JO VTT FEMMES – Carton rouge pour les Bleues

Alors qu’on les attendait tout en haut du podium de la course VTT des JO, les tricolores Loana Lecomte et Pauline Ferrand-Prévot ont fini trop loin.
Loana Lecomte

JO VTT femmes. C’est exactement ce que l’on ne voulait pas voir. Parce qu’on avait eu assez, déjà, des désillusions de Rio 2016, Julien Absalon et Pauline Ferrand-Prévot aux abonnés absents. Parce que le pain noir avait été mangé, jusqu’hier encore, avec la déception Jordan Sarrou. Ultra favorites de la course olympique de VTT de par leur domination absolue sur le circuit mondial depuis de nombreux mois, Loana Lecomte et Pauline Ferrand-Prévot avaient une médaille, et même un certain métal, en ligne de mire. La sensation est donc d’autant plus terrible à l’arrivée, sur le circuit d’Izu, où les deux tricolores ont fini loin du podium, complètement acquis à la cause suisse.

JO VTT femmes – Un bon départ, beaucoup d’embûches ensuite

Après la course d’hier chez les hommes, on attendait avec impatience le départ de cette course. Pour voir aux avant-postes les deux Bleues, sur la première ligne, mais aussi les dégâts qu’auraient pu causer les précipitations sur le parcours qui fut finalement moins boueux que prévu. Loana Lecomte et Pauline Ferrand-Prévot n’avaient pas volé leur statut de favorites, elles ne pouvaient pas passer à côté. La première a écrasé la discipline depuis qu’elle est arrivée sur le circuit sénior, alors qu’elle n’a que 21 ans. La seconde, double championne du monde en titre, avait tout organisé cette saison pour cette échéance olympique. Après un départ très correct, et un bon start loop, elles ont connu des fortunes diverses.

retrouvez le résumé de la course masculine ICI

Assez prudentes dès le coup d’envoi dans les descentes, les tricolores laissaient Jolanda Neff mener les débats. Dans le premier tour complet, Ferrand-Prévot décidait d’accélérer, suivie par l’helvète. Très rapidement, trop rapidement, elle fut mise à l’amende. Dans une descente à haute vitesse, Neff l’a écartée vers l’extérieur en prenant une trajectoire parallèle, où elle est tombée dans le filet. Le champ était déjà libre pour Jolanda Neff, qui filait, pendant que Loana Lecomte ne survolait pas les débats, dans la poursuite. Au cours de la deuxième grande boucle, rien n’était encore fait, même si la tête appartenait à une Neff de plus en plus solide. Mais, alors que Ferrand-Prévot remontait place après place jusqu’au podium provisoire, Lecomte dégringolait, et s’arrêtait même pour remettre sa chaine en place.

Lecomte plafonne puis lâche

A partir de ce moment-là, on n’y croyait plus pour elle, et pourtant ce fut bien elle qui fut la mieux placée des deux tricolores, et un temps la plus dangereuse de toutes les concurrentes au podium. Subitement, reprise par deux autres suisses, Frei et Indergand, Pauline Ferrand-Prévot est en panne sèche. Elle concède seconde après seconde, est reprise par les poursuivantes avant même le début du quatrième tour. Complètement dépassée, la triple championne du monde est partie au sol une deuxième fois, alors qu’elle était déjà lâchée. Loana Lecomte a longtemps plafonné à quarante secondes de l’argent et du bronze. Mais elle aussi a faibli en fin de course, reprise par Vas et Terpstra, pour au final prendre la sixième place, à trois minutes d’une Jolanda Neff brillante comme sa crinière sous le casque.

Ferrand-Prévot aura eu le courage de terminer, parce que rien ne l’y forçait, surtout quand on connaît son deuxième cuisant échec aux Jeux Olympiques, le dernier objectif de sa géniale carrière. Elle boucla l’épreuve au neuvième rang, plus de quatre minutes derrière la lauréate helvète. Peu d’explications après cette désillusion, surtout de l’incompréhension et de la déception. Celle de vivre sa pire journée de VTT depuis plusieurs mois, voire années, le jour des Jeux Olympiques. Le parcours convenait tout à fait aux Françaises, le choix des pneus typés boue ne paraissait pas incongru, et n’a pas fait la différence. La pression, c’est sûr, a forcément eu son impact, mais la forme, comme a pu le laisser penser Loana Lecomte lors de sa première réaction, n’était peut-être pas à son paroxysme. Très touchante après son arrivée, la jeune haute-savoyarde nous a déjà convié à Paris 2024, pour un tout autre dénouement.

JO VTT femmes : le triomphe de l’équipe suisse

Bien sûr, le principal regret sera de ne pas avoir pu elles mêmes décider du sort de la course, comme elles l’ont fait depuis plusieurs étapes de Coupe du monde. Elles devaient dominer l’épreuve, déterminer leurs adversaires. Finalement, elles ont coulé face à des Suisses sans pression, à priori. Des concurrentes à qui on ne pensait pas forcément, car elles n’avaient plus connu les joies d’un podium international depuis les Mondiaux de Sainte-Anne en 2019 ! Jolanda Neff, Sina Frei et Linda Indergand ont été étincelantes, sans temps faibles, à l’aise sur les descentes pas évidentes, et costaudes dans les relances. Entre battre les tricolores et remporter une médaille, il n’y avait à leurs yeux sans doute pas photo. Mais elles n’ont pas hésité à faire d’une pierre deux coups.

retrouvez les résultats complets de la course ICI

Mathéo RONDEAU   

Total
1
Shares
Related Posts