonne en janvier 2018)

Je souhaite m’investir également dans le développement de mon sport en le faisant partager – voir en l’enseignant- aussi bien dans le cadre d’un club que dans celui des activités sportives corporatives à la Banque de France où je travaille depuis janvier 2013.

La pratique du Jiu-jitsu est riche d’enseignements techniques, de valeurs et permet une pratique sportive accessible à tous et à toutes, quel que soit le niveau, l’âge, le sexe, la religion ou la profession tout en occasionnant très peu de blessures. Je pense donc qu’il est parfait pour faire évoluer les mentalités et l’approche des sports de combat dans la population féminine.

- Adele Bazile

À titre personnel je veux fonder une famille dès que la réalisation de mes projets sportifs sera atteinte, le sport de haut-niveau demande beaucoup de temps et d’investissements, mais il faut savoir prendre du recul et fixer ses priorités de vie.

Pour toutes les personnes qui hésitent à se mettre à un sport de combat, j’ai envie de leur dire : Allez-y, lancez-vous, n’ayez aucun à priori, écartez-vous des préjuges et amusez-vous. Vous y gagnerez de la confiance, de la considération ainsi qu’une bonne condition physique.

Plus nous serons nombreuses et mieux le sport évoluera, car chacune apporte sa “patte” ce qui permettra de faire ressortir d’autres styles.

L’essayer c’est l’adopter, et grâce au système de catégories de poids (en compétition) il est plus facile de se confronter à des filles du même gabarit pour connaître son évolution personnelle. Selon moi, le JJB, sûrement comme tous les autres sports, permet de se dépasser soi-même grâce à son partenaire. On compare souvent le JJB à un jeu d’échecs.

Lancez-vous ! Vous ne serez que plus enrichie (d’expérience, de technique et d’amies!)

ADÈLE