Jessica Houara-d'Hommeaux - Footballeuse

Défenseur : #Olympique Lyonnais #Paris Saint-Germain #RC Saint-Etienne #Equipe de France #Championne de France 2017 #Vainqueur de la Coupe de France 2017 #Vainqueur de la Ligue des Champions 2017

Les athlètes sont souvent imperméables à toute communication avant que la compétition ne soit terminée. La rubrique « Dans la peau » permet à un sportif de partager avec vous ces moments secrets et déterminants qui forgent la réussite de leurs projets.

Alors qu’une blessure au genou droit est venu contrarier sa saison 2017/2018 avec l’Olympique Lyonnais, Jessica Houara-d’Hommeaux a profité de sa convalescence pour poursuivre son apprentissage dans le milieu des médias. Après les antennes de France Bleu & d’Europe 1, elle a découvert les joies d’être consultante dans l’émission de Pierre Ménès 19H30PM sur Canal+. Elle nous raconte son expérience et sa probable reconversion dans le futur.

Lorsque je me suis blessée l’été dernier, je n’ai pas été triste. Ça peut paraître bizarre, mais j’ai rapidement vu le côté positif. Me rompre les ligaments croisés après 15 ans de haut-niveau, c’était une preuve que mon corps avait besoin de souffler. 

 

Même si bien évidemment je restais une sportive pro, ça faisait du bien de couper un peu avec la compétition de haut-niveau afin de me ressourcer et ainsi de retrouver de la fraîcheur pour la fin de ma carrière. Pendant ces quelques mois, j’ai pu profiter de mes week-ends avec mon mari, ma famille et mes amis et ça m’a donné un second souffle pour réattaquer. L’autre côté positif est que la prochaine grosse compétition avec l’Équipe de France est la Coupe du Monde et elle n’a lieu qu’a l’été 2019 ce qui me laisse du temps pour revenir.

APPRENDRE AUX COTÉS DE PROFESSIONNELS RECONNUS DANS LE MILIEU

2 ou 3 jours après ma blessure, j’ai eu la chance que Pierre Ménès m’appelle pour me proposer de faire partie de sa nouvelle émission 19h30PM sur Canal +. Sachant que j’étais blessée et donc éventuellement disponible il m’a proposé son concept d’émission où il souhaitait être entouré de femmes, dont une consultante, pour parler football. Avec l’opération qui s’est bien déroulée, j’ai rapidement accepté sa proposition. L’OL connaissant mon projet de reconversion a également accepté cette demande.

 Travailler dans les médias, c’est un projet d’après carrière que j’envisage depuis quelque temps. J’ai d’ailleurs pu avoir quelques bonnes expériences : à la radio sur France Bleu pour l’émission de Pierre Ducrocq, mais aussi sur Europe 1 pour couvrir l’Euro 2016 des garçons. C’est un autre métier que j’aime et toutes ces expériences m’ont permis de mettre un pied dans ce milieu avant d’arrêter mon métier de footballeuse.

 

Pourtant à la base je n’étais absolument pas à l’aise devant une caméra, je les fuyais au début de ma carrière au PSG car j’étais assez réservée et timide. Si on m’avait dit 6 ou 7 ans plus tôt que j’allais devenir consultante j’aurais rigolé. En fait, c’est arrivé comme ça, en faisant des interviews avec certains médias pour l’Équipe de France. J’ai découvert que je n’avais pas de pression et que j’adorais parler de football. C’est vraiment quelque chose que j’ai cultivé petit à petit ces dernières années.

J’ai notamment eu l’occasion de faire quelques journées de stage avec l’OL TV pour me rendre compte de ce qui pouvait me plaire et aussi avoir des petits conseils. Aujourd’hui j’apprends au fur et à mesure sur le terrain. Je suis à l’écoute des retours d’émission que je fais, de ce que pensent le réalisateur ou les présentateurs afin d’essayer de m’améliorer. Avec ces expériences, j’ai la chance que l’on me fasse confiance lorsque l’on fait appel à moi.

Je prends aussi exemple sur d’autres consultants comme Habib Beye et Éric Carrière ! J’aime leurs analyses tactiques et techniques. Pour Habib Beye, il a toujours un avis tranché et une très bonne argumentation lors de chaque débat. Chez Éric Carrière, c’est son calme et sa capacité à ne pas rentrer dans la polémique qui me plaisent.

2 ou 3 jours après ma blessure, j’ai eu la chance que Pierre Ménès m’appelle pour me proposer de faire partie de sa nouvelle émission 19h30PM sur Canal +. Sachant que j’étais blessée et donc éventuellement disponible il m’a proposé son concept d’émission où il souhaitait être entouré de femmes, dont une consultante, pour parler football.

Gérer mon emploi du temps a été plutôt simple jusque-là, car ma rééducation était du lundi au vendredi et que j’enchaînais avec l’émission le vendredi soir. C’était parfait pour avoir une semaine complète, respecter mon programme sportif et pouvoir m’évader l’esprit le week-end.

CONCILIER FOOTBALL FÉMININ ET MÉDIAS

Devenir consultante pendant ma carrière ne m’a pas vraiment fait changer ma vision du football ou des journalistes sportifs. Je n’ai jamais eu un avis négatif sur eux, peut-être que certains cherchent la petite bête, mais ce n’est pas ce côté-là que j’ai envie d’apprendre de ce métier. J’ai toujours eu des rapports cordiaux avec les journalistes et ça ne changera pas. Je veux apporter mon expertise en tant que joueuse afin de faire comprendre aux fans et aux journalistes le point de vue différent que l’on a quand on est à l’intérieur.

Avec ce concept d’émission et la télévision en général, on voit de plus en plus de femmes dans les médias foot. Mais pour moi l’important reste la compétence plutôt que le sexe de la personne. Après il est vrai qu’on pourrait considérer qu’à la base le football est un milieu entre guillemets machiste, mais nous essayons de faire évoluer les mentalités avec la progression du foot féminin.

Notre sport évolue positivement et il y a aujourd’hui une vraie attente derrière les gros clubs et surtout l’Équipe de France féminine. Avec cette dernière, nous ne répondons pas encore aux objectifs et les journalistes deviennent forcément plus critiques avec nous, mais c’est normal c’est le revers de la médaille. Quand on commence à augmenter notre popularité, nous allons automatiquement être soumises à des critiques plus virulentes, c’est le jeu. Et au vu de nos résultats avec les bleues, c’est pour le moment mérité, à nous de faire taire les critiques. Je suis quand même très optimiste pour l’avenir du foot féminin quand je vois la médiatisation du dernier Euro, du monde dans les stades et derrières leurs écrans TV.

Chaque joueuse professionnelle a ce rôle d’ambassadrice pour permettre aux générations futures de jouer dans un championnat où tous les clubs seront pros. Même si le monde amateur m’a formé et m’a apporté beaucoup de choses, nous devons tout faire pour que le foot féminin évolue dans ce sens et j’essaie de militer afin que les choses évoluent côté terrain.

D’autres causes me tiennent à cœur et j’essaie de soutenir par exemple l’Unicef. Je relaye leurs actions sur mes réseaux sociaux et quand je peux participer à certains projets je le fais. En tant que joueuse c’est un emploi du temps particulier avec la majorité des week-ends où je ne suis pas disponible, mais j’essaie de faire en sorte d’être présente au maximum.

Le futur à court terme pour moi est la reprise des entraînements collectifs. Je viens de retrouver le ballon et je touche donc bientôt au but. Il me reste 1 à 2 semaines de préparation physique individualisée avec un peu d’intégration au groupe pro et si tout va bien je pourrais reprendre complètement avec l’équipe.

J’arrête donc 19h30 PM. Tant que je pouvais faire les 2 sans altérer le volet football c’était OK, mais dès l’instant où je pouvais réattaquer les séances d’entraînement plus poussées je devais arrêter, c’était le deal avec Canal +. J’ai cette envie aussi de me focaliser à 100% sur cette belle fin de saison avec l’Olympique Lyonnais

J’espère pouvoir prendre un peu de temps cet été afin de réattaquer la saison prochaine à fond avec la Coupe du Monde en ligne de mire, mais pourquoi pas être consultante pour celle des garçons cette année.

 

JESSICA