Fouad "Rafsou" Fares

FIFA : #OL eSports #Champion de France Orange eLigue1 2018 #Vainqueur Orange eLigue 1 Hiver 2018 #Finaliste XBox ESWC (PGW) #Top 2 France PlayStation FC 2017

Pendant cette édition 2018 de la Coupe du Monde en Russie, Sans Filtre fait intervenir des acteurs du sport et de l’eSport pour vous donner leurs coups de cœurs à chaque journée de la compétition. Champion de France 2018 et qualifié pour la FIFA eWorld Cup qui aura lieu en août, Rafsou nous éclaire sur ses coups de cœur du premier tour du mondial. 

L’ÉQUIPE

La Croatie m’a vraiment impressionné durant sa rencontre contre l’Argentine. Les coéquipiers de Messi ont pris un 3-0 devant des millions de personnes sans pouvoir faire grand-chose.

On ne s’attarde généralement pas sur cette équipe, mais si on regarde poste par poste ils ont des joueurs exceptionnels : Subasic dans les buts, Lovren et Vrsaljko en défense, Mandzukic et Rebic devant… Mais c’est surtout leur milieu de terrain, peut-être le meilleur au niveau international grâce à sa complémentarité et aux profils différents proposés par Modric, Rakitic et Brozovic.

Leur cohésion d’équipe peut les amener très loin dans la compétition. Au contraire, la France possède l’un des meilleurs effectifs du monde sur le papier, mais il n’y a pas encore cette harmonie sur le terrain pour créer des différences et des occasions franches.

LES TEMPS FORTS D'ARGENTINE-CROATIE

LE JOUEUR

Sans Isco, l’Espagne n’aurait pas le même visage. Il est tellement à l’aise avec le ballon et c’est vraiment le genre de joueur qui peut m’enthousiasmer comme Modric.

Plus jeune, je jouais au même poste que ces joueurs et j’ai toujours admiré les milieux de terrain qui se projettent beaucoup vers l’avant et qui font des différences par des passes ou des dribbles. Même s’ils ne gardent que peu de temps le ballon dans les pieds, ils arrivent à faire des différences. Pour moi, ils sont presque plus importants que les buteurs dont on parle plus souvent.

Un Modric qui est un moteur du Real Madrid et une référence à son poste depuis quelques années n’est pas l’un des premiers à être cité quand on parle de top player. Peut-être parce qu’il est croate ou que Cristiano Ronaldo monopolise l’attention au Real.

Par contre sur FIFA, je n’utilise pas souvent des joueurs de ce type, car le jeu se base plus sur la vitesse et le physique. L’élégance d’un Isco ou les passes d’un Modric ne les font pas émerger dans les meilleurs joueurs du jeu.

LE FAIT MARQUANT

L’événement qui m’a le plus marqué est sans doute l’utilisation de la VAR* lors de Corée du Sud-Allemagne, car ça a bouleversé la rencontre. Sans elle, on ne voit pas que c’est Kroos qui fait la passe et le but coréen n’aurait pas été accordé. On serait resté à 0-0 avec suffisamment de temps pour permettre à l’Allemagne de marquer et de rester en vie dans cette Coupe du Monde.

J’ai pu être aussi étonné par le fait que les matchs ne commencent à s’emballer qu’à partir de la 70ème minute, souvent grâce à la VAR.

Avant le mondial, j’étais contre l’utilisation d’un tel dispositif, car selon moi l’erreur humaine de l’arbitre faisait partie du jeu. Mais après quelques matchs, on a pu voir plus de justice notamment au niveau des fautes dans la surface de réparation avec des pénaltys accordés ou refusés à raison. Ce changement apporte finalement beaucoup de choses qui sont le plus souvent positives.

*C’est le dispositif vidéo utilisé par les arbitres durant ce mondial qui permet de visionner une action litigieuse et de revenir sur une décision.

RAFSOU