Les sportifs ne brillent pas uniquement sur le terrain mais en apportant une aide à leur communauté par une action, une parole, une prise de position. La rubrique « Engagés » permet à un sportif de partager avec vous une réflexion sur une cause particulière. (Crédit photo Une :Ballon de l’espoir) 

Le projet baptisé « Le Ballon de l’espoir » a vu le jour depuis plus d’un an et demi. Des jeunes venus de toute la France ont pour objectif de récolter des gains, aux profits de l’UNICEF durant des matchs de football organisés entre différents lycées.

Un projet sportif & humanitaire ambitieux

La compétition a véritablement débuté mi-janvier avec le tournoi inter lycée de Montpellier et a rassemblé 1500 jeunes. À la manœuvre, Armand Chevalier, un jeune lycéen en classe de terminale au lycée Joffre de Montpellier déjà engagé au sein de l’Unicef en tant qu’ambassadeur, et qui avait ce projet en tête comme il l’explique : «Les Fonds des Nations unies pour l’enfance m’avait parlé d’un projet sportif. Comme je suis un grand fan de foot et que mon père était entraîneur en CFA à Créteil, je me suis dit que ce serait intéressant. Donc je me suis renseigné et j’ai présenté le dossier au lycée».

Tout est allé très vite, les jeunes appellent, envoient des mails, communiquent. Ce qui a fini par payer, car il n’y a eu aucun refus de la part du lycée Joffre de Montpellier : « Le seul problème était la mise en place », poursuit le jeune homme. Un début prometteur, car plusieurs partenaires ont rejoint leur rang. C’est le cas de l’association Pensée Jeune qui a pour but de soutenir l’initiative lycéenne et étudiante dans l’organisation d’évènements de leurs différents projets. Elle a donc contacté l’été dernier des lycées un peu partout dans l’Hexagone. Un soutien important pour cette organisation qui a pris une grande envergure, comme Armand l’affirme : «Nous avons été très étonnés des nombreuses inscriptions. La marque Nike nous a félicités pour le concept, mais avec notre manque de visibilité sur les réseaux sociaux, nous n’avons pas pu avoir ce partenariat. Donc on espère les recontacter par la suite. Nous sommes même passés d’une ville représentée à 15 villes. L’UNSS, le club de football de Montpellier (MHSC), ou encore l’OGC Nice, nous ont aidé à organiser ça au mieux». Un superbe évènement, pour un projet entièrement organisé par des jeunes.

Venir en aide aux enfants du monde

L’inscription au tournoi était de 2 euros, « pour que tous les enfants puissent jouer un jour». Le but étant de reverser cet argent à l’UNICEF afin d’aider les infrastructures sportives, mais aussi donner de la nourriture pour les camps de réfugiés dans le monde.

Il y a la possibilité pour les participants de gagner des lots comme des maillots, des écharpes, des casquettes du club de l’OGC Nice, ou encore de Montpellier.  L’organisation a ainsi récolté 1 500€ au profit de l’UNICEF. Désormais, un nouveau slogan devrait faire son apparition d’ici quelques mois, car Armand Chevalier souhaite aussi en faire un projet social : «pas les mêmes origines, mais tous le même but».

L’organisation a ainsi récolté 500€ au profit de l’UNICEF. Désormais, un nouveau slogan devrait faire son apparition d’ici quelques mois, car Armand Chevalier souhaite aussi en faire un projet social : «pas les mêmes origines, mais tous le même but».

L’élève en terminale l’explique : «Il faudrait aussi enlever les préjugés concernant les filières. Dans le football, il n’y a pas de préjugé. Le garçon qui est dans une filière technologique ou professionnelle rencontrera un autre garçon d’une filière générale. Et grâce au tournoi, cela permettra de faire des rencontres et de partager des moments». Des moments qui permettent aux joueurs de garder cet esprit de compétition, mais aussi de découvrir le sport au sein des lycées.

L’engagement associatif des jeunes donnera lieu à un projet, une découverte, ce qui par la suite leur apportera des idées, «Cela leur permet d’être à la fois dans le monde du foot, mais aussi de voir comment fonctionne une association, un tournoi ou un partenariat. Les personnes nous font confiance et c’est une fierté de réussir dans ce projet », assure Armand Chevalier. Si bien qu’un article a même été publié dans le magazine 11 Mondial, en mars dernier.

Développer et structurer l’organisation au niveau national

Lors de la phase nationale début avril à Montpellier, 1 500 jeunes ont participé. C’est le Lycée de Manosque qui l’a emporté contre le Lycée Voltaire d’Orléans, le 5 mai. Ce superbe événement a clôturé le tournoi sur une bonne note : « On va essayer de se structurer et de faire une Coupe de France des lycées». Le développement du projet au niveau national est l’objectif d’Armand Chevalier et sa troupe, «Pour l’instant on n’a pas les connaissances, ni le savoir pour bien communiquer sur les réseaux».

S’appuyant sur les lycées avec les Associations Sportives (l’AS) qui proposent des compétitions sportives et l’UNSS, le « Ballon de l’Espoir » souhaite grandir au fil des tournois au niveau local, régional et national. Ce premier tournoi inter lycées de football à 7 a donc été l’aboutissement d’un projet qui «s’est préparé en amont, car au départ nous n’étions même pas certains de le faire par manque de financement. C’est grâce au MHSC que le projet a pu se finaliser, donc on est vraiment reconnaissant. Puis avec de l’ampleur, cela nous a encouragé à persévérer et à grandir». À l’avenir, le but sera de faire connaître ce projet caritatif et prometteur au grand public.

SOLENE ANSON