Les athlètes sont souvent imperméables à toute communication avant que la compétition ne soit terminée. La rubrique « Dans la peau » permet à un sportif de partager avec vous ces moments secrets et déterminants qui forgent la réussite de leurs projets.

Alors que l’Équipe de France donne le meilleur d’elle-même aux Championnat du Monde de Volley, Sans Filtre est allé à la rencontre des joueurs. Benjamin Toniutti le capitaine, nous explique ce qu’est la team Yavbou et nous donne son avis sur ses coéquipiers. (Crédits photos :FIVB &  FFVB – Julien Crosnier)

Je résumerais le concept « YAVBOU » avec cette phrase : « Essayer de mettre tout le monde en l’air ! »

Lorsque je suis arrivé en Équipe de France en 2010, le concept de Team Yavbou n’existait pas encore. Pour ma première sélection, je n’ai pas vraiment eu de bizutage à part le fait de devoir chanter devant mes coéquipiers.

Depuis que nous sommes devenus la team « YAVBOU », nous avons eu de très belles performances. La raison est-elle à chercher au niveau du collectif ou des qualités individuelles des membres de l’équipe ?

C’est un peu des deux. Nous avons un état d’esprit où l’on essaie de tout donner pour nos coéquipiers et la vie de groupe est au top, car nous nous connaissons très bien. Ensuite, la qualité individuelle des joueurs a continuellement augmenté avec les bons résultats obtenus en Équipe de France, mais aussi dans nos clubs respectifs où chacun d’entre nous joue un rôle important.

On est vraiment devenu une bande de copains. Nous avons notre groupe WhatsApp qui marche 12 mois sur 12 notamment quand on est dans nos clubs en se balançant quelques conneries. Quand l’un de nous a un moment dur, une petite discussion en privée fait toujours du bien. Et ça nous permet de suivre la vie de chacun même si nous évoluons dans des pays différents.

Je suis le capitaine de cette équipe depuis un petit moment maintenant, mais je ne suis pas là à monopoliser la parole. J’essaie de rassurer, d’amener un maximum d’expérience, d’aiguiller les joueurs, d’avoir la phrase juste au bon moment et de créer la relation avec le staff. Je me sens bien dans ce rôle que j’ai souvent occupé, mais je serais le même si j’étais un simple coéquipier. C’est juste avoir la barre sous le numéro, plus d’interviews et de conférences de presse. En soi, j’aime bien ce rôle de meneur dans un groupe.

Je suis le capitaine de cette équipe depuis un petit moment maintenant, mais je ne suis pas là à monopoliser la parole. J’essaie de rassurer, d’amener un maximum d’expérience, d’aiguiller les joueurs, d’avoir la phrase juste au bon moment et de créer la relation avec le staff. Je me sens bien dans ce rôle que j’ai souvent occupé, mais je serais le même si j’étais un simple coéquipier.

Nous avons tous des particularités, voici comment je décrirais chaque joueur de notre team yavbou !

  • Jenia Grebennikov est le boss de notre défense et un kamikaze !
  • Jean Patry est le bombardier. Il a une très grosse frappe, mais sans lancer, car il n’arrive pas vraiment à bien positionner le ballon au service.
  • Kevin Tillie c’est monsieur opération, il a eu plusieurs blessures, mais va beaucoup mieux maintenant !
  • Julien Lynel c’est le mutant. C’est le gars qui est capable de te sortir 5 aces de suite.
  • Earvin Ngapeth c’est le magicien. Il fait des choses que personne d’autre ne fait dans le monde du volley.
  • Kévin Le Roux c’est ma chambrette. C’est mon compagnon de chambre depuis 10 ans.
  • Antoine Brizard c’est le passeur qui a des qualités athlétiques pour être plus que ça !
  • Stephen Boyer c’est la sauterelle. C’est le gars qui a toujours les plus gros sauteurs contre lui.
  • Nicolas Le Goff c’est le monstre physique, le colosse, une armoire. Le mec qui aime mettre des gros blocs.
  • Jérémie Mouiel c’est la crevette. Le gars qui fait la moitié du poids de Nicolas Le Goff.
  • Daryl Bultor c’est le mec qui rage bien quand on le chambre !
  • Thibault Rossard c’est le fouet parce qu’il a un bras, une épaule et un poignet de fou.
  • Babar (Barthélémy Chinenyeze) c’est le petit jeune qui oublie toutes ses affaires.

Le groupe vit bien, on rigole, mais on sait être sérieux quand il le faut. On a de gros objectifs pour la suite.

Je vois dans notre avenir, du moins je l’espère, une médaille pour ces Championnats du Monde. J’espère également que nous décrocherons le plus rapidement une qualification aux JO 2020 et une médaille pour l’Euro chez nous en France l’année prochaine !

À titre personnel, je veux continuer dans cet état d’esprit, et tout donner que ce soit en club ou en équipe nationale pour continuer à avoir un maximum de trophée à mon palmarès !

BENJAMIN