Steven Da Costa - Karateka

Catégorie -67Kg: #Equipe de France #Karaté Mont Saint-Martin #Champion de France 2015, 2017 #Champion d'Europe Individuel et par Equipe 2016 #Médaille de Bronze Championnats du monde Individuel et par Equipe 2016

Voici nos Quick Questions, un méli-mélo de questions décalées pour mieux connaître vos athlètes préférés.

Alors que les Championnats D’europe de Karaté battent leur plein à Novi Sad (Serbie), nous sommes allés à la rencontre de l’un des meilleurs combattants français, Steven Da Costa.  (Crédit photo Une : FFK) 

Vandamme ou Bruce Lee ?

Bruce Lee, car pendant longtemps il a été l’image des sports de combat. Beaucoup ont commencé le karaté grâce à lui. Van Damme n’est pas forcément un personnage que j’aime bien.

Ton coup préféré ?

Le ura-mawashi (un coup de pied circulaire de l’intérieur vers l’extérieur souvent utilisé pour une frappe au visage).

Ton/ta meilleure ami(e) dans le sport ?

Tu vas me créer des problèmes (rires). Je m’entends bien avec tout le monde, chez les filles j’ai pas mal d’affinités avec Lucie Ignace et chez les garçons je dirais Medhi Filali.

Ton meilleur et ton pire souvenir ?

Mon meilleur souvenir serait les Championnats d’Europe à Montpellier (2016) et le pire les derniers Championnats d’Europe en Turquie (2017) où je ne ramène pas de médaille.

La chose la plus drôle vue en compétition ?

Je me souviens d’un combat au Portugal dans une petite compétition : un français dont je tairais le nom combattait le turc Enes Erkan (Champion du Monde des +84kg). C’est l’un des combats les plus drôles que j’ai vu, car le français avait bien pris (rires).

Ton talent caché hors karaté ?

La conduite (rires).

Ton autre sport préféré ?

En fait j’aime beaucoup d’autres sports. J’ai fait du football, du hand, de la natation, du squash, etc.

Ton surnom ?

J’en ai un que je ne peux pas dire, mais celui que je peux assumer c’est celui que me donnait ma mère qui m’appelait “ma boule” quand j’étais petit.

Ta routine d’avant combat ?

Là je ne peux pas tout expliquer, car c’est trop long. J’ai vraiment beaucoup de rituels avant une compétition.

Ton idole dans le sport

C’est Rafael Aghayev, un karatéka d’Azerbaïdjan. Il est vraiment monstrueux avec une carrière fabuleuse. Je pense qu’il ira aux Jeux Olympiques même s’il sera peut-être un peu âgé. Je me suis saigné à ses vidéos étant jeune. Il est actuellement dans la catégorie de mon frère (-75kg) et je le chambre avec ça (rires). C’est vraiment le meilleur de tous les temps.

Je me souviens avoir échangé nos vestes lors d’un Championnat d’Europe, c’était un moment très émouvant pour moi. J’ai d’ailleurs pu me battre contre lui lors d’un match par équipe et je perds 3-1 ou 3-2, mais il m’a pris au sérieux. C’était vraiment un rêve de me battre contre lui.

 

À quoi te sert le karaté dans ta vie quotidienne ?

C’est un équilibre au quotidien pour gérer par exemple le stress ou des situations compliquées. Ça m’a aussi servi pour devenir plus autonome en partant assez jeune de chez moi.

Est-ce que tes proches ont peur de toi ? 

Non pas du tout, je suis quelqu’un de tranquille. Pourquoi auraient-ils peur de moi, je suis comme tout le monde (rires).