France – Russie handball : Les notes des Bleues (28-28)

France – Russie handball : On a perdu 30 ans d’espérance de vie devant ce match. C’était la première balle de demi-finale pour les Bleues face à la Russie, une autre équipe qui a fait le plein. Et rapidement, on a compris pourquoi. La France s’est acrochée pendant dix minutes avant de connaître un véritable trou d’air. Les Russes ont compté jusqu’à cinq buts d’avance (9-14). Portées par une Alexandra Lacrabère en grande forme, les Bleues se sont accrochées pour rester à seulement trois buts, malgré les 19 buts encaissés, un chiffre bien trop important pour une seule mi-temps.

En seconde mi-temps, les Bleues ont resserré les boulons. En ne prenant que neuf buts dans le second acte, les Bleues ont retrouvé toutes leurs vertus qui ont tant marché depuis le début de l’euro. Petit à petit, les Bleues ont grignoté leur retard, pour revenir totalement dans le coup à la 45e minute. Les Bleues ont même pris plusieurs fois l’avantage, y compris à 30 secondes du terme. Malheureusement, les Russes sont revenues à égalité. Un match nul logique, qui reste une bonne opération pour les deux équipes. Les Bleus sont revenues de nul part et ont toutes les cartes en main, pour aller en demi.

Photo non contractuelle : Stéphane Pillaud FFHB

France – Russie handball : Amandine Laynaud a mis du temps

Laura Glauser (5,5/10) : Intégrée au groupe, suite à la blessure de Cléopâtre Darleux, elle a dû faire son entrée en jeu plus rapidement que prévu. Elle n’a pas réussi dans le premier acte à renverser la vapeur, malgré deux beaux arrêts.

Amandine Laynaud (5/10) : Pas aidée par sa défense, mais aussi parfois fautive sur quelques buts encaissés. En première mi-temps on ne l’a pas senti aussi souveraine que d’habitude. Seulement 13% d’arrêts. Loin de ses habitudes. Revenue en seconde mi-temps, elle n’a pas réussi vraiment à inverser la tendance au début. Avant de monter en puissance et d’éteindre progressivement les Russes en fin de match. Mais elle n’a pas fait l’arrêt en fin de match. Elle termine à 27%. Signe d’une belle deuxième mi-temps.

Siraba Dembelé-Pavlovic (5,5/10) : Un joli deux sur trois, mais en grande souffrance dans le premier acte face aux virevoltantes ailières russes, qui lui ont fait la misère. Mais elle fait partie des joueuses qui se sont totalement transformées dans la seconde mi-temps, en fermant son aile. Moins en vue qu’hier, mais elle a apporté sa science au service des Bleues.

Chloé Valentini (5/10) : Elle a connu un début de match bien compliqué. Offensivement en difficulté pour capter des ballons. Défensivement sur son placement, où elle s’est fait croquer par sa vis-à-vis. On l’a moins vu dans le second acte.

Pauline Coatanea (4/10) : En grande difficulté aux tirs ce soir, un peu plus servie que d’habitude, avec deux échecs en position favorable. En difficulté également en défense, où les Russes se sont souvent régalées à l’aile. Même s’il y a eu aussi du mieux, son match reste assez insuffisant.

Laura Flippes (non nôtée/10) : Après un début de match compliqué, elle a donné l’avantage aux Bleues, mais en se blessant certainement gravement sur l’action. On se souviendra aussi de son sacrifice.

Kalidiatou Niakaté (non nôtée/10) : Elle n’est pas entrée aujourd’hui. Dommage.

Estelle Nze-Minko (6/10) : En jambe en début de match, avec ses deux buts. On pensait l’arrière française partie pour de nouvelles aventures, face à un adversaire qu’elle avait martyrisé il y a deux ans, en finale de l’Euro. Mais elle a vite perdu de son rendement. En conservant cependant son agressivité parfois payante en défense. On l’a revu avec un gros rendement dans le second acte. C’est elle qui est à l’origine du retour des Bleues dans le match, il ne faut pas l’oublier.

Méline Mocandy (non notée/10) :

Aïssatou Kouyaté (non notée/10) :

France – Russie handball : Lacrabère a évité aux Bleues de faire naufrage

Orlane Kanor (7/10) : Un match discrètement efficace de l’arrière gauche française, qui a bien supplantée Estelle Nze-Minko. Trois buts en trois tirs, dont certains très précieux. Moins en situation de tir au début du second acte, elle a fait une fin de match tonitruante, en faisant très mal à la défense russe. Elle donne par deux fois l’avantage aux Bleues. Un second match probant pour celle qui a intégré le groupe

Grace Zaadi (5,5/10) : Difficile à noter dans ce match. En première mi-temps, elle n’a pas eu le même rendement que lors des deux derniers matchs, souffrant un peu sur la distribution du jeu et en grande difficulté sur le plan défensif. Une transformation presque totale en seconde mi-temps, où elle a retrouvé un gros volume de jeu !

Alexandra Lacrabère (7/10) : Au plus fort de la tempête contre les Bleues, elle a essayé de maintenir le navire bleu à flot, avec deux buts et une belle interception. C’est vraiment la joueuse qui a surnagé offensivement, avec ses trois buts. Mais aussi des passes très importantes (parfois non conclues). Beaucoup de sang-froid sur ses jets de 7m jusqu’à son échec. Mais si la France a pu rester en vie, c’est bien grâce à la Paloise.

Océane Sercien (non note/10) : Elle a réglé la mire en ce début de match avec trois buts très important. Trois buts dans le premier quart d’heure, mais elle a un peu disparu sur la suite du match. Dans le brouillard bleu, Océane Sercien livre sa meilleure partition de cet Euro, gros impact physique, elle fait mal aux Russes. C’est elle qui égalise à trois minutes du terme (26-26). 100% de réussite ce soir. On a bien cru qu’elle allait donner la victoire aux Bleues, au terme d’un demi-tour contact exceptionnel.

Un collectif en deux temps.

Béatrice Edwige (5/10) : Les Russes ont fait un peu ce qu’elles voulaient avec la pivot française, d’habitude si sereine en défense. A cela s’ajoute deux exclusion temporaires qui ont fait du mal à son équipe. Une première mi-temps à oublier pour l’expérimenté française. Elle a su réhausser son niveau, quand les Bleues ont monté la jauge d’un cran dans le second acte.

Pauletta Foppa (6/10) : En difficulté hier, elle a retrouvé toute ses vertus, dans le premier acte. Au delà de sa fiche (2 buts), ce sont ses déplacement qui ont fait mal à la défense russe. Mais pas assez servie. Car elle a livré une prestation intéressante !

Le collectif (6/10) : Défensivement, on peut parler de naufrage collectif dans le premier acte. 19 buts encaissés dans le premier acte, deux de plus que contre la Slovénie, un de moins que contre le Danemark… à l’issue du match. Et bien dans le second acte on inverse totalement ce qu’on a dit dans la première. On a vu des Bleues finir avec une certaine fraîcheur physique et faire preuve d’un mental à toute épreuve. OUF :

C’était les notes de ce France-Russie handball. Prochain match dans quatre jours contre la Suède.

Etienne GOURSAUD