CYRIL DUMOULIN – « SEUL ON VA PLUS VITE, ENSEMBLE ON VA PLUS LOIN »

 #SportAidons @SportAidons @CyrilDumoulin, suivez notamment sur sa page Facebook Cyril Dumoulin qui réunit toutes les propositions et si vous voulez participer ou achetez, aller sur son site.

 

Alors que l’on se trouve en pleine semaine 2 de confinement, on comprend que le bout du tunnel est encore bien loin. Le 26 mars dernier, une initiative émane du handballeur français évoluant au HBC Nantes, Cyril Dumoulin. Il poste une vidéo sur instagram le 26 Mars, présentant son projet ambitieux. « Je réfléchissais à mettre des choses en place, comment aider le personnel soignant et j’ai eu l’idée de lancer une vente solidaire ». Le principe est simple : ce sont des vêtements portés par des sportifs que je mets en vente et dont les bénéfices seront intégralement reversés au profit du personnel soignant de l’hôpital de Nantes. Je pensais, aux prémices de ce projet, que ceci ne dépasserait pas le cadre de la région nantaise.

Il n’est pas le premier, dans le monde du sport, à vouloir donner pour les hôpitaux et tous les soignants dont la population redécouvre, à l’aune d’une catastrophe sanitaire, la grande utilité. Les plus grandes stars planétaires ont réalisé des dons comme Zlatan Ibrahimovic pour les hôpitaux en Italie. Les clubs font preuve également de générosité dans ces moments uniques de solidarité. Une cagnotte leetchi a aussi été lancée par Nicolas Mahut grâce à un concours sur FIFA. Ainsi, un mouvement réunissant de nombreuses célébrités a vu le jour récemment : les « gameurs du cœurs » avec la collaboration de Playstation, de l’Equipe et d’EsportStadium.

Pour Cyril Dumoulin, son projet a dépassé ses espérances en quelques jours. Dès les premières 24 heures, 1000 € ont été récoltés. Après 3 jours, plus de 3000 €. Il parvient à réunir toutes les initiatives en Une. La chaîne de solidarité est lancée, les partages fusent sur les réseaux, les sportifs et anonymes se joignent à cette action , « l’effet réseau » entraîne une vague de solidarité, les fans de sport sont heureux de pouvoir acheter des maillots uniques de leurs sportifs préférés. Le mouvement prend de l’ampleur, les ventes aux enchères flambent, de plus en plus de personnalités s’engagent dans le projet, jusqu’au point où cela n’est plus gérable uniquement sur les réseaux sociaux.

Après une dizaine de jours, un nouveau système est mis en place pour regrouper toutes les ventes sur son site. Le handballeur n’en croit pas ses yeux.

L’élan de générosité devient très grand, il a dépassé largement Nantes, le handball… Cette contribution pleine de générosité a « contaminé » avec joie, tout le monde du sport français et même ailleurs. Les ventes aux enchères se multiplient, aidé par MyHandball pour la logistique et Yatus pour le paiement, la solidarité de s’arrête plus. Du sportif du dimanche aux joueurs professionnels en passant par les journalistes, les supporters… tous unis derrière ce formidable projet qui s’organise à travers tout le territoire. Des maillots d’exception sont mis en vente comme le maillot d’Emiliano Sala et « c’est loin d’être fini » comme a prévenu avec ambition Cyril Dumoulin. A l’heure actuelle, la barre des 50.000 € est presque atteinte mais ce n’est plus qu’une formalité, de nombreuses ventes sont en cours ou pas encore mises aux enchères.

A présent, de nombreuses autres initiatives se sont ainsi développées partout en France 1 coeur, 1 maillot, Souffles d’Espoirs… Les grandes marques comme Adidas  se sont saisies également de cette idée. La force de leurs réseaux d’athlètes atteint des sommets. Des champions comme Alexis Pinturault, Thierry Omeyer ou encore Jo-Wilfried Tsonga s’y engagent. Les prix s’affolent, plus de 7700 €, à ce jour, pour un dossard porté et dédicacé par le grand Martin Fourcade dont les enchères se clôtureront le 12 avril à 10 heures.

« Enchères solidaires », une idée qui finalement semble peu originale mais il suffisait simplement d’y penser… En à peine quelques jours, le monde du sport a lui aussi contribué à l’effort national, en soutenant les soignants à travers ces mises en vente. Tout cela à partir d’une vidéo postée sur les réseaux sociaux. Des réseaux sociaux souvent raillés, à juste titre parfois, mais qui sont, en cette période de confinement, redevenus ce qu’ils sont à l’origine : sociaux.

 Jérémy Haumesser