Chloé Trespeuch revient au travers de photos marquantes sur sa saison. (Crédits photos : DR).

Nous sommes le 1er septembre 2018, après 12 semaines de préparation physique, c’est à dire : 12 semaines à courir autour d’un stade, à soulever le plus de poids possible, à sauter le plus loin ou le plus haut possible, à avoir des courbatures de la tête au pied. Bref 12 semaines à se tirer dessus du matin au soir tous les jours pour être la plus performante possible l’hiver qui suivra sur mon snowboard.

Lors de cette ultime semaine, je me prends les pieds dans les haies et m’arrache 3 ligaments de la cheville. Le jour de cette photo, je me faisais donc opérer pour rattacher tout mes ligaments et on m’annonçait au passage que je ne pouvais pas prévoir un retour sur mon snowboard avant 5 mois. J’avais déjà loupé mes JO quelques mois plus tôt donc j’attendais beaucoup de cette nouvelle saison 2019. Et cette blessure représentait un obstacle de taille, le moral était au plus bas. Mais mon amie et collègue Nelly Moenne Loccoz, était là à mon réveil pour me soutenir et ça, ça compte !

chloe trespeuch

Plâtrée pour 6 semaines, le temps est long, je m’ennuie et j'ai vraiment besoin de me dépenser.

Le moral est remonté un peu, car je me projette sur mon nouvel objectif, être prête juste à temps pour les Mondiaux qui se dérouleront 5 mois après mon opération, le timing est très serré, mais je vais le tenter. Je me concentre donc sur les étirements et le renforcement du haut du corps avant de pouvoir retravailler mes jambes.

chloe trespeuch

26/12/18, Le bonheur de retrouver mon snowboard, les montagnes, la glisse, la nature et de pouvoir tester mes ligaments fraîchement recousus.

Évidemment les sensations ne sont pas excellentes, j’ai encore beaucoup de douleurs, j’ai totalement perdu mon touché de neige et j’ai l’impression que j’ai tout à réapprendre. Le challenge est loin d’être terminé. Cette journée, remplie d’émotions positives au début, se termine par un auto questionnement gigantesque : ai-je réellement une chance d’être prête pour les Championnats du Monde ? Vais-je réussir à retrouver mon plus haut niveau un jour ? À dépasser les douleurs et l’appréhension....?

chloe trespeuch

Mon équipe.

C’est dans ses moments difficiles qu’on se rend compte de l’importance d’être soutenue. Je ne crois pas que la fin de cette histoire aurait été la même si j’avais été seule. Ma famille et mon copain m’ont aidée chaque jour. Merci à eux.
Et mon envie de rejoindre au plus vite cette équipe de France avec qui j’évolue depuis de nombreuses années a été un réel moteur.

chloe trespeuch

La plus belle des récompenses.

Je remonte sur un podium de Coupe du Monde en mars 2019. C’est le 18ème de ma carrière, mais c’est celui qui a le plus de valeur pour moi. Il marque mon retour au plus haut niveau malgré 7 mois de galères et me prouve que j’ai bien fait de m’accrocher et d’y croire.

chloe trespeuch

CHLOÉ