Handball – L’antisèche des JO : Un Vincent Gérard retrouvé

La France est devenue hier championne olympique de handball. Notamment grâce à un Vincent Gérard retrouvé, après deux années très moyennes.
Vincent Gerard a été monumental lors de ces JO
Vincent Gerard a été monumental lors de ces JO

La France est devenue hier championne olympique de handball. Notamment grâce à un Vincent Gérard retrouvé, après deux années très moyennes en Bleu.

Le lourd héritage de Thierry Omeyer

Vincent Gérard est arrivé en équipe de France en 2014 suite à la retraite de Daouda Karaboué ! Troisième gardien en 2014, lors de l’inattendu sacre européen (déjà contre le Danemark !), barré par Thierry Omeyer et Cyril Dumoulin, il se retrouve encore 3e gardien en 2015, lors du sacre mondial. Surtout, à l’époque, la place de titulaire revenait de droit à la légende Thierry Omeyer. Le meilleur gardien de tous les temps veillait au grain, comme en atteste son extraordinaire mondial en 2015.

Vincent Gérard : L’explosion en 2017

Vincent Gérard intègre les Bleus en 2016, le temps d’un Euro pas à la hauteur des espérances, d’un point de vue collectif ! Il est encore dans le groupe lors des Jeux Olympiques et de la défaite en finale des hommes de Claude Onesta, battu pour sa dernière (encore contre le Danemark). Thierry Omeyer reste indiscutable et Vincent Gérard fait des bouts de matchs. C’est en réalité en 2017 que l’histoire de Vincent Gérard avec les Bleus s’accélère. Mondial en France, avec la lourde tâche de conserver son titre et d’effacer le revers des JO. Pour la première fois depuis longtemps, Thierry Omeyer n’est pas impérial dans les cages. Surtout en quart de finale, face à une accrocheuse équipe de Suède.

Thierry Omeyer passe à côté (1/12) et Vincent Gérard prend le relais de façon magnifique. Un 7/16 % et les Bleus encore menés à la 48e minute (25-26), renversent le match (33-30). Promu titulaire en demi-finale contre la Slovénie, il poursuit sur ses standards de dingue. 41% d’arrêts. Pourtant c’est bien Omeyer qui débute la finale contre la Norvège. Mais, une nouvelle fois en difficulté, il cède sa place au bout de 20 minutes. Pour un nouveau récital de Vincent Gérard à 41 % d’arrêts, encore une fois. Et un titre de champion du monde.

Le difficile rôle de numéro 1

Oui mais voilà, Vincent Gérard n’était pas dans la peau du numéro un. Ses performances, aussi magnifiques soient elles, était aussi la marque d’une certaine insouciance. Maintenant il doit endosser le costume du “patron”, laissé vacant par Thierry Omeyer, suite à l’Euro 2018. Le mondial 2019 sert de test. Et, après une phase de poule et un tour préliminaire assez solide (malgré une défaite contre la Croatie), la France retrouve son nouveau meilleur ennemi en demie : Le Danemark. Et c’est la catastrophe pour Vincent Gérard. Qui fait un terrible 0/16, avant d’être remplacé par un Cyril Dumoulin guère plus inspiré. La France prend l’eau (38-30). Elle terminera 3e, après avoir battu l’Allemagne, avec un meilleur Gérard (8/25).

L’Euro 2020, sera un crash pour l’équipe de France, séchée pour la première fois de son histoire dès le premier tour. Avec un Vincent Gérard en grande difficulté sur le premier match contre le Portugal (25-28), avec 8 % d’arrêts (1/13). Il sera un peu plus inspiré contre la Norvège (29% d’arrêts) mais n’empêchera pas la défaite de son équipe. Au Mondial 2021, il est un des tauliers d’une équipe en reconstruction. Et la France surprend son monde en battant en poule la Norvège et en tour principal le Portugal. Avec un bon Vincent Gérard dans les buts. Tout comme en quart de finale contre la Hongrie (35-32 ap) où il tourne à 32% d’arrêts. Malheureusement en demi-finale il explose en même temps que son équipe, contre la Suède (5% d’arrêts).

Vincent Gérard : Un tournoi solide de bout en bout

A l’amorce des JO, la France ne fait pas partie des favorites et l’incertitude continue de planer sur Vincent Gérard. D’entrée, contre l’Argentine, un adversaire dont on avait tout à craindre, il rassure, avec 31 % d’arrêts ! La France s’impose assez facilement (33-27) et lance parfaitement son tournoi. Tout comme le gardien Français ! Qui rend une copie de même facture, sur la mi-temps qu’il joue contre le Brésil. Surtout, il a fait des arrêts déterminants, quand les Brésiliens se montraient menaçants, en fin de première mi-temps, empêchant une ou deux fois l’égalisation, qui aurait peut-être fait basculer le match dans le mauvais sens. La France s’impose 34-29 et Vincent Gérard fait enfin preuve de constance, chose qu’on lui a beaucoup reproché par le passé !

Son pourcentage d’arrêts est moins bon contre l’Allemagne, seulement 24 %. Mais à l’instar du match contre le Brésil, il y a quelques arrêts déterminants, notamment au moment où l’Allemagne a pris la tête et où les Allemands auraient pu se détacher. Encore une victoire pour la France et un premier test face à un cador de la poule. Alors que la France monte en puissance, en surclassant l’Espagne (36-31), Vincent Gérard poursuit sur sa lancée, avec 27 % d’arrêts.

Lire aussi : Le résumé de France – Danemark

Montée en puissance contrairement à 2019 et le mondial dernier

Son seul vrai match insatisfaisant est en quart de finale, 19% d’arrêts. Mais une statistique à relativiser dans la mesure où elle a été sans conséquence pour des Bleus, qui se sont baladés dans ce match, en s’imposant largement (42-28). Ce n’était pas le match où il était utile de faire 45% d’arrêts. Il valait mieux attendre la demie. Et, contrairement au mondial 2019 et 2021, où il a été en difficulté dans les matchs clés, en particulier en demi-finale, Vincent Gérard va se montrer exceptionnel. Face à une fantastique équipe d’Egypte, véritable coup de cœur de la compétition, il va fermer boutique. Malgré un super départ des Pharaons, les Bleus ne paniquent pas. Portés par leur gardien qui fait 44 % d’arrêts.

Et des arrêts déterminants, alors que les Egyptiens se sont accrochés jusqu’à la 45e minute, revenant souvent à un but. C’est là que le futur ex gardien du PSG a souvent fermé la boutique. Les Bleus sont en finale et Vincent Gérard réalise une nouvelle prestation solide. Moins impressionnante en termes de pourcentage, la faute à un dernier quart d’heure un poil moins bon de sa part, comme celle de la défense française. Mais avec 32% d’arrêts, c’est une très bonne copie. Il a su, après son excellent mondial de 2017, montrer qu’il pouvait être bon dans les moments clés. Porter son équipe vers un titre majeur.

Etienne GOURSAUD

Total
95
Shares
Related Posts