Cyclisme – Un Giro 2021 plus que jamais ouvert – Présentation

Le Giro 2021 débute demain. Le premier grand tour de la saison s’annonce plus ouvert que jamais. Petite revue des forces en présence.
Simon Yates favori du Giro 2021 ?
Simon Yates favori du Giro 2021 ?

Le Giro 2021 débute demain. Le premier grand tour de la saison s’annonce plus ouvert que jamais. Petite revue des forces en présence.

Crédit : DR

Lire aussi : Quentin Pacher : “J’arrive en début de saison, le couteau entre les dents”

Giro 2021 – Le favori naturel : Simon Yates

Au départ du Giro 2021, ils ne sont que trois à avoir remporté un grand tour. Vicenzo Nibali, Egan Bernal… et Simon Yates. Entre l’Italien sur le déclin, le Colombien dont le dos pose interrogation (lire la partie qui lui est consacré), c’est bien le Britannique qui a montré le plus de garanties en ce début de saison. Avec une montée en puissance, 10e de Tirreno-Adriatico, 9e du Tour de Catalogne avant de dominer le Tour des Alpes fin avril. Il totalise 20 jours de course, ce qui n’est pas faramineux avant d’aborder le Tour d’Italie, qui représente le premier gros objectif de sa saison.

Mais son histoire avec le Giro est contrasté et marquée par des échecs. Tous les amoureux de la petite reine se souviennent de sa défaillance dans le Finestre, en 2018, alors qu’il dominait l’épreuve de la tête et des épaules. Il perdra 40 minutes et le Giro. Victime d’un début d’épreuve où il a sans doute fait preuve de trop de fougue et laissant trop d’énergie. En 2019, il a été victime de son propre trashtalk et n’a jamais pesé sur la course. L’an passé, il a dû renoncer, positif au Covid. Nul doute qu’il sera revanchard. D’autant qu’il a prouvé qu’il savait gagner et gérer ses efforts sur trois semaines. En atteste sa victoire finale sur la Vuelta en 2018. Ses deux victoires étapes (et sa 2e place sur l’Iseran), lors du Tour de France 2019, montre aussi sa capacité à bien récupérer, malgré un Tour d’Italie dans les jambes. Un indicateur solide, après trois courses d’une semaine effectuée cette saison.

La grosse côte – Aleksandr Vlasov

Moins connu et plus discret, le jeune Russe effectue un très solide début de saison. D’abord discret sur sa reprise en Provence, où il s’était révélé en 2020, il est ensuite monté en puissance, avec une belle deuxième place sur Paris Nice, avec une belle régularité dans les étapes difficiles. Il termine également sur le podium du Tour des Alpes, où certes il a subi la domination de Simon Yates, mais où sa forme s’est améliorée de jour en jour.

Malade, il a du rapidement déclarer forfait lors du Giro 2020. Avant de s’aligner sur la Vuelta et d’y monter progressivement en puissance. Avec une deuxième place en haut de l’Angliru, à la pédale et une 11e place au classement général final, pour un premier Grand Tour, c’est tout de même un excellent résultat. D’autant que le début de cette Vuelta avait été compliqué. Il a terminé cette Vuelta quasiment au niveau des meilleurs et a pu mesurer les efforts à faire pour briller sur une course de trois semaines. Il a indéniablement franchi un cap cette année et sa capacité à bien terminer un grand tour sera un facteur important. D’autant que la troisième semaine du Giro 2021 s’annonce une nouvelle fois très copieuse.

Giro 2021 – Les énigmes Egan Bernal et Remco Evenepoel

Bernal des mots et des maux

Grand perdant du Tour de France 2020, où son dos l’a trahi au fur et à mesure de l’épreuve, jusqu’à son abandon, le vainqueur du Tour de France suscite beaucoup d’interrogations. Il se veut rassurant dans ses déclarations, mais le mal de dos est encore là. Est-ce que cela peut handicaper celui qui fait un début de saison correct. Troisième du Tour de la Provence, dominé par son équipier Sosa et par Julian Alaphilippe et 4e de Tirreno, où il a eu du mal à peser sur la course, dominé par Pogacar et même par Wout Van Aert.

En grande forme il peut faire un grand numéro dans ce Giro 2021, notamment sur l’étape de Cortina D’ampezzo, où les protagonistes s’envoleront au-delà des 2000m d’altitude. Des hauteurs où Egan Bernal est sans doute le meilleur au monde. Son équipe, avec Ganna, Sivakov, Martinez (entre autres) est sans doute la plus impressionnante du plateau. Nul doute qu’Ineos aura à coeur de peser sur la course. L’équipe Ineos, tenante du titre avec la victoire surprise de Tao Gaoghenham Hart

Un Giro en forme de reprise pour Evenepoel

Le retour du miraculé. Le prodige Belge débute sa saison 2021 dans le même pays où sa saison 2020 s’est achevé dramatiquement. Après avoir frôlé la mort, Remco Evenepoel est bien en selle dans ce Giro 2021. Qu’il aborde avec prudence. Mais, l’an passé il a montré qu’il pouvait être au top d’entrée de jeu. C’est LA grosse inconnue de cette édition du Tour d’Italie. Programmé pour tout gagner, comment il s’est remis de sa fracture du bassin. Briller voire remporter le Giro en course de reprise de saison serait un exploit monumental. Mais on parle d’un coureur invaincu sur les courses à étapes en 2020 et qui a gagné la Classica San Sébastian à 19 ans. Cela vous place le niveau du garçon.

Quid de Romain Bardet ?

Officiellement, Romain Bardet n’est pas le leader de la team DSM, qui lui a préféré je le jeune Jay Hindley, 2e du Giro 2020. Le Français, transfuge d’AG2R cette saison, a réalisé un début de saison discret mais correct. 8e de Tirreno et 9e du Tour des Alpes. Un Tour des Alpes qu’il a un peu mieux terminé que commencé. Pas de quoi en faire un favori pour le podium. A 30 ans, il va découvrir le Giro ! Mais il possède une solide expérience, d’un coureur qui a terminé 5 fois de rang dans le top 10 du Tour de France (de 2014 à 2018). Malchanceux sur la Grande Boucle l’an passé, où il a dû abandonner, alors que le top 5 semblait accessible, Romain Bardet sera revanchard.

Mais aura t’il les clés du camion ? Est-ce que la DSM aura une stratégie à 2 leaders ? Officiellement, Romain Bardet a annoncé vouloir épauler Jay Hindley. Mais tout miser sur le jeune Australien est un pari risqué. Son début de saison 2021 est plus que moyen. 18e à Paris-Nice, il n’a ensuite pu terminer le Tour de Catalogne et le Tour des Alpes. Grande révélation du Giro 2020, il peine à confirmer pour le moment. De quoi laisser les coudées franches à Romain Bardet, dans ce Giro 2021? On a envie de dire que le leadership se fera à la pédale, entre les deux équipiers. Romain Bardet devra faire une première semaine exemplaire, pour avoir la pleine confiance de la DSM. Il sait ce qu’il lui reste à faire !

Giro 2021 – Peter Sagan favori au cyclamen ?

Caleb Ewan, Fernando Gaviria, Giacomo Nizzolo et Peter Sagan sont sans doute les meilleurs sprinters parmi ceux annoncés sur ce Giro 2021. La bataille pour le classement par points s’annonce rude mais Sagan reste le favori naturel. Et ce, malgré deux échecs de rang, dans la conquête d’un classement par points. Sur le Tour 2020, battu par Sam Bennett et sur le Giro 2020, dominé par Arnaud Démare. Depuis, Peter Sagan a repris quelques couleurs, avec deux victoires cette saison. Dont une récemment sur le Tour de Romandie.

Le parcours peut être aussi à son avantage. Comme cette trosième étape à Canale, qui risque d’éliminer du monde et où il peut aller chercher de gros points. Idem à Foligno, Gorizia et Stredella. Le Slovaque le sait, il ne devra pas louper le coche sur ce genre d’étapes, car il est moins véloce qu’un Caleb Ewan, sur une arrivée pur sprinter. Mais il peut aussi jouer les sprints intermédiaires. Ceux de la 17e étape (montagne) lui sont favorable s’il est en échappée. Tout comme la veille à Cortina d’Ampezzo. Sagan en échappée, sur une étape de montagne, pour aller grapiller des points ? On a déjà vu cela par le passé.

Et Giulio Ciccone pour le maillot Azurro ?

Meilleur grimpeur de l’édition 2019, en ayant réalisé l’exploit de porter le maillot de la première à la dernière étape, Giulio Ciccone peut tenter de retrouver son beau maillot. Tout dépendra de la forme de Vincenzo Nibali. Mais le vétéran italien, décevant en 2020, revient d’une fracture du bras et est également une inconnue. Tout sacrifier pour le vainqueur 2013 et 2016 semble un pari trop osé pour la Trek-Segafredo.

Giulio Cicconne devrait avoir de la liberté… pour s’échapper dans de grandes étapes de montagne. Il grimpe bien, a du punch pour faire les points et a déjà montré sa capacité à gagner sur le Giro. C’est un atout de poids pour son équipe, qui ne cracherait pas sur un maillot distinctif, sur le podium final du Giro 2021.

Etienne GOURSAUD

Total
1
Shares
Related Posts