Les athlètes sont souvent imperméables à toute communication avant que la compétition ne soit terminée. La rubrique « Dans la peau » permet à un sportif de partager avec vous ces moments secrets et déterminants qui forgent la réussite de leurs projets.

Romain Gesmier et Jonathan Siad, meilleurs joueurs français en Teqball, nous racontent leur passion pour cette nouvelle discipline dérivée du tennis ballon et leurs aspirations futures.

Romain Gesmier

J’ai un parcours assez classique. J’ai commencé à 6 ans le football dans le club de ma ville, ensuite à 9 ans j’ai intégré le centre de formation de football de Paris qui même s’il est amateur a pour but de former des joueurs au monde professionnel. J’y ai joué jusqu’à mes 18 ans et ensuite je suis passé par l’US Alfortville en DSR (7ème division). J’ai également joué à l’AS Évry durant trois ans au niveau DH (6ème division) avant d’arrêter le football à 11 pour me consacrer plutôt au foot à 5 et à la pratique de mon sport préféré en loisir.

Après 15 ans de football à haut-niveau j’en avais un petit peu marre, je voulais voir autre chose.

Sur le terrain j’évoluais en milieu relayeur ou alors dans un rôle d’animateur de jeu. Le fait d’être souvent en contact avec le ballon a aiguisé ma technique, ce qui fût utile pour le futur.

J’ai découvert le Teqball en mai 2016 à la Paris Football Week qui est un événement annuel. Il se déroulait cette année-là au stade Charlety, et mon ancienne école de commerce organisait un tournoi de football à 5. J’y ai donc participé et à côté il y avait des disciplines en lien avec le football qui nous était présenté. Ce fut mon premier contact avec l’univers du Teqball et j’ai tout de suite accroché.

La première fois que j’ai découvert la table de Teqball, j’étais un peu perplexe dans la mesure ou cela n’avait vraiment pas l’air évident. Il faut bien appréhender les dimensions de celle-ci, car bien qu’elle soit incurvée lorsque tu es d’un côté de la table il est difficile de voir l’autre extrémité. Mais une fois habitué, c’est devenu presque naturel.

Pour être un bon joueur de Teqball, il faut être doué techniquement, avoir des qualités de souplesse, pouvoir être à l’aise des 2 pieds et de la tête, savoir attaquer et défendre. En plus de ses qualités physiques, il faut également un solide mental pour rester concentré durant tout un match, pouvoir gérer les temps faibles. Enfin la dimension stratégique est également importante car il faut très vite identifier les faiblesses de l’adversaire (pied faible, zone d’attaque à prioriser) afin de prendre le dessus. C’est donc une addition de plusieurs qualités afin de faire un bon joueur de Teqball.

Une bonne séance d’entraînement passe tout d’abord par un bon échauffement notamment pour les membres inférieurs du corps. Ensuite il y a beaucoup de répétitions de gamme, par exemple des séries de jongles afin d’être vraiment à l’aise avec la balle. Des entraînements concernant le service et également la défense qui a son importance.

Jouant en duo, le partenaire devient très important, il fera 50 % du travail !

 

La qualité principale de mon coéquipier Jonathan est son jeu de tête ultra performant, mais aussi son dynamisme. En travaillant, il peut vraiment devenir très bon au service, car il a une souplesse qui le lui permet.

La qualité principale de mon coéquipier Jonathan est son jeu de tête ultra performant, mais aussi son dynamisme. On se complète parfaitement dans la mesure où il est bien plus expressif que moi lorsqu’on joue ce qui m’enlève une forme de pression. En travaillant, il peut vraiment devenir très bon au service, car il a une souplesse qui le lui permet.

Si je devais sélectionner un duo de joueurs professionnels pour jouer au Teqball, je choisirais une paire de gaucher-droitier. La doublette Marcelo-Neymar ça peut être pas mal du tout. À voir s’ils pourraient nous battre !

Pour revenir sur le Championnat de France, on y est allé sans trop d’ambitions dans la mesure où on ne s’était pas tant entraînés que ça. On a eu la chance d’avoir une séance d’entraînement la veille qui nous a permis de nous remettre dans le bain avant la compétition. Puis le côté compétiteur a pris le dessus. Le tournoi était très compliqué, mais nous avons réussi à nous extraire des poules et ensuite cela s’est surtout joué au mental.

Devenir champion de France de Teqball c’est une satisfaction, j’adore ce sport que ce soit pour le loisir ou la compétition.

Les objectifs sont de se professionnaliser dans notre pratique et évidemment conserver notre titre. Je veux participer au développement du Teqball en France, y apporter ma patte.

N’hésitez pas à rejoindre le club de Paris Teqball Factory afin que l’on puisse s’affronter !

Je suis content d’être champion de France de Teqball, mais je pense que ce sera une véritable satisfaction le jour où ce sera vraiment très compliqué de s’imposer. Mais cela n’enlève rien à ce titre et je le prends avec grand plaisir.

Jonathan Siad

J’ai commencé le football en club à l’âge de 5 ans au PUC qui était alors le club à côté de chez moi à Paris dans le 13ème arrondissement. Je suis ensuite passé par le Paris Saint Germain pendant 10 ans où j’y ai fait toutes mes classes.

J’ai ensuite quitté le club de la capitale pour rejoindre deux amis à Noisy-Le-Sec. J’y ai vécu une saison compliquée avant de devenir capitaine grâce à mes performances sur le terrain. J’ai ensuite arrêté un peu le sport pendant 2 ans avant de me remettre au football à 5 qui me convenait alors plus.

J’évoluais en défense centrale, comme un pur stoppeur.

J’ai découvert le Teqball lors d’un tournoi de Five qui a eu lieu à Paris en mai 2017, j’y ai participé et cela m’a plutôt plu, j’ai eu de bonnes sensations.

La première fois que j’ai vu la table, je me suis vraiment posé des questions concernent les dimensions. Ce qui m’a vraiment aidé c’est le fait de voir des bons joueurs pratiquer ce sport. Notamment les équipes Roumaines et Hongroises qui ont un très bon niveau, c’est très populaire là-bas.

Sans avoir vu ce qui se fait de mieux il est vraiment compliqué de progresser.

OBJECTIF PROFESSIONNALISATION

Concernant la compétition j’ai un point de vue un peu différent, car je me sens encore dans le côté loisir dans la mesure où je ne suis pas rémunéré, je ne m’entraîne pas à niveau professionnel.

Le jour où le Teqball se professionnalisera, je m’y mettrais à 100 % ! J’ai soif de compétition, on a participé à seulement deux tournois en deux ans ce n’est pas assez à mon goût !

Avant les championnats du monde qui se sont déroulés à Reims, on voulait vraiment se préparer et se confronter à d’autres équipes, malheureusement ça ne s’est pas passé comme prévu, car c’est compliqué d’organiser des matchs pour le moment. On s’est donc surtout entraîner sur du simple par faute de sparring-partner.

Mais si un jour on a accès à des séances d’entraînement plus encadrées, on est évidemment preneur !

Ça permettra d’améliorer ma relation avec mon partenaire de double. D’ailleurs le concernant, l’une des principales qualités de Romain c’est tout le bagage technique qu’il a acquis au fil de ces années dans le football traditionnel : il joue des deux pieds, il peut renvoyer la balle très simplement. S’il continue comme ça, il peut devenir presque injouable. Il lui manque peut-être juste un peu le côté tueur sur certains points, mais il peut le travailler.

Pour faire un lien avec les footballeurs, je pense qu’un joueur comme Zlatan associé avec Neymar ça peut faire très mal de par leurs qualités physiques hors normes et leurs techniques évidemment.

Défendre sur une attaque de Zlatan serait un vrai challenge !

J’ai abordé les Championnats de France avec l’envie de gagner ! J’ai envoyé un message à Romain la veille pour lui dire qu’on allait remporter le titre ! Le tournoi était vraiment de bon niveau, il y avait de bonnes équipes qui étaient bien préparées et je me dis que l’on va devoir travailler dur pour espérer conserver ce titre l’an prochain !

Je suis content d’être champion de France de Teqball, mais je pense que ce sera une véritable satisfaction le jour où ce sera vraiment très compliqué de s’imposer. Mais cela n’enlève rien à ce titre et je le prends avec grand plaisir.

L’objectif à court terme, avec notre club de Paris Teqball Factory, c’est de s’entraîner et s’améliorer sur nos faiblesses qu’on a pu analyser lors du tournoi, et de trouver des adversaires de double.

J’en profite d’ailleurs pour passer un message à tous ceux qui liront cette interview, venez vous inscrire et participer au développement du Teqball tout d’abord pour le côté loisir.

Ensuite personnellement je veux être champion du monde, je ne me contenterais pas d’être champion de France. Si l’on travaille à fond c’est possible de le faire j’en suis sûr !