Foot – Il y a-t-il un problème avec l’arbitrage français ?

L’arbitrage français est dans la tourmente, après les polémiques qui ont entouré les matchs Nantes-PSG et OL-LOSC.
Il y a-t-il un problème avec l’arbitrage français ?
Il y a-t-il un problème avec l’arbitrage français ?

L’arbitrage français est au cœur du cyclone ! Après les polémiques qui ont entouré le match Nantes-PSG, le 19 février dernier, c’est la décision de refuser le but de Lucas Paqueta lors du choc entre l’OL et le LOSC qui a créé l’indignation et l’incompréhension générale. Alors, il y a-t-il vraiment un problème avec l’arbitrage français ?

L’arbitrage français souvent remis en question…

Kylian Mbappé avait déjà pointé du doigt, le 15 janvier dernier (lors de la rencontre entre le PSG et Brest), la question du niveau de l’arbitrage en France : « Vous ne savez même pas arbitrer ici ! C’est toujours pareil dans cette ligue… ». Des mots forts, tenus à la 34ème minute du match, alors qu’il venait de recevoir un carton jaune pour une petite altercation avec Hugo Magnetti.

Des propos lancés, certes à chaud, mais qui ne sont pas anodins pour autant. Si l’arbitrage français se professionnalise de plus en plus, les erreurs sont encore monnaie courante dans le championnat… Et nombreux sont ceux qui s’en plaignent très régulièrement : Jean-Michel Aulas, Frédéric Antonetti, ou encore Leonardo.

Ces 10 derniers jours, les polémiques à l’encontre des arbitres se sont enchaînées. À commencer par le match Nantes-PSG, orchestré par Mikaël Lesage. Plusieurs erreurs flagrantes d’arbitrage ont été recensées. Tout d’abord, aucun carton sorti en direction de Pallois après son tacle par derrière sur Mbappé (37e), puis Appiah qui évite l’exclusion sur le pénalty provoqué par le numéro 7 parisien avant l’heure de jeu. A la fin du match, Marco Verratti déclarait, dans des termes très explicites : « On s’est fait chier dessus par l’arbitre ».

Quelques jours plus tard, lors du OL-LOSC, c’est encore à Mikaël Lesage que l’on doit la polémique du but refusé contre Lyon. Léo Jardim rate son dégagement devant Paqueta, qui marque dans les cages laissées vides… Clément Turpin valide le but mais est rapidement repris par M. Lesage, qui invite l’arbitre central à revoir les images… Et en ne montrant qu’un seul angle de caméra : trop peu pour se faire une véritable idée de la faute. L’intervention de l’arbitre vidéo a été jugée « inutile » par Pascal Garibian (directeur technique de l’arbitrage) : « Il n’y avait pas lieu d’envoyer les images ». Une erreur assumée, mais qui vient ternir l’image déjà noircie de l’arbitrage.

Quels sont les problèmes évoqués ?

Plusieurs problèmes sont régulièrement mis en lumière par les acteurs du football français. Le premier, c’est évidemment l’utilisation de la VAR. Selon Jean-Michel Aulas, c’est la défaillance dans l’utilisation de la vidéo qui est responsable de l’imbroglio de dimanche : « Ce n’est pas un problème d’arbitrage mais de VAR. La fragilité du dispositif sur un sujet comme celui-là fait peur. Par moment, on se dit que c’est finalement beaucoup d’investissements pour pas grand-chose quand ce genre de choses arrivent. »

Ensuite, Marco Verratti dénonce souvent la fermeté des arbitres de Ligue 1 et le manque de communication dont ils font preuve : « J’ai davantage de rapports normaux avec les arbitres de LDC ou de sélections, avec lesquels tu arrives un peu plus à discuter qu’avec un arbitre français. Aujourd’hui, avec les arbitres français, on n’y arrive pas ! » (entretien L’Equipe).

En revanche, les problèmes d’arbitrage liés au rapport de force entre les équipes ne sont pas très pertinents. Frédéric Antonetti (coach du FC Metz), de son côté, reproche au PSG et à l’OM d’avoir « l’arbitre dans la poche », et de ne pas bénéficier du même arbitrage que les grosses équipes du championnat… Alors que de l’autre, Leonardo (directeur sportif du club parisien) considère que certains arbitres ferment les yeux volontairement quand les Parisiens subissent des fautes sur le terrain : « Si c’est Neymar, Mbappé, alors on ne siffle pas. Si c’est le Paris Saint-Germain, on ne siffle pas. C’est mon sentiment, peut-être que je me trompe ».

Pour conclure, les erreurs d’arbitrage, assistance vidéo ou non, persisteront et font partie du sport (et de son côté tragique). Et ce, bien que le but soit évidemment de les réduire au maximum. Mais les décisions des arbitres feront toujours des heureux et des déçus, qu’elles soient jugées bonnes ou mauvaises à postériori. On espère quand même qu’il n’y aura pas de polémiques sur l’arbitrage, ce week-end.

Nicolas PARANT

Total
1
Shares
Related Posts