Dach

Esport & Gaming : #ZT Production #Z Agency #ZLAN #ZEVENT #Trackmania Cup #Ancien Eclypsia

(Crédit photo Une : Timo Verdeil).

Travailler avec un mec indépendant qui a des idées franches et du caractère est une chance.

Celle de pouvoir entreprendre avec un maximum de liberté en s’affranchissant des règles et des barrières des grosses structures du milieu. Ce privilège se concrétise une nouvelle fois avec l’arrivée d’un événement inédit sous la bannière ZeratoR : la ZLAN.

Comme beaucoup de concepts qu’on a pu créer avec Adrien, il est lié à une réflexion multiple : nos expériences passées, ce qu’on estimait qu’il manquait sur le marché et surtout des petites réflexions quotidiennes un peu WTF qui mises bout à bout au fil du temps allaient donner naissance à cette nouvelle LAN.

Des événements comme le GTX Challenge que Zerator castait avec mistermv ont forcément joué dans nos têtes. Tout comme les circuits de LAN qu’on fréquente depuis tant d’années comme la Lyon e-Sport, la DreamHack Tours ou la Gamers Assembly, qui avaient toute notre affection, mais dont on se disait qu’il manquait un peu de diversité sur les formats ou les jeux.

Alors pourquoi ne pas nous-mêmes créer ce qu’on désire ?

Cette diversité de jeux obligera la création d’équipes improbables, impossible de voir un Gotaga avec Carbon, car ils sont tous les deux à l’aise sur les Battle Royale ou les FPS. Et ce format en duo est suffisamment rare et empêche les joueurs de compenser facilement leurs faiblesses dans certains titres.

ZLAN VIENT D’UNE ENVIE DE CRÉER DES DUOS IMPROBABLES SUR DES JEUX SOUVENT OUBLIÉS

Le processus qui a amené à la création de ZLAN est finalement assez simple. L’esprit fougueux et créateur de ZeratoR a amené les contours du concept puis il a commencé à en discuter avec moi, sa copine, mistermv et ZQSD Productions, afin de confronter les points de vue et faire évoluer sa réflexion. Beaucoup d’influenceurs contactés en amont comme MoMaN, Jiraya, Gotaga, DFG ou Lutti, notre cercle de confiance, ont été très enthousiastes.

Après quelques mois, nous avions finalisé notre bébé.

Pour résumer simplement, ZLAN est une compétition qui se joue par équipe de 2 sur 10 jeux différents, 5 pour la phase de poules et 5 durant les play-offs.

La principale innovation vient dans le fait que nous évitons les sempiternels Fortnite et League Of Legends qu’on peut voir partout, pour privilégier des jeux funs et souvent moins représentés dans l’esport et la scène streaming : H1Z1, Trackmania, Portal 2, WoW, Minecraft, Rocket League, Worms, Starcraft 2, Smash Bros Ultimate et une dictée sont à l’ordre du jour.

Cette diversité de jeux obligera la création d’équipes improbables, impossible de voir un Gotaga avec Carbon, car ils sont tous les deux à l’aise sur les Battle Royale ou les FPS. Et ce format en duo est suffisamment rare et empêche les joueurs de compenser facilement leurs faiblesses dans certains titres.

Afin d’épicer un peu les choses, après une phase de poules avec des jeux imposés qui produira un classement général proche de celui adopté dans Trackmania, la phase de play-offs aura un système de pick/ban. C’est avec mon expertise de fan de jeu de combats et notamment de Smash Bros que j’ai proposé de s’inspirer des picks/counterpicks et des ban stages. C’était une façon de créer tout un système stratégique en enlevant à certaines équipes un jeu qu’ils maîtrisent parfaitement.

Enfin, nous avons souhaité avoir un cashprize conséquent à la différence d’autres LAN, 50 000 € seront distribués dont une énorme partie ira aux équipes finalistes.

UN CONCEPT ACTÉ, MAIS SUSCEPTIBLE D’ÉVOLUER À L’AVENIR SELON LES ENVIES DE NOTRE COMMUNAUTÉ

Pour le moment nous ne pensons pas accueillir de spectateurs, car c’est souvent très compliqué notamment vis-à-vis de la salle et de la billetterie et nous préférons stabiliser cet événement avant de le faire évoluer. Il sera malgré tout streamé par ZeratoR qui sera souvent accompagné d’autres personnalités selon les jeux. Les influenceurs qui participeront pourront également streamer en direct.

Si certaines données ont pu paraître floues pendant l’annonce qui a été faite durant la Lyon e-Sport, j’aimerais confirmer définitivement ce qui a été dit par ZeratoR sur ses réseaux sociaux et sur Twitch. Presque une moitié des joueurs sera consacrée aux influenceurs, 5 autres équipes seront invitées et le reste sera ouvert à tous.

Nous sommes donc en train de finaliser notre ZLAN notamment en ce qui concerne le lieu qui accueillera cet événement. La date du 10 au 12 mai a aussi fait l’objet de nombreuses discussions, car la saison gaming est rythmée par le début des lans dès le mois de février et celui des salons en fin d’année. Afin de ne pas chevaucher tous nos événements et surtout de ne pas trop en demander à notre public, nous avons pensé que c’était le moment idéal. On ne remerciera jamais assez ceux qui s’abonnent aux chaînes Twitch, qui achètent des billets pour la Trackmania Cup ou qui font des dons pour le ZEVENT.

Il ne reste maintenant plus que 2 mois et beaucoup de missions sont toujours en cours : sponsoring pour se financer, mise en place du système d’inscriptions, de la scène, visuels et charte graphique, logistique et technique avec la gestion des streams…

Mais nous serons prêts comme toujours !

J’espère pouvoir dire que si tout se passe souvent bien, c’est en partie dû au binôme que nous formons avec Adrien. Nous nous élevons l’un et l’autre depuis notre rencontre en 2013 chez Eclypsia. Si j’étais ironiquement son manager à cette époque, les rôles se sont inversés puis nous sommes devenus véritablement associés aujourd’hui.

DERRIÈRE ZERATOR, IL Y A TOUTE UNE ÉQUIPE PRÊTE À MONTER AU FRONT

Si ZeratoR est la tête de gondole et l’instigateur de tous ces beaux projets, de nombreuses personnes sont en coulisses pour les concrétiser.

Je pense tout d’abord à l’équipe de ZQSD Productions qui s’occupe d’une bonne partie logistique et opérationnelle.

Nos expériences passées nous ont appris une chose : nous y prendre à l’avance. Mais chaque événement suit sa propre logique. Pour ZEVENT, malgré tout le travail fourni, c’est finalement assez simple et plaisant une fois que la salle est trouvée, car les streameurs viennent bénévolement, les partenaires sont ravis de nous aider et de nombreux pros de l’industrie ont à cœur d’y participer.

ZLAN pourrait plus se rapprocher d’une Trackmania Cup avec des timings plus courts qu’on ne le croit. Les principales difficultés sont la recherche de sponsors et celle de la salle qui doit accueillir du public. Il y a tellement de paramètres à maîtriser. C’est pour cela que cette année se fera sans public sur ZLAN, nous ne préférons pas multiplier les sources de problèmes afin de proposer un événement bien organisé dès sa première année.

Enfin, j’espère pouvoir dire que si tout se passe souvent bien, c’est en partie dû au binôme que nous formons avec Adrien. Nous nous élevons l’un et l’autre depuis notre rencontre en 2013 chez Eclypsia. Si j’étais ironiquement son manager à cette époque, les rôles se sont inversés puis nous sommes devenus véritablement associés aujourd’hui.

J’ai ce côté arrangeant qui vient peut-être du fait que ma mère soit psychologue, ce calme et cette façon d’être plus terre à terre. ZeratoR est sûr de lui, ambitieux, et il fonce contre vents et marées, c’est donc bien qu’un mec comme moi soit là pour le freiner par moment. Au-delà de nos caractères, c’est même tout l’aspect créatif où nous sommes différents : il aime les jeux en ligne et les MMO, moi tout le reste. Il est plutôt fan d’histoire et de culture tandis que je suis plus orienté vers le cinéma, les comics et les mangas.

C’est la même chose pour nos compétences pratiques. Tandis que je vais compenser son côté paperassophobe et être un backup dans la gestion administrative, il est excellent dans le lead et a un très bon sens commercial. C’est d’ailleurs très gratifiant de le voir me mettre plus en avant ces derniers temps. Il a vraiment su me donner cette confiance en moi alors que pendant ce temps-là je lui apporte une stabilité indispensable.

Si on devait résumer notre relation professionnelle ? Il sait très bien tenir la barre et moi je sais m’occuper des voiles.

Mais il est mon ami avant d’être mon partenaire professionnel, c’est très important ce qu’on a construit ensemble en dehors du gaming.

Et notre duo est voué à s’agrandir, car on aime ce côté tribu. Si j’étais son premier sidekick, d’autres personnes avec qui nous adorons travailler nous rejoignent actuellement. À l’image de ce que peut faire Solary sur Tours, ce serait super qu’on arrive à créer une sorte de groupe d’indépendants sur Montpellier. Je suis ravi de la présence de MoMan qui est devenu mon colloc d’ailleurs ! Cette ville au soleil regorge de talents, AlphaCast et Gius sont déjà présents et d’autres devraient prochainement arriver.

Si on devait résumer notre relation professionnelle ? Il sait très bien tenir la barre et moi je sais m’occuper des voiles.

Mais il est mon ami avant d’être mon partenaire professionnel, c’est très important ce qu’on a construit ensemble en dehors du gaming.

ÊTRE INDÉPENDANT EST UNE CHANCE POUR NOTRE LIBERTÉ DE CRÉATION

Avec ZeratoR, nous aimons aller contre la tendance. Et si le mot révolution peut paraître trop fort pour la ZLAN, il est judicieux dans le fait qu’on mette en avant des jeux qui ne sont jamais présents en LAN et avec ce format en duo inédit.

La priorité pour ZeratoR a toujours été le divertissement. Même si l’esport est important à ses yeux comme le prouve la Trackmania Cup, c’est le fait que le public et les joueurs s’amusent qui est primordial pour lui.

Avec notre statut d’indépendant, nous faisons face à des mastodontes comme Webedia qui créent un volume important de contenus. On peut souvent se dire qu’ils ne prennent pas assez de risques au vu de leurs moyens, mais nous n’avons pas 500 employés ou des processus de gestion assez lourds comme les leurs. Nos contraintes sont uniquement financières, mais derrière nous avons une liberté totale.

C’est d’ailleurs important pour un indépendant comme Zerator qui a cette carrure importante de se positionner pour créer ce genre d’événements qualitatifs. On n’a pas non plus envie que notre milieu se transforme en quelque chose qui pue uniquement le fric où les contenus à base de Top 10 ou optimisés pour le SEO, pullulent. Il faut à un moment donné innover et avoir l’esprit aventurier et c’est forcément plus facile pour nous avec toute cette liberté d’action.

La confrontation entre des grosses boites et des indépendants comme nous est bénéfique pour les fans de gaming, c’est grâce à ce genre de concurrence saine que naissent des événements comme la ZLAN ou les derniers concepts assez cool comme les Loups-Garous thématiques qu’on a pu voir sur LeStream.

Malgré le teasing intense de ZeratoR pour présenter ce nouveau projet comme « la révolution du gaming », on fait ce nouvel événement sans prétention en espérant que les joueurs et le public vont tout simplement kiffer.

D’une manière plus générale, je nous souhaite de continuer à pouvoir mettre en place nos délires et à conserver cette liberté. Vivre du divertissement est un privilège et on en a conscience. Mais il ne faut pas croire comme le véhiculent beaucoup de médias classiques que nous nous contentons de poser nos fesses sur une chaise et de ramasser les billets, il y a énormément de travail derrière chaque projet.

Quand je vois la mobilisation des gens pour chacun de nos événements je suis sans voix : Ces plus d’un million de dons pour le ZEVENT, des covoiturages organisés sur Discord pour faire des trajets Belgique-Toulouse ou l’ensemble de la billetterie sold out en quelques minutes…

J’ai vraiment envie de rendre aux gens le bonheur qu’ils nous procurent, il n’y a pas de meilleur cercle vertueux que celui-là.

DACH